le 22 août dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Reine Brunehaut ou Brunehilde (Austrasie), mérovingienne. Naissance, mort, mariage, règne. Mérovingiennes - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Reines, Impératrices > Brunehaut ou Brunehilde (née en 543, (...)

Reines, Impératrices

Biographie des reines et impératrices françaises. Vie des souveraines, faits essentiels, dates-clés. Histoire des règnes


Brunehaut ou Brunehilde
(née en 543, morte en 613)
(Épouse Sigebert Ier (roi d’Austrasie) en 566)
Publié / Mis à jour le mercredi 13 octobre 2010, par LA RÉDACTION


 

Tandis que trois des fils de Clotaire Ier, Caribert, Chilpéric Ier et Gontran, vivaient dans leur palais au milieu des scandales d’unions brisées ou d’alliances illégitimes, Sigebert Ier eut à dégoût la conduite de ses frères et manifesta hautement son mépris : « Il ne me convient pas, dit-il, d’appeler à la couche royale les filles de mes lites ; je veux, par une alliance avec la fille d’un roi, donner mon amour à une épouse qui soit digne de moi. » Il envoya des ambassadeurs au roi des Visigoths Athanaghild, qui tenait sa cour à Tolède, et qui avait deux filles : Brunehaut et Galswinthe.

Brunehaut
Brunehaut
Un merveilleux renom de sagesse et de beauté accompagnait la réputation de Brunehaut. « C’était, dit Grégoire de Tours, une jeune fille de manières élégantes, belle de figure, honnête et décente dans ses mœurs, de bon conseil, et d’agréable conversation ». En la voyant, Sigebert s’applaudit de son choix ; la grâce des manières de Brunehaut, sa noblesse, son aimable entretien la lui rendirent chère. C’est en 566 qu’eut lieu ce mariage royal, célébré par les poètes et par les historiens comme le grand événement de l’époque. Le poète Fortunat s’y trouvait ; c’était au commencement de son long voyage à travers la Gaule, avant qu’il eût pris les ordres à Poitiers. Admis au festin des noces, il y lut une pièce de vers latins où il appelle Brunehaut une autre Vénus, et où il lui dit que sa « dot est l’empire de la beauté ».

Le poète suppose une contestation entre Vénus et l’Amour sur le mérite des deux époux ; l’Amour préfère Sigebert, qu’il appelle un autre Achille ; mais Vénus donne le prix à Brunehaut, et lui parle ainsi : « O vierge que j’admire et qu’adorera ton époux ! Brunehilde, le feu des pierreries cède à l’éclat de ton visage ; les nymphes des fleuves s’inclinent devant toi ; l’Espagne a mis au jour une perle nouvelle. » L’auditoire qui applaudissait à toutes ces belles choses, aurait paru bien étrange à quelque rhéteur romain.

A la table royale, à côté de Brunehaut, parée d’or et de pierreries, se trouvaient les invités de Sigebert : les seigneurs de race gauloise, vêtus de pourpre et de fine laine, aux manières polies, au salut courtois ; les comtes francs, leudes de Sigebert, illettrés et se faisant gloire de ne savoir manier que leur épée, mais richement vêtus et portant les dépouilles des vaincus ; puis les chefs des vieilles tribus franques, des Allemands, des Baïwares, des Thuringes, et « de vrais sauvages tout habillés de fourrure, aussi rudes de manières que d’aspect », affirme Augustin Thierry dans ses Récits des temps mérovingiens.

Au milieu des éclats d’une joie bruyante, lorsque le vin et la bière coulaient à longs flots dans les vases d’or et d’argent ciselés, dépouilles romaines qui ornaient la table des vainqueurs, si quelqu’un eût pu prévoir l’avenir, et se fût levé pour dire à cette jeune fiancée : « Cet époux qui te fait reine aujourd’hui, et qui est ton appui, mourra. Regarde : voilà tes sujets. C’est à ces hommes de tous les pays et de tous les caractères que tu auras à commander, seule, pendant la longue tutelle de tes fils ; il te faudra lutter contre eux tous, et ils te livreront à la fin. Le trône de fleurs où tu t’assieds, se changera pour toi en un siège laborieux, théâtre de continuels soucis, et tu en seras à la fin précipitée. Reine, ne te réjouis pas à cette heure, car de cette jeunesse brillante, tu arriveras par des jours malheureux à une vieillesse outragée, dont, par pitié, la voix qui te révèle l’avenir ne doit pas te dire le terme. »

Si quelque révélation terrible eût répondu par ces menaces aux louanges du poète, Brunehaut se fût troublée, et elle eût demandé grâce, elle qui ne pensait qu’à régner ! Aucune voix ne se fit entendre alors, et plus tard Brunehaut n’écouta pas la parole salutaire de saint Germain qui lui aurait fait éviter de grands malheurs. Les premiers jours de son règne furent des jours de joie. La renommée s’en répandit au loin. L’influence de Brunehaut faillit changer la destinée de Chilpéric, ses habitudes, sa cour. Celui-ci vivait dans un désordre de mœurs qu’il ne prenait pas la peine de dissimuler. Ayant répudié sa femme Audovère, il avait promis à Frédégonde de l’épouser, mais le mariage de Sigebert avec Brunehaut l’inclina à épouser la sœur de Brunehaut, Galswinthe.

Celle-ci ne s’accoutumant pas de l’humeur brusque et capricieuse de son époux Chilpéric, souhaita rejoindre sa famille. On la trouva morte en 568, vraisemblablement assassinée par un serviteur de Frédégonde. Sa mort laissa une profonde impression dans l’esprit des témoins de cette vie sacrifiée. A ses funérailles, qui furent solennelles, un incident singulier vint ajouter à cette impression douloureuse quelque chose de mystérieux : une lampe de cristal suspendue près du tombeau, se détacha subitement et étant tombée sur le pavé sans se briser, elle continua de brûler. On se sentit saisi d’une émotion religieuse, et on se racontait que plusieurs avaient vu le marbre fléchir sous la lampe et la recevoir comme aurait pu le faire une cire molle...

