Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



8 mars 1869 : décès d'Hector Berlioz - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mars > 8 mars > 8 mars 1869 : Hector Berlioz rend (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 8 mars. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


8 mars 1869 : Hector Berlioz
rend le dernier soupir
Publié / Mis à jour le mardi 8 mars 2016, par LA RÉDACTION



 

Il était né à La Côte-Saint-André, en Isère, le 11 décembre 1803. La postérité fut plus juste pour Berlioz que ne le furent ses contemporains, fatigués du reste, on ne saurait le méconnaître, par son tempérament batailleur, par l’âpreté de sa critique, par ses allures cassantes et son mépris affecté du public. Il n’en est pas moins vrai que Berlioz était un artiste d’une rare envergure, d’une trempe peu commune, d’un génie inégal et déréglé sans doute, mais grandiose, poétique, varié, et d’une originalité qu’il est bien rare de rencontrer à un pareil degré.

Que de pages tantôt magnifiques et superbes, tantôt étincelantes et vives, tantôt émues et frissonnantes, que d’épisodes admirables ne rencontre-t-on pas dans la plupart de ses œuvres ! Le public s’est tenu longtemps en garde et en défiance contre ses sympathies, mais un revirement considérable se produisit quelques années avant son décès, et la foule accourut alors aux auditions des œuvres de Berlioz, qu’elles se produisent aux Concerts populaires, aux concerts du Châtelet, ou même au Conservatoire.

Quoi de plus suave, en effet, et de plus touchant que cette adorable Enfance du Christ, dont quelques-uns essayèrent vainement de nier le charme exquis et pénétrant ? Quoi de plus poignant et de plus pathétique que certaines pages de Roméo et Juliette, de Béatrice et Bénédict et de la Symphonie fantastique ? Quoi de plus poétique, de plus tendre, de plus rêveur que certains tableaux de la Damnation de Faust ? Quoi de plus fier, de plus hardi, de plus éclatant, de plus chevaleresque que les grands épisodes d’Harold, des Troyens, que les fulgurantes ouvertures du Roi Lear et du Carnaval romain ?

Hector Berlioz
Hector Berlioz

Longtemps avant que la France ne lui eût rendu justice, la renommée de Berlioz s’était établie à l’étranger. On sait les succès, ou, pour mieux dire, les triomphes qu’il remporta en Allemagne et en Angleterre. En 1867, deux ans avant sa mort, il fit en Allemagne un dernier voyage qui mit le comble à sa gloire, et, poussant jusqu’en Russie, il donna à Saint-Pétersbourg et à Moscou une série de concerts qui ne réunissaient pas moins de dix à douze mille auditeurs et dans lesquels l’enthousiasme du public était porté à son comble.

Mais les jours de Berlioz étaient comptés. Sa santé, depuis longtemps délabrée, ne put résister à l’échec immérité que reçurent ses Troyens au Théâtre-Lyrique, et depuis lors il ne fit que décliner et dépérir. Il travaillait depuis plusieurs années cet ouvrage lorsqu’il donna, sur le théâtre cosmopolite de Bade, en 1862, un joli opéra en deux actes, dont il avait tiré lui-même le livret de la jolie comédie de Shakespeare : Beaucoup de bruit pour rien. Cet opéra avait pour titre Béatrice et Bénédict, et fut accueilli avec la plus grande faveur. Berlioz songea alors à offrir au public la première partie de ses Troyens, qui formaient deux ouvrages, l’un intitulé les Troyens à Carthage, l’autre la Prise de Troie.

Il proposa à Carvalho, à cette époque directeur du Théâtre-Lyrique, de monter les Troyens à Carthage ; celui-ci y consentit, monta la pièce avec un grand luxe, confia le rôle d’Énée à Montjauze, celui de Didon à la belle Mme Charton-Demeur, l’amie éprouvée du compositeur, qui fut engagée spécialement pour celle création, et les Troyens virent le jour le 4 novembre 1863. Mais, outre que le public n’était pas encore mûr pour une musique si mâle, si hardie et si audacieuse, Berlioz s’était créé de nombreux ennemis, et son œuvre, admirée par quelques-uns, conspuée par d’autres, discutée par le plus grand nombre, fut reçue avec une rigueur excessive. Bref, le succès fut négatif, et au bout de vingt et une représentations les Troyens disparurent du répertoire.

