Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



La France gouvernable mais pas administrable. Gouvernement, prescriptions de l'administration. Français rétifs aux changements administratifs salutaires. Politique et liberté - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > France (La), pays gouvernable mais (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


France (La), pays gouvernable
mais pas administrable
(D’après « Le Mois littéraire et pittoresque », paru en 1904)
Publié / Mis à jour le samedi 19 mai 2012, par LA RÉDACTION



 
 
 
On a souvent dit que les Français étaient ingouvernables, ce qui est l’assertion la plus fausse du monde, et l’histoire démontre tout entière ou à bien peu près qu’ils sont gouvernables par n’importe qui. Ce qu’il faut dire, et cela sera approximativement exact, c’est qu’ils ne sont pas « administrables », ce qui est tout différent, avance l’académicien Emile Faguet en 1904.

Et de lancer : le gouvernement que vous voudrez, c’est leur devise, et au gouvernement qu’on a voulu, et non pas qu’ils ont voulu, ils obéissent de la meilleure grâce du monde ; mais aux prescriptions de l’administration ils aiment infiniment ne pas se conformer et ils s’en moquent, à l’ordinaire, comme un poisson d’une mandarine. La Bruyère a dit quelque part, et ce doit être dans le chapitre des écriteaux :

« Quand on veut changer et innover dans une république, c’est moins les choses que les gens que l’on considère. Il y a des conjonctures où l’on sent bien qu’on ne saurait trop attenter contre le peuple, et il y en a d’autres où il est clair qu’on ne peut trop le ménager. Vous pouvez aujourd’hui ôter à cette ville ses franchises, ses droits, ses privilèges, mais demain ne songez pas à réformer ses enseignes ».

A mon avis, et en demandant pardon de la liberté grande, je crois que La Bruyère se trompe partiellement. Ce n’est pas là - du moins en France, et La Bruyère ne parle que de la France - une question de conjonctures et de temps et d’aujourd’hui et de demain ; c’est bien une question de choses et d’espèces. Il ne faut pas dire qu’en tel temps on peut tout changer, même les enseignes, et qu’en tel temps on ne peut rien changer, non pas même les enseignes ; il faut dire qu’en tout temps on peut changer certaines choses, à savoir celles qui sont importantes, et qu’en tout temps on échouera à vouloir en changer certaines autres, à savoir les secondaires, en d’autres termes qu’en tout temps, en affaires politiques, on fait de la France ce qu’on veut, et qu’en tout temps, en choses administratives, on la trouve rebelle ou très peu malléable.

La Bruyère avait sous les yeux la chose telle que je la dis et non telle qu’il la présente. Privilèges des villes méprisés, franchises municipales supprimées, élections (municipales) violentées ou rayées d’un trait de plume ; « fructidorisées » (déjà) pour ainsi parler, magistratures municipales soustraites à l’élection et remises au choix et bon plaisir du roi ; tout cela, tout le long du règne de Louis XIV, passe comme lettre à la poste et même beaucoup plus facilement. C’est de la politique, c’est du gouvernement, c’est une question de liberté ; la France est gouvernable à merci.

Mais quand il s’agit d’administration, c’est une tout autre affaire. La question des enseignes - nous y voilà - fut sous le règne de Louis XIV une question énorme. Elles n’étaient pas, comme vous savez, appliquées aux murs dans ce temps-là, elles pendaient en potence en avant des maisons et se balançaient au-dessus de la tête des passants, faisant osciller à un demi-pied au-dessus du nez des promeneurs des « truies qui filent », des « chats qui pêchent », des « chiens qui fument » et des « chameaux qui jouent de la flûte ». Elles étaient si nombreuses et si énormes, qu’elles volaient la lumière du jour et qu’une rue commerçante était une rue sans soleil. Or, on essaya de les supprimer ; on ne put pas y réussir. On dut se borner, en 1669, à les réduire à une dimension maximum. Encore cela n’alla pas tout seul. La France est gouvernable, elle n’est pas administrable.

De même, l’édit de 1773, qui enjoignit aux particuliers de se servir pour leurs contrats de papiers timbrés et à formules imposées, donna lieu en Guyenne et en Bretagne à des émeutes qui furent sauvagement réprimées. La France est gouvernable, elle n’est pas facilement administrable. De nos jours, ajoute Faguet, cela se constate encore parfaitement. Voyez. Le sous-secrétaire d’État aux Postes, le très diligent M. Mougeot, s’inspirant du très bon exemple de l’administration des Postes à Londres, prit une décision, il y a trois ans, pour recommander aux expéditeurs de lettres de faire entrer dans la suscription des lettres pour Paris le numéro de l’arrondissement.