La mort subite de Galswinthe, arrivée après les chagrins que lui avait causés le roi, ne pouvait être regardée par les amis de cette jeune reine que comme le résultat d’un crime. Sa sœur Brunehaut le dit hautement, et excita son époux à la venger. Sigebert demanda l’alliance de Gontran ; les deux rois étaient mus par des sentiments différents. Sigebert, sous l’influence de Brunehaut, voulait punir le coupable ; il ne reculait pas devant la pensée d’un fratricide. Gontran, ou plus calme, ou plus fidèle aux inspirations du christianisme, abandonna bientôt les projets de vengeance. Le rôle de médiateur lui parut plus beau. « Ne prenons pas les armes contre notre frère, dit-il à Sigebert ; si ta cause est juste, prends garde que la haine ne la rende inique. Au lieu de poursuivre Chilpéric sans lui laisser aucune relâche, accepte sa soumission. Nous convoquerons l’assemblée du peuple, et selon la loi nous demanderons pacifiquement la justice ; Chilpéric se soumettra, et nous n’aurons point répandu le sang de notre frère. » Sigebert céda à la sagesse de ces conseils ; mais il exigea que toutes les formalités des coutumes germaniques fussent rigoureusement suivies.

En présence des rois Chilpéric et Sigebert, le mâl (Mâl-Berg, montagne du conseil : assemblées dont l’usage a été apporté de Germanie par les rois francs), présidé par Gontran, donna satisfaction entière à Brunehaut. Il prononça que les cités de Bordeaux, Limoges, Cahors, Béarn et Bigorre, que Galswinthe, sœur de la très-excellente dame Brunehaut, avait reçues à titre de domaine et de présent du matin, deviendraient immédiatement la propriété de la reine Brunehaut et de ses héritiers. Moyennant cette composition, la paix devait être rétablie entre Chilpéric et Sigebert, car le meurtre se rachetait à prix d’argent par les lois franques ; les personnes royales étaient exceptées, mais la composition ou don en satisfaction, entraînait la complète réparation de l’injure.

Aussi les deux rois s’avancèrent l’un vers l’autre tenant à la main des branches d’arbre qu’ils échangèrent mutuellement et après avoir prêté serment. « Mon frère, dit Sigebert en présence des Francs, des hommes d’armes et d’honneur, convoqués selon la loi, sur les montagnes du conseil, je te donne à l’avenir paix et sécurité sur la mort de Galswinthe, sœur de Brunehaut. Tu n’auras plus à craindre de moi ni plaintes, ni poursuites, et s’il arrivait (ce qu’à Dieu ne plaise), que tu fusses inquiété par quelqu’un des miens, pour la composition que j’ai reçue de toi, cette composition te sera rendue au double ».

Cinq années passées dans la paix n’éteignirent ni le ressentiment de Brunehaut, ni le mécontentement de Chilpéric qui regrettait amèrement ses bonnes villes, et pour qui la soumission apparente qu’il avait faite devant le mâl n’avait été qu’une ruse pour gagner du temps. Tout à coup, au bout de cinq ans, croyant l’heure venue, il médite l’attaque de ces villes qu’il a données, et il envoie devant Tours le prince Clovis, le plus jeune des fils qu’il avait eus d’Audovère ; Clovis entre sans résistance à Tours et à Poitiers. Sigebert, qu’indigne cette trahison, en confère avec Gontran ; celui-ci fait marcher contre Clovis l’habile Mummolus qui reprend la ville de Tours avec autant de facilité que Clovis l’avait enlevée, et qui fait prêter serment de fidélité pour le roi Sigebert : il défait ensuite le jeune prince près de Poitiers et retourne auprès de Gontran. Bordeaux est de même pris et repris : pris par Clovis qui y exerça pendant deux mois l’autorité de roi, et repris par un serviteur de Brunehaut qui gardait pour elle la marche d’Espagne.

Alors Chilpéric, outré de chagrin et de dépit, commença une guerre qu’il voulait rendre décisive, et où les deux frères voulaient la vie l’un de l’autre. Vainement le prudent Gontran chercha-t-il à les apaiser en assemblant un synode ecclésiastique, Chilpéric refusa de s’y soumettre ; son fils Théodebert fit une guerre de sauvage en Touraine et en Poitou : les habitants, effrayés du pillage de leurs biens et de l’incendie de leurs maisons, se soumirent ; Tours, Poitiers, Limoges, Cahors furent de nouveau enlevées en cinq mois dans la même année ; prises par Chilpéric, reprises par Sigebert, enlevées encore par Chilpéric.

Grégoire de Tours s’écrie à la vue des désordres de ce temps : « Qu’il est pénible pour moi d’avoir à raconter cette multitude de guerres civiles qui ont si longtemps déchiré la nation des Francs ! » Il raconte que Chilpéric « dévasta, désola Limoges, Cahors et toutes ces provinces, brûla les églises, interrompit le service de Dieu, tua les clercs, détruisit les monastères d’hommes, insulta ceux de filles, et ravagea tout. Il y eut en ce temps un plus grand gémissement qu’au temps de la persécution de Dioclétien ».