Ce fut un coup terrible pour Berlioz, qui espérait, avec cet ouvrage, établir définitivement sa renommée dans sa patrie, jusqu’alors rebelle à son génie. Il crut devoir, à la suite de cet échec, briser sa plume de critique, et abandonna le feuilleton musical du Journal des Débats, qui passa aux mains de son admirateur et de son ami, Ernest Reyer. Mais bientôt de cruelles douleurs, des chagrins domestiques vinrent envenimer la blessure qu’il avait reçue : Berlioz perdit sa femme, et peu après son fils unique, jeune officier de marine, qu’il aimait à la folie.

Il ne put résister à tant de secousses ; sa santé, déjà fortement ébranlée, vint s’altérer tout à coup, et à la suite de longues souffrances, le 8 mars 1889, Berlioz rendait le dernier soupir. Au lendemain de cet événement, Ernest Reyer, rendant au maître l’hommage qui lui était dû, écrivait dans le Journal des Débats ces lignes émues et éloquentes, témoignage de justice et de réparation envers l’admirable artiste qui venait de disparaître :

« Le bronze n’a pas tonné, les cloches n’ont pas fait entendre leur carillon funèbre, les journaux de musique qui paraîtront demain ne seront même pas encadrés de noir en signe de deuil. Et pourtant un grand artiste vient de mourir, un artiste de génie qu’ont poursuivi les haines les plus violentes, qu’ont entouré les témoignages de l’admiration la plus vive. Si le nom de Berlioz n’était pas de ceux que la foule a appris à saluer, il n’en est pas moins illustre, et la postérité l’inscrira parmi les noms des plus grands maîtres. Son œuvre est immense, l’influence qu’il a exercée sur le mouvement musical de son époque est plus considérable qu’on ne le croit aujourd’hui.

« Laissez faire le temps et la justice des hommes. L’Allemagne le considérait comme une de ses gloires ; dans la patrie de Beethoven, on l’appelait le Beethoven français, et il était allé à Vienne, à Weimar ou à Berlin, pour oublier les outrages que ses compatriotes ne lui épargnaient guère. Il vous racontera lui-même dans ses Mémoires posthumes ses chutes les plus imméritées et ses triomphes les plus éclatants ; il vous dira avec le même accent de naïveté sincère : Telle œuvre fut sifflée à Paris, et à Vienne elle excita de tels transports, que les musiciens de l’orchestre baisaient les pans de mon habit.

« Je ne saurais aujourd’hui, tant ma douleur est profonde, écrire quoi que ce soit qui ressemblât à une étude sur le rôle joué par Berlioz et sur ses œuvres impérissables ; l’admiration que j’avais pour l’artiste égalait mon affection pour l’ami dont les défauts m’attachaient autant que les qualités. Je l’ai vu mourir, et pas une plainte ne s’est échappée de ses lèvres avant qu’elles ne fussent glacées par les premières approches de la mort. Il s’est éteint doucement, ayant perdu, pendant les dernières heures, l’usage de ses facultés. Aux quelques amis qui sont venus lui serrer la main, il n’a même pu répondre par une étreinte, par un regard ; mais c’était presque une consolation pour ceux qui pleuraient à son chevet que cette expression de douleur vaincue et de sérénité répandue sur son beau visage. La mort a donc été douce pour ce grand artiste, dont la vie avait été traversée par de si dures épreuves. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tenir le haut du pavé
 
 Il n'est pas permis à tout le monde d'aller à Corinthe
 
MANIFESTATIONS
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 Exposition : Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Dizier)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 8 mars 1554 : bulle de Jules III sur les prêtres mariés
 
 8 mars 1749 : mort de l’historien et linguiste Nicolat Fréret
 
 8 mars 1408 : apologie par le cordelier Jean Petit de l'assassinat du duc d'Orléans, frère unique du roi
 
 8 mars 1795 : retour des Girondins à l'Assemblée
 
 
Et puis aussi...
 
 8 mars 1790 : l'Assemblée nationale maintient les assemblées coloniales
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Mars
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services