Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Pays de la Loire : origine et histoire du département Maine-et-Loire - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Départements français > Histoire du département du Maine-et-Loire

Départements français

Histoire des départements français. Les événements, histoire de chaque département : origine, évolution, industries, personnages historiques


Histoire du département du Maine-et-Loire
(Région Pays de la Loire)
Publié le vendredi 29 janvier 2010, par LA RÉDACTION


 
 

Les Andes ou Andegaves occupaient, à l’époque de la conquête romaine, cette partie de la Gaule qui a formé depuis la province d’Anjou et forme aujourd’hui le département de Maine-et-Loire. Les Andes, avec leurs voisins les Aulerces Cénomans, avaient pris part à une des émigrations les plus importantes des Gaulois et envoyé, dans la partie de l’Italie qui plus tard reçut le nom de Gaule Cisalpine, l’excédent de leur population.

Aussi quelques Angevins, trop zélés pour la gloire de leur pays, n’ont-ils pas manqué de considérer sans autre preuve les Andes comme fondateurs du village d’Andes, voisin de Mantoue et patrie de Virgile. Sans doute il serait bien agréable pour le patriotisme local de compter parmi les Angevins célèbres l’auteur de l’Énéide ; mais c’est là une assertion qui trouvera toujours beaucoup d’incrédules ; surtout hors du département de Maine-et-Loire.

Une gloire mieux constatée, c’est celle d’avoir, sous la conduite du vaillant Dumnacus, résisté bravement aux lieutenants de César. Vaincus néanmoins par Fabius, ils restèrent pendant cinq siècles soumis aux Romains. Mais lorsqu’au Ve siècle l’empire romain, miné depuis si longtemps à l’intérieur par la corruption césarienne, se vit de tous côtés envahi par les barbares, les Andes, comme leurs voisins, se hâtèrent de ressaisir leur indépendance ; ils s’unirent aux Bretons et firent partie de la confédération armoricaine. Leur principale ville, Juliomagus, rejeta le nom qui indiquait son origine impériale pour prendre celui d’Andegavia, depuis Angers.

Mais les Angevins n’échappaient à la domination romaine que pour retomber bientôt sous la domination plus dure des barbares. Les Saxons et les Francs furent successivement les dévastateurs et les maîtres du pays ; ce fut sous Childéric Ier que l’Anjou devint la proie des Francs. Cependant les Angevins s’étaient convertis au christianisme ; opiniâtrement attachés à leurs croyances primitives, ils avaient gardé dans les campagnes le culte des druides et repoussé le polythéisme romain.

Mais l’unité de Dieu, qui faisait le fond de leur religion nationale, devait les rendre moins hostiles au christianisme, qui d’ailleurs se montra ici fort accommodant et sut ménager des coutumes si profondément enracinées dans les moeurs du pays, que quelques-unes se sont conservées jusqu’à nos jours, telles que les processions à certains chênes, les cérémonies du gui l’an neuf, etc. « Ce qui est digne de remarque, dit M. Bodin dans ses Recherches sur l’Anjou, c’est que nos premiers évêques, qui détruisirent avec tant de zèle tous les temples des Romains, respectèrent toujours ceux des druides. »

Le premier de ces évêques fut Defensor, qui vivait dans la seconde moitié du IVe siècle. Parmi ses successeurs, saint Maurille et saint Lezin se signalèrent par leurs vertus. Ce dernier, avant d’entrer dans les ordres, avait été comte d’Angers sous le nom de Sicinius. Rainfroy, au VIIIe siècle, reçut de Charles Martel, comme bénéfice militaire, le titre et la puissance de comte d’Angers. Sur les ruines du Capitole il éleva un palais, qui devint plus tard celui de l’évêque.

On croit que parmi ses successeurs il faut placer Roland, fils de Milon et neveu de Charlemagne, le fier paladin tué à Roncevaux ; mais toute cette période est obscure. On trouve un peu plus tard l’Anjou divisé en deux comtés , comté d’outre-Maine et comté deçà Maine, qui ont chacun pour comtes Robert l’Angevin et Érispoé. Robert l’Angevin ou le Fort, placé là par Charles le Chauve pour protéger la France contre les envahissements des Bretons et des Normands, justifia par sa fidélité et sa valeur la confiance de son suzerain ; mais il fut tué dans un combat contre Hastings, le fameux chef danois. Robert le Fort est le bisaïeul de Hugues Capet, le plus ancien des ancêtres connus de la maison qui régna si longtemps sur notre pays et règne encore en Espagne.