Après un accord de paix conclu en 574 entre Chilpéric et Sigebert, ce dernier revint dans son palais de Metz, se reposant sur les bons effets de sa générosité, mais Brunehaut n’était pas satisfaite : elle voulait la mort de Chilpéric ; elle blâmait son époux, le roi d’Austrasie, de la clémence qu’il avait montrée, et lui répétait sans cesse que cette grandeur d’âme serait perdue avec un homme tel que le roi de Neustrie. Elle jugeait bien. Gontran, que la puissance de Sigebert mettait en défiance, reçut au printemps un message de Chilpéric qui lui disait : « Que mon frère vienne avec moi, voyons-nous et poursuivons notre ennemi Sigebert. »

Les deux rois s’unirent, et dès l’année 575, moins d’un an après le traité où Sigebert s’était montré si généreux, Chilpéric fit de nouveau attaquer les cinq villes naguère données à Galswinthe, et devenues une pomme de discorde entre les petits-fils de Clovis Ier. Brunehaut, dont la vengeance avait été longtemps comprimée, usa de tout son crédit sur Sigebert pour ne lui laisser aucun repos qu’elle ne lui eût inspiré un plan ferme, assuré, qui devait aboutir à la mort du coupable. La colère de Sigebert était légitime ; mais Brunehaut abusa de son pouvoir pour le pousser jusqu’au fratricide.

C’est alors que commença dans son effrayante activité la lutte des deux reines, Frédégonde et Brunehaut. Chacune haïssait l’autre de toute l’ardeur de ses ressentiments. Chacune voulait la mort de sa rivale, la mort de l’époux, des enfants, de tout ce qui pouvait être cher à l’autre. Et cette haine était arrivée à un degré où, l’action une fois engagée, le crime devenait imminent ; c’est par le crime que chacune défendait sa vie.

Le drame qui se préparait jeta l’épouvante dans tous les esprits ; les évêques, les princes, les peuples s’émurent : c’était la lutte de la Neustrie contre l’Austrasie, car les Neustriens sentaient que Sigebert, poussé à bout, et sorti une fois de la générosité et de la droiture de son caractère, était résolu à tout pour assurer le succès de son dessein. Il commença par un sacrilège. Le serment le plus saint, fait sur les reliques, empêchait l’un des frères d’entrer à Paris sans le consentement des deux autres. En temps de guerre, Paris restait neutre, comme un séjour inviolable. C’était une convention faite lors du partage du lot de leur frère Caribert, mort en 567. Sigebert crut utile à ses projets de s’assurer Paris. Il osa y entrer malgré son serment, et, pour Sigebert, c’était un acte réfléchi dont il assumait volontairement les suites sur sa tête.

De Paris il envoya deux Austrasiens lever des subsides et des troupes dans les terres de son lot : tout lui réussit ; ces deux hommes vainquirent et tuèrent Théodebert, fils de Chilpéric. Le corps de ce prince serait resté sans sépulture, si un riche Austrasien n’eût pris le soin de le faire ensevelir dans la ville d’Angoulême. En voyant le succès de Sigebert, Gontran abandonna Chilpéric, et celui-ci se jeta dans Tournai avec sa femme et ses enfants ; il se voyait sans ressources et se regardait comme perdu.

Cependant le siège épiscopal de Paris était occupé par un homme de sainteté et de vertu dont le corps débile renfermait une âme courageuse ; sa mission était de dire la vérité aux rois. Saint Germain voyait la haine qui s’était allumée dans le cœur de Sigebert, et il frémissait de la pensée d’un fratricide ; mais autant l’homme de Dieu mettait de zèle à prévenir le crime, autant Brunehaut mettait de persévérance à l’accomplir. Déjà, dans son orgueilleux espoir, elle se voyait reine de Neustrie ; tout semblait concourir à ses vœux : les Neustriens venaient de s’offrir volontairement à l’obéissance de Sigebert.

Tandis que son époux allait à Rouen pour répondre à de si flatteuses prévenances, Brunehaut accourait d’Austrasie pour faire une entrée triomphante à Paris. Toutes ses richesses, son or, ses bijoux, ses vêtements royaux, elle les apporta avec elle ; elle amenait aux Neustriens ses deux filles Ingonde et Chlodoswinthe (Clodesinde), et son fils Childebert, âgé de cinq ans. Sa beauté, sa grâce, la manière vraiment royale dont elle portait la couronne, la firent admirer de la population gauloise, qui, plus que dans toute autre ville, se maintenait, à Paris, pure de mélange avec les Francs.

Le clergé, les fils des anciennes familles sénatoriales vinrent en foule pour la saluer ; elle jouit de ces honneurs rendus à son rang et à l’impression que faisait sa dignité presque impériale. Mais le soir même de ce jour de triomphe, on lui remit, au nom de l’évêque, une lettre qui lui donnait de grands avertissements. Saint Germain s’excusait de n’avoir pu aller au-devant de la reine ; une maladie grave le retenait sur un lit de douleur : « Mais, disait-il, il ne pouvait garder le silence dans une occasion si solennelle ; et il désirait s’adresser à la piété de la reine pour la supplier de calmer la colère du roi son époux et de ne pas poursuivre la vengeance jusqu’à la mort de Chilpéric. C’est une victoire sans honneur, dit-il, que de vaincre son frère. Nous lisons que la reine Esther fut l’instrument de Dieu pour le salut de tout un peuple. Reine, faites éclater votre prudence en détournant le roi Sigebert d’une entreprise condamnée par les lois divines... Ô reine, vous aurez pour vous, dans une si juste cause, le ciel et les hommes. Celui qui mettrait de côté l’amitié fraternelle, qui mépriserait les paroles d’une épouse, qui refuserait de se rendre à la vérité, celui-là, tous les prophètes élèvent la voix contre lui, tous les apôtres le maudissent, et Dieu le jugera. »

L’évêque savait toute la part qu’avait Brunehaut aux projets de vengeance de Sigebert : c’est pourquoi il lui adressait sa prière, sa plainte et sa menace au nom de la religion dont il était le ministre ; mais Brunehaut n’écouta rien ; elle se montrait impatiente de voir revenir son mari couvert du sang d’un frère. Sigebert, dans un même aveuglement, refusa d’ouvrir les yeux à la lumière ; à son retour de Rouen, ayant passé quelques jours à Paris, il n’en sortit que pour marcher en personne contre son frère.