Il n’y a rien de plus rationnel, de plus juste et de plus pratique. C’est dans l’intérêt de tout le monde. C’est de la division du travail. Au lieu d’imposer à l’employé de l’Administration centrale le soin et le travail de chercher l’arrondissement où se trouve la rue mentionnée sur votre adresse, vous vous l’imposez à vous-même, ce qui vous demande quinze secondes, et ces quinze secondes que chacun s’impose évitent de longs retards et une besogne énorme aux employés.

Donc, avantage pour vous, qui êtes sûr que votre lettre ne subira pas de retard ; avantage pour les employés, qui, ne l’oubliez pourtant pas, sont vos compatriotes ; avantage encore pour vous, parce que si vous doublez la besogne des employés, il en faudra augmenter le nombre, et que les nouveaux employés créés, c’est encore vous qui les payerez, je vous assure, assène l’académicien. Donc, il n’y a pas de mesure plus raisonnable et plus pratique. S’il est absolument inutile, quand il s’agit de la rue de la Paix, d’indiquer qu’elle est du IIe, et quand il s’agit de la rue du Louvre, de spécifier qu’elle est du Ier, il est très peu superflu, même pour des postiers experts, de leur suggérer que la rue Myrba est du XVIIIe, et que la rue des Pavillons est du XXe, et que l’impasse Myrtil est du XIIIe. On peut être un excellent postier et ne connaître que subconsciemment l’impasse Myrtil, malgré son nom agréable, et il est d’un bon citoyen et d’un homme soigneux de ses propres intérêts mêmes, de ne pas mettre un postier dans une impasse.

Eh bien, cette réforme la plus simple, la plus rationnelle, la plus pratique et la moins onéreuse du monde, la France inadministrable n’a pas voulu s’y prêter. On a fait le compte des personnes qui ont observé cette recommandation de M. Mougeot, qui ont fait mention, en leurs suscriptions, du numéro de l’arrondissement. On en a trouvé treize pour cent. Quatre-vingt-sept expéditeurs sur cent, autant dire quasi tout le monde, se sont parfaitement désintéressés de la question et ont considéré la recommandation de M. Mougeot comme une « subtilité byzantine » ou une « tracasserie administrative ». Remarquez que si une lettre adressée par eux impasse Myrtil arrivait avec un peu de retard, ou si l’impôt augmentait par suite de la création de nouveaux postes d’employés des postes, les mêmes quatre-vingt-sept crieraient comme l’animal nommé putois, lance Emile Faguet, qui ajoute : ils n’auraient pourtant que ce qu’ils méritent ; ils seraient punis pour manque d’adresse.

La France est le pays le plus gouvernable du monde ; elle en est le moins administrable. Je recommande à tous mes correspondants, bien que la rue où j’habite soit très connue, de mettre, pour le principe, pour la bonne règle, le numéro de mon arrondissement. Ils feront plaisir à l’homme qui est le plus libéral et le plus « libertaire » du monde, et qui proteste quand on enlève une liberté à la France, mais qui reconnaît qu’il faut mettre autant de bonne volonté à se laisser administrer sagement que de fermeté à ne pas se laisser gouverner tyranniquement.

L’académicien conclut ainsi : et je mets cette causerie sous enveloppe et je l’envoie au Mois, avec cette adresse : « 5, rue Bayard, VIIIe ». Est-ce que cela ne fait pas bien, un nom de rue encadré de deux numéros, comme de deux supports héraldiques ou comme de deux chiens de garde ? Même au point de vue esthétique, c’est excellent.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Bâtir des châteaux en Espagne
 
 Payer les violons
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Enseignement laïque : volonté de dresser un tableau noir du passé ?
 
 Microbe (Le) de la vieillesse : mieux que la mythique Eau de Jouvence ?
 
 Arsène Lupin : le voleur admirable de Maurice Leblanc
 
 Protestations déclenchées par une motion substituant le tutoiement au vouvoiement sous la Révolution française
 
 
Et puis aussi...
 
 Combat de Cyrano de Bergerac contre le singe Fagotin de Brioché et vengeance du musicien Dassoucy
 
 Moustaches (Les) du roi Henri IV réapparaissent et font débat en 1866
 
 Voleurs des Champs-Elysées (Les) arrêtés par un caniche
 
 Maire d'un village fantôme : Beaumont-en-Verdunois (Meuse)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 316 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services