Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



28 janvier 1393 : Le roi Charles VI sur le point d'être brûlé dans un bal. Bal des ardents - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Janvier > 28 janvier > 28 janvier 1393 : Charles VI sur le (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 28 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


28 janvier 1393 : Charles VI sur le point
d’être brûlé dans un bal plus tard
désigné Bal des ardents
Publié / Mis à jour le mercredi 27 janvier 2016, par LA RÉDACTION



 

Une apparition soudaine, un bruit inattendu avaient suffi (en août 1392, au cœur de la forêt du Mans) pour jeter le trouble et la fureur dans la raison du roi Charles VI, lorsqu’aux feux d’un soleil brillant il s’acheminait vers la Bretagne, où il voulait porter la guerre : le repos, les soins assidus, lui firent retrouver en peu de temps la mémoire et la santé.

Guillaume de Harsely, savant médecin qu’on avait appelé auprès du monarque, dit aux ducs d’Orléans, de Bourgogne, et de Berri : « Je vous rends le roi en bon état, Dieu merci ; mais dorénavant gardez-vous de l’irriter ou de l’affliger : sa tête n’est pas encore bien forte ; peu à peu elle s’affermira. Ainsi les amusements et les distractions lui valent mieux que le travail et les conseils. »

Charles VI effrayé dans la forêt du Mans en août 1392
Charles VI effrayé dans la forêt du Mans en août 1392

Les oncles du roi ne demandaient pas mieux que de suivre une ordonnance si favorable à leur ambition. On avait craint pour les jours de Charles, et dans la prévoyance de sa mort un conseil de tutelle fut organisé : le gouvernement de l’État devait être remis au duc d’Orléans, comme au prince le plus proche de la couronne. Mais ces dispositions, qui regardaient l’avenir, ne changèrent rien au présent ; le duc de Bourgogne et son frère gardèrent le pouvoir ; sous prétexte d’attachement à la personne du monarque, et de zèle pour sa guérison, ils ne l’occupaient que de plaisirs : par une circonstance funeste, le remède même hâta le retour du mal.

L’Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, par de Barante (1839) nous apprend que « la reine mariait une dame allemande de sa maison qu’elle honorait de toute sa faveur ; le roi, saisissant cette occasion de divertissement, voulut faire les noces à l’hôtel Saint-Paul ; son frère, ses oncles et leurs femmes furent conviés ; on dansa tout le jour. Il y avait un écuyer de l’hôtel, nommé Huguet de Guisay, que le roi avait fort en gré, parce qu’il était grand inventeur de toutes sortes d’amusements ; mais les hommes sages le méprisaient beaucoup, car il corrompait toute la jeunesse de la cour et lui enseignait mille débauches. Vers la fin de la soirée, ce sire de Guisay imagina une mascarade.

« La mariée étant une veuve, sa noce, selon l’usage, était une sorte de charivari, et tout s’y passait en joyeux désordres. Le roi, quatre jeunes chevaliers, et Huguet de Guisay, se déguisèrent en sauvages. Ils s’étaient fait coudre dans une toile de lin qui leur dessinait tout le corps. Cette toile était enduite de poix-résine pour faire tenir une toison d’étoupes de lin qui faisait paraître ces sauvages velus de la tête aux pieds. Ils entrèrent en criant et en dansant, conduits par le roi et masqués de manière à n’être pas reconnus ; on avait fait défendre que personne ne se promenât dans la salle en portant des torches ou des flambeaux. Le roi courut tout de suite à sa jeune tante, la duchesse de Berry, pour la tourmenter, et les autres masques divertissaient l’assemblée par leurs danses et leurs contorsions. »

Chacun se creusait l’esprit à deviner qui ce pouvait être. Le duc d’Orléans et le jeune comte de Bar, qui venaient de passer une partie de la soirée chez madame de Clermont, voyant ces toisons d’étoupes, imaginèrent, sans penser à mal, que si on y mettait le feu les dames auraient grand peur de voir courir par la salle des sauvages tout embrasés. Le duc d’Orléans prit une torche et s’approcha : les cinq sauvages se tenaient ensemble en dansant ; au même instant ils furent tout en flamme. Rien ne pouvait les sauver ; la toile était cousue, la résine rendait la flamme plus tenace et plus dévorante.

Personne n’avait le temps ni le moyen de leur porter secours. Un cri d’horreur remplit la salle, et se mêla aux cris que la douleur arracha à ces malheureux. « Sauvez le roi », criaient-ils ; et bientôt toute l’assemblée fut dans le doute si le roi n’était pas de ceux que la flamme dévorait. La reine, qui était la seule dans le secret de ce déguisement, tomba sans connaissance. Ce n’était de toutes parts que clameurs, sanglots, désordre, épouvante. La duchesse de Berry pensa bien que c’était le roi qui était auprès d’elle. Elle le retint, l’empêcha de bouger : « Restez, dit-elle, vous voyez que vos compagnons sont en flammes » ; et elle le couvrit de sa robe pour qu’aucune étincelle ne tombât sur ce misérable travestissement. Il courut ensuite rassurer la reine.

Représentation du Bal des ardents. Miniature attribuée à Philippe de Mazerolles, tirée d'un manuscrit des Chroniques de Froissart
Représentation du Bal des ardents. Miniature attribuée à
Philippe de Mazerolles, tirée d’un manuscrit des Chroniques de Froissart

Des cinq compagnons de la mascarade royale, le sire de Nantouillet fut le seul qui se sauva : il eut la présence d’esprit, dès le premier instant du danger, d’aller se jeter dans une cuve où l’on faisait rafraîchir les bouteilles ; les autres périrent dans des douleurs inouïes. La mort d’Huguet de Guisay fut regardée comme un juste châtiment de Dieu pour son atroce cruauté et sa licencieuse conduite. Le duc d’Orléans reçut une sévère réprimande de ses oncles ; il promit de se réformer et fit bâtir en expiation une chapelle dans l’église des Célestins.

Le peuple témoigna une indignation générale contre les mœurs légères et corrompues d’une cour qui compromettait, avec tant d’imprudence, le sort du royaume. Il demanda à voir le roi sur-le-champ pour s’assurer que sa vie était sauve. Le lendemain, une procession solennelle eut lieu de la porte Montmartre à l’église Notre-Dame. Le roi y parut à cheval ; le duc d’Orléans, les ducs de Bourgogne et de Berry le suivirent les pieds nus.

À peu de temps de là, Charles VI retomba dans de nouveaux accès de démence plus complets et plus longs que le premier : les grands malheurs de la France commencèrent.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Être né coiffé
 
 Chant du cygne
 
MANIFESTATIONS
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 Henri IV en son et lumière au château de Pau
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 28 janvier 1910 : crue de la Seine à Paris
 
 28 janvier 1613 : déclaration de Louis XIII contre les duels avec protestation de n'en jamais accorder la grâce
 
 28 janvier 1813 : mort de madame d'Houdetot
 
 28 janvier 1782 : mort de d'Anville, géographe
 
 
Et puis aussi...
 
 28 janvier 1718 : le chancelier d'Aguesseau combat le système de Law, et est exilé
 
 28 janvier 1826 : prise de Bhurtpoore par les Anglais
 
 28 janvier 1628 : mort d'Ablas, septième schah de Perse
 
 28 janvier 814 : mort de Charles, dit Charlemagne, roi de France et empereur d'Occident
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 19 ARTICLES

 


Janvier
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services