Il partait en armes, entouré de ses cavaliers, avec leurs boucliers peints et leurs lances à banderolles. Il venait de faire un dernier salut à la reine et n’avait pas encore franchi les ponts de la cité : tout à coup il voit paraître l’évêque Germain qui venait à lui vêtu de ses habits sacerdotaux, et qui faisait un dernier effort pour empêcher le fratricide. Pâle et faible, l’évêque approche ; il saisit à la bride le cheval du roi, et, d’une voix inspirée, il dit : « Roi Sigebert, si tu pars sans intention de mettre ton frère à mort, tu reviendras vivant et victorieux ; mais si tu as une autre pensée, tu mourras ; car le Seigneur a dit par la bouche de Salomon : La fosse que tu creuses pour que ton frère y tombe, te fera tomber toi-même. »

Sigebert, sans répondre, dégagea doucement son cheval et passa outre. Saint Germain, le cœur pénétré de douleur, se vit forcé de rentrer au palais épiscopal. Le roi poursuivit sa course en nourrissant toutes ses espérances, tandis que Brunehaut, avec ses enfants, attendait dans l’exercice de sa pleine puissance les nouvelles de la marche triomphante de son époux.

En effet, cette route de Sigebert était un triomphe : à Vitry sur la Scarpe, il trouva des seigneurs neustriens qui venaient l’élever sur le pavois. Dans une plaine bordée des tentes de ceux qui n’avaient pu trouver de logement à Vitry, Sigebert, porté par des soldats sur un large bouclier, parcourut trois fois le cercle des Francs, qui le saluèrent par des acclamations de joie. Ainsi il était roi à la place de son frère, roi d’Austrasie et de Neustrie ; il recevait la couronne de Chilpéric avant d’avoir achevé de la lui enlever. Mais Chilpéric vivait enfermé dans Tournai, et auprès de lui Frédégonde, semblable à la lionne qu’on poursuit dans son repaire, frémissait de rage et de douleur.

Tandis que la reine d’Austrasie recevait dans Paris les agréables nouvelles de l’inauguration de son époux, des envoyés de Frédégonde avaient franchi la courte distance de Tournai à Vitry sur la Scarpe. Ils s’annoncent comme deux Francs-Neustriens qui viennent rendre hommage au roi Sigebert ; on les introduit ; Sigebert, sans défiance, et gracieux pour ses nouveaux sujets, donne audience à ceux-ci ; mais, en se baissant comme pour le saluer, les deux émissaires tirent les skramasax et percent le roi. Sigebert tombe en poussant un grand cri. Ainsi s’accomplissait la parole du saint qu’il avait dédaignée, lui jusque-là si pieux.

Brunehaut faisant évader son fils Childebert
Brunehaut faisant évader
son fils Childebert
Cependant le cri du roi a appelé ses serviteurs ; son camérier entre le premier ; les meurtriers ne peuvent soutenir la lutte et succombent après des efforts inouïs ; mais tout était changé par cette mort. Frédégonde peut s’applaudir ; c’est au tour de Brunehaut à trembler. Brunehaut à Paris, veuve tout d’un coup, et au pouvoir de ses ennemis, que va-t-elle faire ? Sortir de Paris, pourra-t-elle gagner l’Austrasie ? Rester, quel sort lui réserve sa rivale ? Elle prendra le seul conseil dont cette situation désespérée lui permette de tenter le succès : avant toutes choses, elle cherchera à sauver son fils Childebert, l’unique héritier de Sigebert, ce jeune enfant qu’elle a amené si imprudemment avec elle, et que la mort d’un père livre à l’ennemi.

Un profond mystère enveloppe son projet ; elle le confie au seul ami qui soit resté près d’elle, au duc Gondovald. Dans le vieux palais impérial, jadis cher à Julien lorsqu’il revêtait la pourpre de César dans sa chère Lutèce, Brunehaut attend la nuit, et, de concert avec le duc, elle place son Childebert dans une corbeille, qu’à l’aide d’une corde elle fait lentement descendre le long de la vieille muraille. Gondovald a reçu l’enfant, mais, dans la crainte d’être découvert, il n’ose lui servir de guide, il le confie à des mains moins connues. Pour lui, il se contente de suivre de loin, et d’assurer par sa surveillance cette marche périlleuse de l’héritier des rois.

Tout a réussi au gré de ses vœux. Dès le cinquième jour, l’enfant est à Metz où sa présence fait trêve à la douleur publique. On oublie qu’on a perdu Sigebert en voyant son fils. Hier chaque leude assemblait ses guerriers, croyant l’épée de Chilpéric prête à se frayer un passage d’une extrémité à l’autre de l’Austrasie ; aujourd’hui on entoure ce jeune enfant, on l’élève sur le pavois, on salue son inauguration avec des transports de joie. L’Austrasie a un roi ; on lui forme à la hâte un conseil de régence ; les chefs, qui déjà se redoutaient mutuellement, les chefs se rallient autour d’un centre commun : si Chilpéric veut essayer d’entrer en Austrasie, toute l’Austrasie le repoussera. Le sort de Brunehaut même est moins incertain, car ses ennemis redouteront le fils qui devra la venger, et les leudes qui menaceront, si on maltraite leur reine. Brunehaut avait combiné ce plan sans que ni Frédégonde ni son mari en eurent le moindre soupçon.