Hastings vainqueur s’empara d’Angers, que la terreur avait rendue déserte, et où s’installèrent ses sauvages compagnons avec leurs femmes et leurs enfants. Il en fut chassé bientôt par Charles le Chauve, aidé de Salomon, roi de Bretagne. Selon une tradition douteuse, celui-ci aurait, par une tranchée, détourné la rivière, .dont le lit se trouva un moment à sec ; et alors Hastings, voyant qu’il ne pouvait plus tenir, aurait offert à Charles le Chauve une somme énorme et la promesse de quitter à tout jamais la France ; Charles aurait eu la lâcheté et l’ineptie d’accepter ces conditions de la part d’un ennemi sans foi qu’il pouvait écraser ; et Hastings, aussitôt libre, aurait continué sur les bords de la Loire ses brigandages et ses dévastations ; l’exactitude de ce récit est, nous devons le dire, révoquée en doute par M. Bodin. Quoi qu’il en soit, Angers délivrée devint le centre d’un comté héréditaire, dont Ingelger fut le premier possesseur ; c’est l’origine de la première maison d’Anjou.

Ingelger, dès l’âge de seize ans, s’était signalé par une action chevaleresque, qui lui avait attiré l’admiration de tous et la bienveillance de Charles le Chauve. Sa marraine, la comtesse de Gâtinais, jeune et belle, avait trouvé un matin auprès d’elle son mari mort subitement. Un seigneur, nommé Gontran, parent du comte, accuse la veuve d’adultère et d’assassinat. La cause est portée devant Charles le Chauve. Gontran soutient son accusation ; les seules preuves qu’il allègue sont le mépris et l’aversion témoignés par la comtesse pour son vieux mari ; il réclame du souverain l’héritage du comte, son parent, dont la veuve va être investie si elle est déclarée innocente ; en terminant, il en appelle au jugement de Dieu et jette son gage de combat.

Nul n’osera sans doute relever le défi d’un homme connu par son adresse et son audace ; la comtesse s’évanouit. Mais déjà Ingelger avait relevé le gant et, se présentant devant Charles, l’avait supplié de lui permettre le combat. Après avoir longtemps résisté, Charles cède ; le combat a lieu le lendemain. Dès la première passe, la lance de Gontran perce le bouclier du page et y reste fixée, tandis qu’Ingelger lui passe la sienne au travers du corps, le renverse de cheval et, mettant lui-même pied à terre, l’achève avec le poignard de miséricorde.

La comtesse, qui lui devait l’honneur, lui légua tous ses biens. Plus tard le roi lui donna le comté d’Anjou, et, par un mariage avec la nièce des riches et puissants évêques d’Orléans et de Tours, Ingelger devint un des plus importants des grands vassaux.

Ce fut pourtant à cette époque, marquée par ces brillants exploits, que les Angevins perdirent leur liberté, qu’avaient respectée les Romains. Réduits au servage, ils ne furent plus que les hommes des seigneurs francs ou normands établis dans le pays.

Foulques le Roux, fils d’Ingelger, hérita de son comté d’Anjou de deçà Maine, et lorsque Eudes, comte d’Anjou d’outre-Maine, eut contraint le roi Charles le Simple à lui céder plus de la moitié de son royaume, il donna son comté à ce même Foulques, et les deux comtés d’Anjou n’en formèrent plus qu’un seul.

Nous ne raconterons pas ici la monotone histoire des comtes d’Anjou, successeurs de Foulques Ier, et qui tous s’appellent Foulques ou Geoffroy ; des envahissements, des violences, des générosités envers le clergé, voilà leur histoire ; c’est celle de presque toutes les grandes maisons de cette époque. Mais le règne du dernier comte, Geoffroy V Plantagenet, marquant une époque de nos annales, mérite qu’on s’y arrête un instant.

Geoffroy Plantagenet, ainsi surnommé parce qu’il portait sur son casque une branche de genêt, avait épousé Mathilde, fille et unique héritière de Henri Ier, roi d’Angleterre. A la mort de ce dernier, il eut, pour faire valoir ses droits, à soutenir une sanglante guerre contre Étienne, neveu de Henri ; il lui enleva la Normandie, et son fils Henri devint roi d’Angleterre sous le nom de Henri II ; outre l’Anjou, le Maine, la Normandie et ses possessions d’outre-mer, il y adjoignit bientôt la Bretagne et la Guyenne par son mariage avec Éléonore de Guyenne. C’est là l’origine de la longue guerre entre la France et l’Angleterre, dans laquelle l’Anjou joua, pour son malheur, un rôle important.

