Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Repères de l'Histoire de France. Dates historiques, événements, personnages. Période première moitié du XVIIIe siècle - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Repères historiques > Première moitié du XVIIIe siècle

Repères historiques

Points de repère de l’Histoire de France. Précis chronologique abrégé. Les événements marquants et importants de notre Histoire, classés par date


Première moitié du XVIIIe siècle
Publié / Mis à jour le jeudi 8 avril 2010, par LA RÉDACTION



 

Points de repère de l’Histoire de France : première moitié du XVIIIe siècle. Précis chronologique abrégé consignant les événements marquants et faits historiques notoires de la première moitié du XVIIIe siècle. Toutes les dates principales nécessaires à une bonne compréhension de l’Histoire.

1701-1713
Guerre de la succession d’Espagne. Elle a une double cause : 1° l’émotion suscitée dans les Cours d’Europe par le testament de Charles II d’Espagne ; celui-ci, en mourant en 1700 sans postérité, léguait tous ses États au duc d’Anjou, petit-fils de Louis XIV, à la condition toutefois que la monarchie espagnole ne subirait aucun amoindrissement territorial, et ne serait en aucun cas réunie à la France ; 2° malgré le traité de Ryswick, Louis XIV reconnaissait, comme roi d’Angleterre, le fils de Jacques II, et, à l’encontre du testament de Charles II, il réservait au duc d’Anjou (devenu roi d’Espagne sous le nom de Philippe V) ses droits à la succession au trône de France pour le cas où la branche aînée des Bourbons viendrait à s’éteindre (le duc d’Anjou, né en 1683, était le second fils du Dauphin, fils de Louis XIV). Dans cette guerre, la France eut à lutter contre l’Angleterre, la Hollande, l’Autriche, le Portugal et la Savoie, que l’infatigable Guillaume III avait réunis en une Ligue contre elle : la Ligue de La Haye. L’Espagne et la Bavière étaient ses seules alliées. (La Bavière cependant prétendait, comme l’Autriche, avoir des droits dans la succession d’Espagne).

1702
Victoire des Français (Villars) à Friedlingen.

1703
Victoire des mêmes à Hochstedt.

1704
Les généraux français Marsin et Tallard, à Hochstedt, sont battus par Marlborough (Anglais) et le prince Eugène de Savoie. Par suite de leur défaite, les Français se voient contraints d’évacuer l’Allemagne.

1705
Villeroi (Français) battu à Ramillies par Marlborough. Le duc de La Feuillade (Français) battu à Turin par Eugène de Savoie.

1707
Berwick (fils naturel de Jacques II, naturalisé Français, général au service de la France) bat les Impériaux à Almanza (Espagne).

Victoire des Français (Villars) à Stalhofen, près de Strasbourg.

1708
Vendôme et le duc de Bourgogne (Français) sont battus à Oudenarde par Marlborough et Eugène de Savoie. Par suite de ces défaites, les Français se sont vu contraints d’évacuer l’Italie et la Belgique.

1709
Prise de Lille par les ennemis au maréchal de Boufflers, malgré une belle défense.

Défaite des Français (Villars) à Malplaquet.

La rigueur de l’hiver, cette année-là en France, est restée légendaire.

1710
Victoire de Villaviciosa remportée par Vendôme. La situation de Philippe V, un moment compromise, est rétablie par cette victoire, et il régnera désormais sans encombre jusqu’en 1746.

1711
Paix avec l’Angleterre, qui abandonne la lutte et demande la paix par suite de la mort de l’empereur Joseph II d’Autriche, les succès contre la France ne pouvant dès lors servir qu’à fortifier et à unir l’Espagne et l’Autriche, ce qui eût été reconstituer la puissance de Charles-Quint.

1712
Villars remporte à Denain, sur Eugène de Savoie, une grande victoire qui hâte la conclusion de la paix avec les autres membres de la Ligue.

1713
Traité d’Utrecht, qui met fin à la guerre de la succession d’Espagne : Louis XIV cède à l’Angleterre Terre-Neuve, l’Acadie, la baie d’Hudson, déclare abandonner la cause des Stuarts, et s’engage à combler le port de Dunkerque. Philippe V conserve toutes ses colonies, mais renonce pour lui et sa postérité au trône de France. Il abandonne à l’Angleterre Gibraltar et l’île Minorque. L’Empereur d’Autriche obtient les Pays-Pas, le Milanais, le royaume de Naples, la Sardaigne. Le duc de Savoie reçoit la Sicile. Enfin, l’électeur de Brandebourg est reconnu roi de Prusse.