Arrivé à Paris, Chilpéric se hâta de prendre le trésor que Brunehaut avait apporté d’Austrasie, lui en laissa une faible partie et exila cette princesse à Rouen en la séparant de ces deux filles, Ingonde et Chlodoswinthe, qu’il envoya à Meaux. Brunehaut s’ingéniait à chercher les moyens d’arriver à sortir d’exil, lorsqu’elle vit paraître Mérovée (fils de Chilpéric et de sa première épouse Audovère) qui avait tout bravé pour venir auprès d’elle. Le père du jeune prince l’avait chargé d’une expédition pour s’assurer des villes tant de fois prises et reprises, don du matin de la triste Galswinthe, que Sigebert avait reconquises avant de mourir. Mais Mérovée s’était contenté d’entrer à Tours pour célébrer, disait-il, les fêtes de saint Martin ; puis, ayant formé à la hâte un trésor, il avait prétexté une visite qu’il voulait faire à sa mère Audovère au Mans, et du Mans l’imprudent avait couru à Rouen.

Au bout de quelques jours, la veuve de Sigebert et le fils de Chilpéric s’étaient promis de s’épouser. Une haine commune les unissait contre Frédégonde. Grâce à Prétextat, l’évêque de Rouen, Mérovée put épouser Brunehaut, mais Chilpéric récupéra vite ce fils que Frédégonde ne tarda pas à accuser de la tentative de rapt dont elle fut victime dans le même temps. Et par un contraste assez bizarre, c’est aux soupçons qui perdirent Mérovée, que Brunehaut dut la liberté ; en même temps que Chilpéric effrayé enleva à son fils toute espèce d’armes et le fit garder à vue, il accueillit le message des seigneurs austrasiens qui venaient au nom de leur jeune roi désavouer l’entreprise tentée sur Soissons, et demander le retour de leur reine. Heureux de se délivrer de la présence d’une femme habile en intrigues, et qui, en si peu de temps, avait déjà su se faire un appui du fils même du roi, Chilpéric donna la liberté à Brunehaut, mais sans lui rendre son époux. Il lui permit seulement d’emmener ses filles ; elle quitta en toute hâte la terre fatale de Neustrie, tandis que Mérovée, privé de son bouclier et de son épée, vivait dégradé dans le palais de son père.

Au bout de quelques mois, l’arrêt de ce prince, dicté par Frédégonde, fut prononcé par le roi. Il fallut que le fils d’Audovère et l’époux de Brunehaut laissât couper sa chevelure. C’était pour un prince franc perdre tous ses droits au trône, au moins jusqu’à ce que les cheveux eussent repoussé. Afin de lui ôter à jamais la possibilité de régner, on annula son mariage et on le fit ordonner prêtre malgré lui, au mépris des canons de l’Église ; puis, dans un équipage peu conforme à ses goûts, le prince, vêtu de l’habit romain devenu le costume du clergé, monta à cheval pour aller au Mans. Sa mère y était religieuse, victime de Frédégonde ; le fils allait dans une communauté de prêtres et de moines se former aux habitudes de la vie ecclésiastique. Mais la rage était dans son cœur. Comme il avait encore des amis, son bonheur, du moins le bonheur du moment, permit que l’un d’eux, Galien, vînt assaillir la petite escorte du prisonnier et le délivrer.

A travers mille peines et mille périls, Mérovée parvint à fuir jusqu’en Austrasie. Là il croyait voir ses maux finis ; mais Brunehaut était crainte des leudes et détestée des grands ; le conseil de régence s’était bien promis qu’il ne lui laisserait pas l’appui d’un mari et d’un roi étranger. Elle eut donc la douleur de ne pouvoir rien pour Mérovée. Non seulement les seigneurs austrasiens ne lui permirent pas de le recevoir comme époux, mais ils refusèrent opiniâtrement aux larmes de la reine et à ses prières réitérées de le laisser vivre en paix dans quelqu’un des asiles du royaume ; ils alléguaient le danger d’irriter Chilpéric.

Mérovée dut reprendre avec une douleur amère le chemin qu’il venait de parcourir ; il entra avec quelques amis dans une ferme où, traqué comme une bête fauve, il comprit que sa dernière heure était venue. Alors, assailli par les plus sombres terreurs, des images de supplice et de tortures venant épouvanter son esprit, il voulut échapper par le suicide à ce dernier terme de la douleur. Il dit à son ami, le fidèle Gaïlen : « Mon frère, jusqu’à présent nous n’avons eu qu’une âme et qu’une pensée ; ne me laisse pas, je t’en conjure, à la merci de mes ennemis ; prends une épée, Gaïlen, et tue-moi. » Quand Chilpéric entra, il trouva son fils sans vie (577). Sans respect pour la mémoire de la victime, le roi fit saisir les amis du malheureux jeune homme, et il n’y eut pas pour eux de supplices assez cruels... Gaïlen eut les mains, les pieds, le nez et les oreilles coupés ; Grind expira sur une roue, Gaukil eut la tête tranchée.

Gontran adopte Childebert II, fils de Sigebert Ier et de Brunehaut, afin d'en faire son successeur
Gontran adopte Childebert II, fils de Sigebert Ier
et de Brunehaut, afin d’en faire son successeur
Pendant que de nombreux crimes aplanissaient les obstacles que Frédégonde pouvait avoir à redouter pour le succès de son ambition, la reine Brunehaut, par une administration prudente, triomphait peu à peu des difficultés de sa régence ; à mesure que son fils Childebert grandissait, elle voyait accroître sa propre autorité. Brunehaut ne s’est jamais montrée sanguinaire ; ses talents dans sa lutte avec les leudes, paraissent dignes des éloges que lui donne Grégoire de Tours. Elle rechercha pour Childebert l’appui de Gontran qui le lui promit.