Après la mort de Richard Cœur de Lion, son neveu, Arthur, était devenu l’héritier du trône ; Jean sans Terre, son oncle, le dépouille de ses biens, l’enferme dans une prison et bientôt le fait périr. Philippe-Auguste confisque alors les possessions de Jean sans Terre ; l’Anjou est réuni à la couronne. Saint Louis, en 1246, donna ce comté à Charles, son frère, qui fut la tige de la maison d’Anjou, appelée bientôt à régner sur le royaume de Naples. On sait comment, invité à exercer contre le légitime possesseur de ce royaume les vengeances du pape Urbain IV, il déshonora sa conquête par ses atrocités, et comment son usurpation fut châtiée en un jour par le massacre connu sous le nom de Vêpres Siciliennes, où périrent égorgés les plus brillants chevaliers de la Provence, du Maine et de l’Anjou.

Charles II, de race impitoyable, chassa les juifs de l’Anjou, et son zèle religieux le porta à les dépouiller de leurs biens, comme celui de son père l’avait déterminé à usurper le royaume de Naples, puisque usurper est le mot décent dont on se sert pour désigner les vols commis par les souverains. Ce prince maria sa fille Marguerite à Charles de Valois, fils de Philippe le Hardi, roi de France.

Ce fut ainsi que l’Anjou entra dans la maison de Valois. Philippe le Bel érigea ce comté en duché-pairie en faveur de son frère, Charles III. Ce duché devint bientôt l’apanage du prince Jean, qui, sous le nom de Jean II, fut roi de France, vaincu et pris à la bataille de Poitiers. Il avait déjà cédé l’Anjou à son second fils, Louis, qui fut fait prisonnier avec son père. Celui-ci devenu libre, son frère, Charles V, érigea en sa faveur en duché héréditaire l’Anjou, que Louis n’avait possédé jusqu’alors qu’à titre d’apanage.

Ravagé par les Anglais et par des bandes de soldats licenciés, le pays était alors en proie à une misère effroyable, qu’augmentaient encore l’avidité du nouveau duc et ses guerres lointaines en Italie, où il chercha vainement à s’emparer du royaume de Naples. Pendant cette expédition malheureuse, le trésor de l’armée étant épuisé, Pierre de Craon, chambellan du duc, est envoyé en Anjou pour se procurer des fonds. Il fait un appel à la fidélité des Angevins, réunit cent mille ducats d’or, retourne en Italie et, arrivé à Venise, y dissipe cet argent avec des joueurs et des courtisanes. Louis mourut sans avoir été secouru. Pierre de Craon, ce digne chambellan, est encore connu dans notre histoire par l’assassinat d’Olivier de Clisson, qu’il fit attaquer la nuit, à Paris, au sortir de l’hôtel Saint-Pol, par plusieurs hommes armés. Olivier de Clisson, laissé pour mort, guérit de ses blessures.

Ce fut en se dirigeant vers l’Anjou pour tirer vengeance de ce crime que le roi Charles VI fut atteint de cette démence fatale qui livra la France aux fureurs rivales de ses parents et aux dévastations des étrangers. Condamné par le parlement, enfermé dans la tour du Louvre, Pierre de Craon, dont les biens devaient être confisqués, obtint du roi des lettres d’abolition pour son double crime. Le parlement, indigné, refusa l’entérinement des lettres de grâce et confirma son premier arrêt par un autre plus sévère, mais qui ne fut pas plus exécuté que le premier.

Deux ans auparavant, Pierre de Craon avait, après avoir fait un pèlerinage, cru expier complètement son crime en léguant aux cordeliers de Paris une somme d’argent pour assister les condamnés avant leur exécution. Jusque-là on refusait aux criminels des confesseurs ; Pierre de Craon avait obtenu qu’on leur en accorderait à l’avenir. Tout en louant cette bonne intention, il est difficile de ne pas songer que Pierre de Craon, en s’intéressant si fort aux assassins et aux voleurs, agissait un peu par esprit de corps. Mais d’ailleurs l’action était bonne, et, comme le remarque M. Bodin, c’est la seule de ce genre qu’on trouve dans toute la vie du puissant baron d’Anjou.

