Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



20 février 1771 : mort du savant et littérateur Jean-Jacques de Mairan à 92 ans - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Février > 20 février > 20 février 1771 : mort du savant (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 20 février. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


20 février 1771 : mort du savant Jean-Jacques
Dortous de Mairan à l’âge de 92 ans
(D’après « Biographie universelle ancienne
et moderne » (Tome 26), paru en 1820)
Publié / Mis à jour le jeudi 16 février 2017, par LA RÉDACTION



 
 
 
Physicien, mathématicien et littérateur distingué, Jean-Jacques Dortous de Mairan naquit à Béziers le 26 novembre 1678 et perdit son père à l’âge de quatre ans ; à seize, il se trouva maître de sa fortune, par la mort de sa mère, femme respectable, qui avait pris le plus grand soin de son éducation

C’est à cette époque qu’il alla continuer ses études à Toulouse, et y fit de si grands progrès dans les langues anciennes, qu’à sa sortie du collège, il traduisait le grec à livre ouvert. Il vint ensuite à Paris et y demeura environ quatre ans, qu’il employa principalement à étudier la physique et les mathématiques.

De retour dans sa patrie, il continua de s’appliquer à ses études favorites, n’accordant à la société que les moments qu’il n’aurait pu lui enlever avec bienséance. En 1715, il remporta un prix à l’Académie de Bordeaux, par un Mémoire sur les variations du baromètre ; et les deux années suivantes, il y obtint de nouveaux triomphes, par deux Dissertations sur la glace et sur les phosphores. Ces Dissertations furent publiées à Paris, la même année 1715.

Jean-Jacques Dortous de Mairan, par Pierre-Charles Ingouf
Jean-Jacques Dortous de Mairan, par Pierre-Charles Ingouf

L’Académie, voulant exclure de ses concours un athlète si redoutable, s’empressa de l’admettre parmi ses membres. Mairan se fixa pour lors à Paris, où il était déjà connu avantageusement ; et à son arrivée, l’Académie des sciences s’empressa de lui ouvrir ses portes (décembre 1718). Il se montra fort assidu aux séances de cette savante compagnie, et y lut différents mémoires qui ajoutèrent encore à l’idée qu’on s’était faite de ses talents. Il fut chargé, en 1721, avec Varignon, de donner une nouvelle méthode, pour le jaugeage des navires, qui prévînt les plaintes du commerce et les fraudes des marchands ; et les deux académiciens visitèrent ensemble, pour cet objet, les ports principaux de la Méditerranée. Le procédé de Mairan fut grossièrement critiqué par Deslandes qui, après quelques débats, finit par faire une réparation publique, tant à lui qu’à l’Académie.

A son retour, Mairan s’arrêta dans sa ville natale, où il jeta les fondements d’une académie destinée principalement à répandre dans les provinces méridionales le goût des sciences exactes ; et il eut la satisfaction d’en voir approuver les statuts par le roi. Arrivé à Paris, il reprit ses travaux avec une nouvelle ardeur ; et les nombreux mémoires qu’il publia sur différentes questions d’astronomie, de géométrie, de physique et d’histoire naturelle, prouvent la variété et l’étendue de ses connaissances.

Mais il n’était pas seulement savant : Mairan possédait la théorie de la musique ; il jouait également bien de plusieurs instruments, parlait en homme de goût des chefs-d’œuvre de la peinture et de la sculpture, et était très versé dans la chronologie et l’antiquité ; et, comme Fontenelle, il avait l’art d’embellir, des grâces du style, les théories des sciences les plus abstraites : seulement sa touche était plus austère.

Jean-Jacques Dortous de Mairan, par Carmontelle (1760)
Jean-Jacques Dortous de Mairan, par Carmontelle (1760)
Il fut nommé, en 1740, pour remplacer ce même Fontenelle, dans la charge de secrétaire de l’Académie : mais son âge assez avancé lui faisant éprouver le besoin de la retraite, il n’accepta que sous la condition qu’il pourrait se démettre au bout de trois ans ; et il lit agréer Grandjean de Fouchv pour son successeur.

La vieillesse ne fut point pour Mairan un temps de repos : il publiait de nouvelles éditions, corrigées et augmentées, de ses premiers ouvrages, et en composait d’entièrement neufs. Il continuait d’assister régulièrement aux séances de l’Académie, et y faisait de fréquentes lectures. Un rhume, suite du froid qu’il avait éprouvé en allant dîner chez le prince de Conti pendant les vacances de Noël 1770, le força de garder la chambre : ce rhume se changea en une fluxion de poitrine, qui lui devint funeste ; et Mairan fut enlevé aux sciences et à l’amitié, le 20 février 1771, à l’âge de 92 ans.

Mairan était membre de l’Académie française (où il succéda, en 1743, à Saint-Aulaire, et où il fut remplacé par l’abbé Arnaud) ; il l’était également des Sociétés royales d’Edimbourg et d’Upsal, de l’Académie do Pétersbourg et de l’Institut de Bologne. Grandjean de Fouchy, son ami et son élève, prononça son Eloge à l’Académie des sciences. Mairan était un homme doux, honnête et obligeant. On l’accusa d’égoïsme ; mais ce reproche n’est nullement fondé : il se montra au contraire toujours disposé à aider de ses conseils et de son crédit les jeunes gens qui annonçaient du talent et le désir de le cultiver.

Le duc d’Orléans, régent du royaume lui légua sa montre comme une preuve de son estime particulière ; et il reçut du prince de Conti et des plus grands seigneurs des preuves constantes d’estime et de bienveillance. Il était lié avec Voltaire, qui le consultait et professait pour lui des sentiments d’estime qui ne se sont jamais démentis.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Laver la tête à quelqu'un
 
 Espérance bretonne
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 20 février 1684 : le Pont Royal alors appelé Pont Rouge est emporté par les glaces
 
 20 février 1646 : Anne d'Autriche pose la première pierre de la nouvelle église Saint-Sulpice de Paris
 
 20 février 1861 : mort de l'auteur dramatique Eugène Scribe
 
 20 février 1847 : inauguration du théâtre historique d'Alexandre Dumas
 
 
Et puis aussi...
 
 20 février 1662 : Molière épouse Armande Béjart
 
 20 février 1737 : Chauvelin écarté du pouvoir et exilé
 
 20 février 1482 : mort du sculpteur Luca della Robbia
 
 20 février 1477 : assassinat de Jacques Ier, roi d'Ecosse
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 11 ARTICLES

 


Février
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services