1714
Mort (date incertaine) de Denis Papin.

1715
Mort de Louis XIV. A ce moment, la France est complètement épuisée par les guerres incessantes qu’elle a soutenues ; les conséquences du terrible hiver de 1709 pèsent encore sur l’agriculture et le commerce ; la France a perdu une grande partie de ses colonies, ; l’industrie a été arrêtée dans son essor par la révocation de l’Edit de Nantes ; le trésor public est vide. Ce règne pourtant a été glorieux, et fécond pour la civilisation, par le grand nombre de savants, d’écrivains et d’artistes qui l’ont illustré ; il fut grand pour la France par le prestige qu’il donna à notre nation, et par les acquisitions territoriales qui étendirent ses limites.

La Régence. Le trône de France revenait à Louis XV qui était fils du duc de Bourgogne et par conséquent arrière-petit-fils de Louis XIV, mais ce prince n’était encore âgé que de cinq ans. Louis XIV avait prévu par son testament la composition du Conseil de régence qui devrait gouverner en attendant la majorité de Louis XV. Mais le neveu de Louis XIV, Philippe, duc d’Orléans, intervint ; il fit casser le testament de Louis XIV par le Parlement, qui lui déféra la régence sans conditions. On ne désigne générale-ment ce personnage que sous le nom de Régent : de même, la période pendant laquelle il a gouverné est la seule de notre histoire à laquelle on donne couramment le nom de Régence sans autre désignation. Le duc d’Orléans était d’une intelligence supérieure, et connu pour sa bravoure : mais la légèreté de son esprit, son amour du plaisir et sa faiblesse de caractère furent la cause de grands malheurs pour la France. Le Régent s’adjoignit le cardinal Dubois comme premier ministre.

1716
Création de la banque de Law. L’Écossais Law, habile financier, crut qu’il pourrait rétablir la situation financière de la France au moyen de la circulation d’une sorte de papier-monnaie. La banque fondée par Law avec l’autorisation du Régent était au capital de 6 millions, divisé en 1 200 actions ; elle émettait des billets payables à vue en espèces invariables de poids et de titre (ce qui était appréciable, sur-tout à cette époque où les monnaies étaient fréquemment altérées par l’État). De plus, la banque escomptait à taux modéré, et par-là était utile au commerce. La banque fut déclarée Banque royale en 1718.

1717
Création de la Compagnie Commerciale pour exploiter les richesses naturelles du Mississipi et qui, ayant absorbé les autres compagnies, devient la Compagnie des Indes.

Séjour à Paris de Pierre Ier, tsar de Russie (Pierre le Grand).

1717-1720
Quadruple alliance (entre France, Angleterre, Hollande, Autriche) formée par le cardinal Dubois, pour tenir en respect le roi d’Espagne Philippe V, lequel avait comploté par le moyen de son ambassadeur Cellamare, avec la duchesse du Maine (Conspiration de Cellamare), d’enlever la régence au duc d’Orléans et de se faire rendre les territoires que le traité d’Utrecht lui avait enlevés. Une armée française entra en Espagne, et Philippe V effrayé demanda la paix.

1720
Le système de Law, pratiqué sans ménagement, avait d’abord favorisé un immense développement des affaires ; mais les émissions de papier se succédèrent, sans être dès lors garanties par quoi que ce fût, et lorsque les porteurs des dix milliards de papier émis voulurent réaliser, on s’aperçut que tout le numéraire qui existait alors en France ne dépassait pas un milliard. De là une banqueroute sans précédent. Law dut s’enfuir pour n’être pas lapidé.

Peste de Marseille. Dans cette ville et en Provence, plus de 85000 personnes périrent, victimes du fléau. A cette occasion l’évêque de Marseille, Belzunce et le magistrat municipal Rose, ainsi que de nombreux échevins, firent preuve d’un dévouement héroïque.

1723
Majorité de Louis XV. Il prend les rênes du gouvernement.

Mort du cardinal Dubois et du duc d’Orléans. Le nouveau roi prit pour premier ministre le duc de Bourbon, petit-fils du grand Condé. Le premier acte de celui-ci fut de répudier la politique de Louis XIV à l’égard de l’Espagne, en froissant cette puissance. En effet, il renvoya à la Cour d’Espagne une infante espagnole qui était élevée à la Cour de France et qui était fiancée à Louis XV, rompant ainsi l’union projetée, dans le but de faire épouser au jeune roi une personne qui ne dût qu’à lui-même son élévation et sa fortune. Il avait arrêté son choix sur la fille de Stanislas Leczinski, roi détrôné de Pologne fixé en France, qu’il fit en effet épouser à Louis XV (1725). Marie Leczinska, née en 1703, plus âgée par conséquent de sept ans que Louis XV, eut de ce dernier dix enfants, dont deux garçons.

1726
Le cardinal Fleury, ancien précepteur du roi, devient premier ministre, à l’âge de 73 ans, et conservera jusqu’à 81 ans cette charge, dans laquelle il rendit de grands services par son bon sens, son honnêteté, sa bonne entente des affaires. Il ne put cependant éviter la guerre, qui eut lieu deux fois pendant son ministère.