La province fut affreusement ravagée au XVe siècle par les Anglais, et, en 1444, le duc de Sommerset l’envahit avec six mille Anglais. Il s’installa aux portes d’Angers avec ses capitaines dans l’abbaye de Saint-Nicolas, et, le soir de son arrivée, il soupait aux lumières dans une des salles du château, lorsqu’un coup de fauconneau, habilement pointé par les habitants d’Angers, tua à côté du comte le sire de Froyford. Cet accident inattendu frappa tellement le chef anglais, qu’il se retira aussitôt.

Le dernier prince de la quatrième maison d’Anjou fut René, le bon roi René, roi de Naples in partibus, et qui, après de vaines tentatives pour reprendre son royaume, se résigna à vivre tranquillement comme un bon seigneur, ami des arts et des lettres, dans ses riches possessions de Provence. Malheureusement il légua à la maison de France tous ses droits à la possession du royaume de Naples ; de là les interminables guerres d’Italie du XVIe siècle et ces luttes insensées, si funestes à Charles VIII, à Louis XII, à François Ier.

Il est digne de remarque que deux fois les princes qui ont gouverné l’Anjou se soient trouvés devenir la cause d’une guerre sanglante pour la France ; aux Plantagenets commence l’effroyable guerre qui, pendant un siècle, livre la France aux armes anglaises, et le bon roi René, léguant à Louis XI ses droits sur les Deux-Siciles, devient l’innocente cause de cette lutte contre l’Espagne et l’empire, si longtemps poursuivie encore après Maximilien et Charles-Quint.

Depuis la mort de René, l’Anjou, réuni à la couronne, n’est plus qu’un apanage, donné successivement à plusieurs princes de la maison de France, dont les plus connus sont Henri de Valois (depuis Henri III) et Philippe, fils de Louis XIV, qui devint roi d’Espagne en 1700. Ainsi l’histoire du duché d’Anjou cesse réellement dès le XVIe siècle ; mais malheureusement pour le pays, la guerre civile a trop souvent depuis fourni aux annales de cette province de tragiques épisodes, que nous allons rapidement rappeler.

Voisin du Poitou, où les calvinistes comptaient de nombreux partisans, l’Anjou sentit le contrecoup de ces agitations religieuses, auxquelles la partie du pays située au sud de la Loire prit une part active, tandis que le nord restait fidèle au catholicisme et s’attachait à la sainte Ligue. D’Andelot, l’un des principaux chefs calvinistes, traversa le pays en se rendant en Poitou et eut à livrer plusieurs combats sanglants.

Saumur s’était surtout prononcé pour la religion réformée, et la Saint-Barthélemy y fut exécutée par le comte de Montsoreau avec une impitoyable férocité. Angers n’échappa point à ces horreurs et eut bientôt après, ainsi que le pays tout entier, à subir l’atroce tyrannie de Bussy d’Amboise, nommé par Charles IX gouverneur d’Anjou. « Je sais, disait-il à celui qui osait lui faire quelques remontrances, je sais comme le vilain doit être traité ; » et ses soldats pillaient et massacraient le vilain, et traitaient l’Anjou en pays conquis.

Un crime débarrassa le pays de ce misérable. Bussy d’Amboise était un des débauchés les plus effrénés de cette époque ; il était aimé de la femme d’un des autres chefs catholiques du pays, la dame de Montsoreau, et se vanta au duc d’Anjou de sa bonne fortune. Ni celui-ci, ni le roi, son frère, ne furent discrets, et Montsoreau apprit bientôt la faute de sa femme ; il lui fait écrire à Bussy une lettre par laquelle elle lui donne un rendez-vous, au château de La Coutancière, près de Saumur, et se trouve au lieu désigné avec dix ou douze des siens ; Bussy vient accompagné de son ami Colasseau, lieutenant criminel de la sénéchaussée de Saumur. Brusquement attaqué par le comte et ses domestiques, il se défend avec fureur, couche sur le carreau quatre de ses adversaires ; son épée se rompt, il se défend avec les meubles qu’il trouve sous sa main ; mais un coup de dague, porté par derrière, l’étend mort aux pieds du comte de Montsoreau. Quant à Colasseau, on l’étouffa en lui enfonçant violemment la langue dans le gosier. Les deux cadavres furent jetés dans le fossé. C’est ainsi que périt, sous les coups d’un de ses complices, le bourreau de l’Anjou.