Après l’assassinat de Chilpéric en 584, les seigneurs neustriens reconnurent Clotaire II pour roi (alors âgé de quatre mois), avec l’appui de Gontran. La politique et les inclinations des Neustriens n’auraient pas reçu volontiers un roi d’Austrasie, et Childebert, qui venait avec des troupes pour s’assurer la possession de Paris, dut se retirer. Si ceci fut favorable à Frédégonde, celle-ci devait par la suite s’opposer à Gontran qui prit souvent plaisir à l’humilier, et Brunehaut, qui de son côté avait consolidé son alliance avec Gontran, veillait, soupçonneuse, à ce qui se passerait entre lui et l’épouse du défunt Chilpéric.

L’administration de Brunehaut, pendant sa longue régence, a été marquée par des travaux qui lui ont mérité les éloges de Grégoire de Tours et ceux de saint Grégoire, pape ; elle a fait bâtir des églises, elle a construit en Lorraine des chaussées dont on retrouve les traces, et qui portent le nom de chaussées de la reine Brunehaut ; elle a favorisé de ses lettres et de son crédit l’introduction du christianisme en Angleterre, où la reine Berthe, fille de Caribert et femme d’Ethelbert, roi de Kent, accueillit saint Augustin l’apôtre de l’Angleterre.

Saint Grégoire, dans une des lettres qu’il adresse à Brunehaut, la loue surtout des soins qu’elle avait donnés à l’éducation de son fils. Childebert avait des talents ; les mœurs de ce prince étaient chastes, on ne reproche à sa mémoire aucune cruauté ; cependant il restait parmi les leudes de l’Austrasie un grand nombre de ces hommes, dont l’insolence et l’ambition s’étaient manifestées au commencement de la régence de Brunehaut, et qui cherchaient à recouvrer leur puissance par le crime. Plusieurs conspirations avaient éclaté et avaient été déjouées ; le duc Rauking, détesté pour ses cruautés, avait été pris et mis à mort, lorsqu’il se forma un nouveau complot dans le but d’éliminer Childebert, qui fut découvert grâce à son épouse Faileube. Mais vainement Brunehaut avait déjoué cette conspiration. Childebert mourut à vingt-sept ans, en 595.

La succession de Childebert II, qui amenait un partage entre les enfants, amena aussi une guerre contre Clotaire II, et la première bataille, livrée à Latofa près de Sens, fut à l’avantage de Frédégonde. Mais ce fut le terme des succès de cette femme audacieuse et cruelle ; elle mourut en 597 au retour de l’expédition, en proie aux douleurs d’une maladie aiguë, laissant son fils âgé de treize ans.

Si Brunehaut se réjouit de la mort de sa rivale, malheur à elle, car le temps de sa propre puissance était passé. C’est ici l’époque de sa vie la plus difficile à apprécier ; Grégoire de Tours venait de mourir ; les historiens qui ont repris ses récits ont écrit sous l’influence des ennemis de Brunehaut, et ne peuvent mériter de créance. Aimoin a accusé la reine de la mort de Childebert et de celle de Faileube : Pasquier, dans ses savantes recherches, regarde cette imputation comme une calomnie, que le plus simple examen suffit pour réfuter. Frédégaire ne parle pas de poison.

La seconde régence de la reine ne fut pas moins laborieuse que la première ; elle retrouva les leudes d’Austrasie aussi hostiles, et, à mesure que ses petit-fils grandirent, les leudes cherchèrent à les aigrir contre leur aïeule ; elle punit de mort le duc Wintrion, qui s’était livré à Clotaire II, mais la faction de ce duc survécut à la perte de son chef, et obtint facilement du faible Théodebert (fils de Childebert II) qu’il abandonnât son aïeule ; la malheureuse reine dut fuir en Bourgogne chez son autre petit-fils, Thierry II (Théodoric). On a dit que dans ce voyage, recueillie et gardée par un berger qui avait eu pitié de son infortune, elle en conserva de la reconnaissance, et l’éleva plus tard à la dignité d’évêque ; mais ce récit ne repose sur aucune preuve satisfaisante.

Quoique mécontente de son petit-fils Théodebert, et de Bilichilde, femme de ce prince, Brunehaut était trop habile pour ne pas voir que la désunion des deux frères aurait servi la cause de la Neustrie ; elle engagea donc Thierry à s’unir avec Théodebert pour repousser Clotaire, et elle sut leur procurer l’alliance de Racarède, roi des Visigoths, auquel elle avait donné en mariage sa fille Ingonde. C’est à ces sages combinaisons qu’on dut la victoire de Dormelle, près de l’Ouane, qui enleva à Clotaire toutes ses conquêtes, les pays compris entre l’Océan, la Loire et la Seine, et ceux qui sont au nord de l’Oise. Mais Brunehaut avait plus de peine à se défendre des intrigues des seigneurs que des armes de ses ennemis.

C’est surtout par l’accusation de mœurs dépravées qu’on a flétri la vieillesse de Brunehaut : nous le répétons, elle n’a eu pour historiens de ses malheurs, que des hommes tels que Frédégaire et le moine Aimoin, qui ont écrit l’un cent ans, l’autre quatre cents ans après la mort de cette princesse ; tout ce que Grégoire de Tours a écrit de la jeunesse et de l’âge mûr de Brunehaut dément ces imputations ; mais le véritable tort de la reine à cet égard, fut d’encourager les désordres de Thierry, qui résistait à toutes les instances des évêques qui le pressaient de choisir une reine.