1733-1735
Guerre de la succession de Pologne. Par suite de la mort du roi de ce pays, Auguste II, le trône fut réclamé par Stanislas Leczinski, beau-père de Louis XV, sur lequel se portèrent en effet les suffrages de la noblesse polonaise. Mais l’Autriche et la Russie avaient des raisons pour préférer Auguste de Saxe et soutenir sa candidature. Stanislas, qui avait cru pou-voir prendre possession de la couronne, vit se dresser contre lui ces redoutables ennemis : enfermé dans Dantzig, il fut assiégé par les Russes. Le cardinal Fleury envoya un secours de 1 500 hommes. Le chef de cette petite troupe ne pouvant affronter les assiégeants la ramenait sans avoir combattu lorsque le comte de Plélo, ambassadeur de France au Danemark, en prit le commandement, la ramena sous Dantzig et y livra une bataille où elle fut presque anéantie et où lui-même fut tué. Fleury, pour venger cet échec, ne pouvant atteindre la Russie, attaqua l’Autriche. En vertu d’une entente avec l’Espagne à qui il promit le royaume de Naples, et la Maison de Savoie qui devait recevoir le Milanais, il envoya une armée en Italie sous les ordres de Villars, qui mourut dès le début de l’offensive, à Turin. Le maréchal de Coigny le rem-plaça, remporta les victoires de Parme et de Guastalla (1734) qui le rendirent maître du Milanais, pendant que les Espagnols (général de Montemar), à la suite de leur victoire de Bilonto, occupaient le royaume de Naples. Les hostilités, du fait de cette guerre, étaient ter-minées en 1735, mais la paix ne fut signée qu’en 1738.

1738
Le traité de Vienne, signé cette année-là, mit fin à la guerre de la succession de Pologne. Auguste III de Saxe était reconnu roi de ce pays. Stanislas Leczinski, en dédommagement de son trône perdu, était fait duc de Lorraine ; la Lorraine et le Barrois, érigés à cette occasion en royaume devaient, à sa mort, faire retour à la France : il mourut en 1766. Don Carlos, deuxième fils de Philippe V, recevait le royaume des Deux-Siciles, fondant ainsi la maison des Bourbons de Naples.

1741-1748
Guerre de la succession d’Autriche. L’empereur d’Allemagne Charles VI laissait ses biens héréditaires à sa fille Marie-Thérèse, mais les droits de cette princesse furent contestés par les rois de Pologne, de Prusse et d’Espagne et le duc de Bavière. Les prétentions de ce dernier étaient soutenues par Louis XV. L’Angleterre, la Hollande et la Russie prirent le parti de Marie-Thérèse. Il s’ensuivit une guerre dans laquelle nos armées s’illustrèrent, d’ailleurs sans profit ; en voici les principaux faits.

1741
Invasion de la Bohême par les Français ; siège et prise de Prague, puis les Français, commandés par Chevert, sont contraints d’abandonner la ville.

1745
Victoire des Français, commandés par Maurice de Saxe, à Fontenoy, sur les Anglo-Hollandais.

Entrée des Français à Bruxelles (1746).

1746
Prise de Namur, par les Français, et leur victoire à Raucoux sur les Anglo-Impériaux.

1747
Victoire des Français, à Lawfeld sur les Anglo-Hollandais et prise par eux de la ville de Berg-op-Zoom.

1748
Traité d’Aix-la-Chapelle qui met fin à cette guerre. Les droits de Marie-Thérèse sont reconnus et son époux, François de Lorraine, est proclamé empereur d’Allemagne. Frédéric II, par deux fois, s’était retiré de la lutte, laissant ses alliés dans l’embarras et compromettant la cause commune ; cependant il se voit attribuer la Silésie que d’ailleurs ses soldats avaient conquise, ce qui commença la fortune du royaume de Prusse. Louis XV n’ayant rien demandé se retire de la guerre qu’il a gagnée sans aucune compensation : « Nous ne faisons pas la guerre, dit-il, en marchand, mais en roi. »

L’Esprit des Lois, de Montesquieu.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 A bon entendeur salut ou demi-mot
 
 Qui se ressemble s'assemble
 
MANIFESTATIONS
 Le monde d'Hergé à découvrir à la Saline Royale d'Arc-et-Senans
 
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Troisième République (1870-1940)
 
 Second Empire (1852-1870)
 
 Deuxième République (1848-1852)
 
 Monarchie de Juillet (1830-1848)
 
 
Et puis aussi...
 
 Seconde Restauration (Bourbons)
 
 Deuxième moitié du XVIIIe siècle
 
 XIIIe siècle
 
 VIIe et VIIIe siècles
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 27 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services