En 1586, la guerre recommença et désola encore les environs de Saumur. Cette ville était une position importante, recherchée par les deux partis. Elle s’était montrée favorable au calvinisme, et c’était là que le roi de Navarre avant abjuré le catholicisme qu’on lui avait imposé, le poignard sur la gorge, le lendemain de la Saint-Barthélemy.

Plus tard, lorsque Henri III, pour résister à la Ligue, fut obligé de se rapprocher du roi de Navarre, celui-ci voulut qu’on lui garantit un passage sur la Loire ; on lui donna Saumur, dont il fit gouverneur le fidèle Duplessis-Mornay. Mornay en fit augmenter les fortifications et ne le quitta que pour aller à Ivry prendre part à la défaite du duc de Mayenne ; il arriva la veille de la bataille, ce dont j’ai à louer Dieu, dit-il dans ses Mémoires ; il amenait avec lui une troupe d’Angevins, qui se signala par sa valeur et sa ferme contenance devant l’ennemi : « Et la cornette et celui qui la portait furent remarqués d’avoir toujours poussé en avant, quelque ébranlement qui fût en quelques autres ; » et le pieux calviniste ajoute toujours : « Ce dont j’ai beaucoup à louer Dieu. »

Plus tard, en 1697, il fut outragé et faillit être assassiné par un gentilhomme, nommé Saint-Phal de Beaupréau, et par ses gens dans les rues d’Angers ; quelques habitants de la ville, qui se trouvaient là, sauvèrent Duplessis des mains des assassins. Ce fut à cette occasion que Henri IV écrivit à son fidèle compagnon la lettre célèbre : « Monsieur Duplessis, j’ai un extrême déplaisir de l’outrage que vous avez reçu, auquel je participe et comme roi et comme votre ami. Comme le premier, je vous en ferai justice et me la ferai aussi. Si je ne portois que le second titre, vous n’en avez nul de qui l’épée fust plus prête a dégainer que la mienne, ni qui vous portât sa vie plus gaiement que moi. » Henri contraignit Saint-Phal a demander publiquement pardon a Duplessis-Mornay.

Ce fut à Angers que le duc de Mercœur, le dernier représentant armé de la sainte Ligue, vint faire sa soumission entre les mains de Henri IV en 1598 ; l’une des conditions de sa soumission fut la promesse d’unir sa fille et son unique héritière avec César de Vendôme, fils naturel du roi et de Gabrielle d’Estrées. Ce mariage fut célébré onze ans après à Paris.

Pendant les troubles que l’ambition de Marie de Médicis excita en 1620, Les Ponts-de-Cé furent témoins d’un combat livré aux troupes qui soutenaient le parti de la reine mère par les troupes royales ; le roi Louis XIII y assista ; la défaite des troupes rebelles contraignit la reine mère à se soumettre immédiatement, et ce fut près d’Angers qu’eut lieu l’entrevue de la mère et du fils ; scène de réconciliation et de tendres affections à laquelle l’avenir devait bientôt donner un éclatant démenti. Peu de temps après, Louis XIII ôta à Duplessis-Mornay le gouvernement de Saumur, qu’il avait gardé avec honneur pendant trente-deux ans ; l’inflexible huguenot était devenu suspect au roi, ou plutôt au cardinal de Richelieu.

Pendant le XVIIe et le XVIIIe siècle, l’Anjou, enfin pacifié, jouit d’un repos que troubla seule la révocation de l’édit de Nantes. Mais la malheureuse contrée devait être, pendant la Révolution, le théâtre presque continuel de la guerre civile.

Ce fut dans le département de Maine-et-Loire, à Saint-Florent, que s’alluma, en 1793, l’incendie qui devait dévorer tout le pays voisin. Excités depuis ’longtemps par les prêtres, les paysans éprouvaient d’ailleurs une aversion profonde pour la République, qui prétendait les contraindre à défendre la France contre l’invasion étrangère. Le 10 mars 1793, le tirage devait avoir lieu à Saint-Florent ; les jeunes gens s’y refusent. La garde nationale veut les y obliger ; ils se jettent sur elle, la désarment, prennent pour chefs un voiturier, Cathelineau, et le garde-chasse du château de Maulévrier, Stofflet. Ils s’emparent de Chemillé et de Cholet et donnent la main aux insurgés de la Vendée, qui se soulevaient en même temps. Tel fut le signal de cette affreuse guerre, si héroïque et si sanglante.