Un jour que Colomban, moine d’Irlande révéré par sa sagesse et sa sainteté, qui formait ses disciples à la vertu dans l’abbaye de Luxueil, allait rendre à la reine-mère dans son domaine de Bourcheresse, entre Châlons et Autun, Brunehaut mettant beaucoup d’empressement à le recevoir, lui amena les quatre enfants de Thierry II, qu’elle élevait avec une affectation de tendresse qui trahissait sa propre ambition. Elle se flattait de fléchir le saint qui avait sermoné Thierry ; mais son attente fut déçue. « Que me veulent ceux-ci ? » demanda Colomban en jetant un regard sur les enfants. « Ce sont les fils du roi qui viennent chercher ta bénédiction », dit Brunehaut. « Ils ne la recevront point, répondit le saint, et sachez tous qu’ils ne porteront jamais le sceptre royal, car ils sont de mauvaise et criminelle naissance ».

Une si grande hardiesse inspira à Brunehaut le désir de restreindre l’autorité de la parole de ce moine puissant ; elle interdit aux religieux de Luxeuil la sortie de leur monastère ; aussitôt Colomban partit pour Espoisse , où était le roi, afin de lui demander la révocation de cet ordre contraire à ses vues religieuses. L’austérité de ses avis n’était pas la seule cause de l’irritation de Brunehaut. Elle s’était offensée de ce qu’il lui avait interdit, comme aux autres femmes, l’entrée de l’intérieur du couvent. Les efforts de Thierry pour faire fléchir Colomban furent vains, et le saint fut exilé.

Une guerre fratricide dont on ignore la cause réelle éclata entre Théodebert et Thierry. Pourchassant Théodebert jusqu’à Cologne, Thierry exigea qu’on lui livrât son frère, et son vœu fut rempli. On lui jeta du haut des murs la tête de Théodebert ; et, comme un soldat lui montrait le jeune fils de Théodebert, le roi fit un signe, et l’enfant, précipité au même instant, tomba sans vie au pied de la muraille. Frédégaire dit que Thierry ne tua pas son frère, mais qu’il le dégrada et l’envoya dans un monastère où Brunehaut le fit périr. Aimoin accuse la reine d’avoir excité Thierry au meurtre de Théodebert. Clotaire II, quand il vit l’un des frères tombé, quitta son attitude pacifique et entra, les armes à la main, dans les provinces que lui avait naguère prises le roi d’Austrasie. Thierry, en se préparant à combattre, fut atteint à Metz d’une dysenterie dont il mourut.

La destinée de Brunehaut a quelque chose d’effrayant. Trois fois elle est régente, et trois fois il lui faut défendre le royaume de ses enfants et contre les ennemis qu’elle avait en Austrasie, et contre les rois de Neustrie. Cette dernière fois l’illégitimité de la naissance de ses quatre petits-fils rendait les circonstances plus difficiles encore. Sa prudence ne faillit point ; elle proclama les fils de Thierry ; elle fixa sa résidence à Worms ; elle envoya en Thuringe Albain et Warnachaire avec le jeune Sigebert II. Elle prépara tout, et pour s’assurer l’esprit des populations, et pour résister à Clotaire II, s’il persistait à attaquer l’Austrasie. Puis elle fit demander la paix à ce prince. « Dites à la reine, répondit Clotaire, que si elle veut la paix, je veux faire tous les chefs francs juges des droits de Sigebert. Qu’elle vienne à un plaid à Soissons ; quelle que soit la décision des chefs, je promets de m’y soumettre. »

On savait que la naissance des enfants serait regardée comme un obstacle à leur autorité ; dès lors l’intention de Clotaire était manifeste, et la reine ne pouvait se laisser prendre à un tel piège. Loin de se rendre au plaid comme le roi de Neustrie l’y invitait, elle se prépara à la guerre et vint en Bourgogne, pour en suivre les mouvements. Warnachaire, maire du palais de ce royaume, y était avec le jeune Sigebert. Brunehaut ne savait pas que ce traître avait travaillé tous les esprits pour détacher les leudes de la cause royale. Il avait même promis de livrer la reine. Warnachaire montre un grand empressement et lève des troupes nombreuses, il offre le combat et promet la victoire ; mais à peine les armées sont-elles en présence que, à un signal donné, les soldats bourguignons se débandent, et se séparent ; Clotaire feint de les poursuivre ; mais en effet il attend patiemment le succès de la trahison de Warnachaire.

Tous les fils de Thierry étaient à cette bataille ; ils cherchèrent vainement à échapper à leur ennemi ; Sigebert, Corbon et Mérovée furent arrêtés dans leur fuite. Clotaire massacra Sigebert II et Corbon, et envoya Mérovée dans un cloître : car il n’osait tuer celui-ci, qui était son filleul. Childebert, le quatrième des fils de Thierry, avait disparu, et l’histoire n’a rien recueilli sur sa destinée. Dans l’espoir de pallier l’horreur de sa trahison, le maire Warnachaire a publié que la reine voulait sa perte : Aimoin et Frédégaire racontent qu’une lettre de Brunehaut à Alboin (maire d’Austrasie), trouvée à demi déchirée par Warnachaire, apprit à ce seigneur que la reine devait le faire périr, et que la trahison ne fut pour lui qu’un moyen de pourvoir à sa propre sûreté ; c’est une des choses douteuses de l’histoire de Brunehaut : il serait injuste d’admettre sans examen contre cette malheureuse reine, le témoignage de ceux qui l’ont trahie et qui ont profité de ses revers.

Après ce dernier malheur, Brunehaut fuyait accompagnée de sa petite-fille Theudelinde, qui lui resta fidèle, et qui, jusqu’à la fin, ne cessa de la soutenir et de la consoler. Elles étaient toutes deux parvenues jusqu’à Orbe après avoir franchi le Jura ; lorsqu’un des leudes d’Austrasie découvrit leur retraite, et livra la reine qui avait été sa bienfaitrice. Ce lâche se nommait Herpon. Clotaire II assembla un plaid de ses leudes de Neustrie, et se prépara à recevoir Brunehaut pour la juger. Cette femme courageuse parut devant son neveu revêtue de ses habits royaux ; sans doute elle voulut lui rappeler par là tous les titres qu’elle avait à son respect, puisque, reine de tant d’Etats, elle n’était devant lui que parce qu’elle avait été vaincue.


Supplice de Brunehaut en 613.
Illustration du livre de Jehan Boccace (XVe siècle)
On a dit qu’elle s’était parée dans l’espoir de séduire le cœur de Clotaire : son âge de près de quatre-vingts ans la défend contre cette ridicule accusation. Clotaire avait trente-cinq ans. Assis sur un trône élevé, il lui reprocha le meurtre de dix rois, et lui imputa tous les crimes commis depuis trente ans. « Reine, qu’espères-tu de Dieu et des hommes ? Tu viens ici souillée du sang de tes petits-fils [Corbon et Sigebert II, que lui-même venait de mettre à mort] ; c’est toi qui as conduit le poignard qui a percé le roi Sigebert [Sigebert Ier], notre oncle et ton époux [que Frédégonde avait fait assassiner devant Tournai] ; c’est toi qui m’as privé de mon père, le roi Chilpéric de glorieuse mémoire [on sait comment Chilpéric avait péri à Chelles] ; c’est toi qui as tué Mérovée [fils de Chilpéric Ier et d’Audovère], que tu avais reçu dans ton lit [elle avait pleuré en vain devant ses leudes pour lui obtenir un asile]. Tu n’as pas épargné tes propres fils, qui sont morts à cause de toi. Que peux-tu dire pour ta justification ? »

Puis, sans laisser à la reine le temps de dire un seul mot, le fils de Frédégonde se tourna vers ses leudes : « Que vous en semble ? N’a-t-elle pas mérité la mort ? » Un cri unanime retentit : « Elle a mérité la mort ! elle a mérité la mort ! » Clotaire ratifia la sentence. Tous les leudes et le peuple ressemblés à Rionne, où se tenait ce plaid inique, assistèrent à l’humiliation de Brunehaut ; ni le rang, ni le respect dû à la vieillesse, ni cette grande infortune ne purent inspirer la moindre commisération.

Pendant trois jours les bourreaux épuisèrent sur son faible corps tous les tourments dont on ne meurt pas ; puis ils l’attachèrent par dérision sur le dos d’un chameau ; la promenèrent dans tout le camp, exposée à la risée des soldats ; et, pour finir, on lia ses membres frémissants à la queue d’un cheval indompté qui la déchira sur les ronces. Elle expira dans ce dernier supplice... Fille, femme, sœur et mère de rois, reine puissante, dont le génie avait gouverné l’Austrasie pendant quarante-neuf ans !

Brunehaut a voulu la mort de Chilpéric ; elle y a poussé son mari ; c’est sa première faute et son premier crime : elle a détourné son petit-fils d’une alliance légitime, afin de conserver sans partage une force que sa vieillesse la rendait presque impuissante à exercer ; c’est un fait qui paraît prouvé. Mais à côté de ses fautes on trouve des qualités à louer. Brunehaut a montré du dévouement pour ceux qui servaient sa cause ; quand elle paraît au milieu du tumulte pour sauver un de ses leudes, son courage mérite d’être admiré.

Son mariage avec Mérovée a été jugé diversement ; les uns l’ont blâmé comme une très grande faute, les autres l’ont regardé comme un trait d’habileté. Le résultat pour elle a été de la rendre à la liberté ; mais le scandale de cette union entre le neveu et la veuve de l’oncle, le peu de respect que la reine parut avoir de son veuvage, demeurent autant de taches. Mérovée paya de sa vie ce triste mariage ; toutefois ceux qui reprocheraient à Brunehaut de n’avoir pas secouru ce prince devenu son époux, comprendraient mal la position de la reine, entourée de leudes insolents qui avaient trop de prétextes pour colorer leur dureté et satisfaire leur orgueil ; ils se complaisaient dans l’humiliation de Brunehaut et repoussaient Mérovée en criant que son séjour était la perte de l’Austrasie.

Brunehaut eut trois enfants avec Sigebert Ier : Ingonde (née en 567 et morte en 585) ; Chlodoswinthe (née en 569) ; Childebert (né en 570 et mort en 595) qui devint roi d’Austrasie, de Paris et de Bourgogne sous le nom de Childebert II.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 On ne vieillit point à table
 
 Faites ce que je vous dis et non pas ce que je fais
 
MANIFESTATIONS
 Trésors du Moyen Âge exposés au Scriptorial d'Avranches
 
 Trésor de tapisseries exposées au Château d'Angers
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Berthe de Hollande (née vers 1055, morte le 30 juillet 1094)
 
 Radegonde (née en 519, morte le 13 août 587)
 
 Anne de Bretagne (née le 25 janvier 1477, morte le 9 janvier 1514) deux fois reine de France
 
 Liutgarde (née en ?, morte le 25 janvier 885)
 
 
Et puis aussi...
 
 Constance de Castille (née vers 1136, morte le 4 octobre 1160)
 
 Ingonde (née vers 499, morte en 546)
 
 Otgive ou Ogive ou Edwige (née vers 905, morte en 951)
 
 Frédégonde (née vers 545, morte en 597)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 96 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services