Ils organisent leur insurrection avec Stofflet et Cathelineau ; plusieurs nobles, Bonchamp, d’Elbée, Lescure, Charette et La Rochejaquelein se mettent à leur tête ; ils s’emparent de Saumur ; tout leur réussit d’abord. Ils ont affaire à des chefs inexpérimentés et à des gardes nationales réunies a la hâte, manquant de tout, tandis que les Vendéens trouvent partout des vivres, des munitions, une complicité toujours assurée. L’incendie se propage et embrase les départements de l’ouest. Châtillon, Vihiers, Chantonnay, Les Ponts-de-Cé tombent au pouvoir des Vendéens ; mais bientôt l’armée de Mayence, transportée du Rhin sur les bords de la Loire, vient changer la face des événements. Aubert-Dubayet, Kléber et Marceau conduisent à la victoire les troupes qu’avait tant compromises l’impéritie de Ronsin et de Rossignol. C’est dans le département de Maine-et-Loire que l’insurrection avait commencé ; c’est là qu’elle devait essuyer son premier échec important.

Battus à Saint-Symphoricn le 6 octobre 1793, le 9 à Châtillon, puis à Mortagne, où Lescure fut tué, les Vendéens, au nombre de quarante mille, s’avancent, le 15 octobre, sur Cholet, défendu par vingt-deux mille républicains. Ceux-ci ne s’attendaient pas à être attaqués, et le désordre se met d’abord dans leurs rangs. Mais Kléber, Marceau, Beaupuy accourent et rétablissent le combat ; l’artillerie foudroie à bout portant les insurgés ; le représentant du peuple Merlin pointe lui-même les pièces et, par son exemple, raffermit le courage des soldats. Bientôt les Vendéens écrasés fuient de toutes parts ; d’Elbée, Bonchamp sont blessés à mort. Beaupuy et Westermann poursuivent les fuyards avec la cavalerie et, par un coup d’audace, pénètrent dans Beaupréau, où la masse de l’armée vendéenne s’est réfugiée ; tout se disperse devant eux.

Le lendemain, ils voient arriver vers eux une troupe désarmée de quatre mille hommes environ poussant les cris singulièrement unis de Vive Bonchamp ! vive la République ! C’étaient quatre mille républicains faits prisonniers antérieurement par les Vendéens, et que ceux-ci avaient enfermés dans Saint-Florent. Bonchamp, près d’expirer dans ce bourg où on l’avait transporté, avait demandé leur grâce au moment où ils allaient être égorgés. Les prisonniers, délivrés sur la demande du mourant, rejoignaient l’armée républicaine.

Depuis ce moment, l’insurrection, frappée à mort, prolonge vainement son agonie désespérée. Battus près de Granville, rejetés sur la Loire, ils sont définitivement écrasés, le 25 décembre, à Savenay par Kléber et Marceau. La grande guerre de la Vendée était terminée.

Stofflet cependant continue dans l’Anjou une guerre d’escarmouches, derniers et impuissants efforts d’une cause perdue. Il résista même après la soumission de Charette ; déclarant celui-ci traître à la royauté, il fit prononcer contre lui une sentence de mort. Mais bientôt, se voyant abandonné, il est contraint de se soumettre, et le dernier des chefs vendéens signe la paix à Saint-Florent, où avait commencé l’insurrection.

Cependant, en 1796, l’insurrection se rallume ; Stofflet tente de la propager dans l’Anjou ; mais, trahi, livré par les siens, il est conduit à Angers et fusillé le 26 février. La révolte avait été promptement étouffée par le général Hoche.

En 1815, pendant les Cent-Jours, M. d’Autichamp chercha à soulever l’Anjou et à l’associer aux mouvements royalistes organisés dans l’Ouest. Mais le général Lamarque anéantit en un combat cette révolte. Cette triste échauffourée se termina le 21 juin ; trois jours auparavant, la défaite de Waterloo avait livré de nouveau la France à l’étranger.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire avaler à quelqu'un des poires d'angoisse
 
 Il ne faut pas jeter le manche après la cognée
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


14 juillet 1789 : prise de la Bastille et mensonge historique
Contrairement à la légende des manuels, la prise de la Bastille n’est pas un haut fait d’armes
Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Histoire du département de la Haute-Savoie
 
 Histoire du département du Tarn-et-Garonne
 
 Histoire du département des Hauts-de-Seine
 
 Histoire du département de la Seine-Saint-Denis
 
 
Et puis aussi...
 
 Histoire du département du Doubs
 
 Histoire du département de l'Ardèche
 
 Histoire du département du Haut-Rhin
 
 Histoire du département du Gers
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 95 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines