Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Légendes, croyances, superstitions : trésor secret et caché des Templiers (Sarthe) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Trésor (Le) des Templiers caché dans (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Trésor (Le) des Templiers
caché dans la Sarthe ?
(Extrait de « Les légendes de l’Histoire de France » (Tome 2), paru en 2003)
Publié le dimanche 15 mai 2011, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
A Juillé, dans la Sarthe, existe encore le vieux donjon d’un château en ruines, détruit à la fin du XVIe siècle sur ordre d’Henri IV punissant son seigneur d’avoir donné asile aux gens de la Ligue qui le combattaient, et dont le sous-sol, selon Paul Duvallin en 1879, abriterait une cache recelant le légendaire trésor des Templiers

L’ombre de cette relique fortifiée cache encore le secret que, dans certaines veillées, se racontaient nos Anciens dans les chaumières. Il se disait alors que, dans les sous-sols du vieux donjon, existait un caveau dont le rocher du fond avait la particularité de s’ouvrir à minuit, le jour de Noël, pour laisser entrevoir une cavité emplie d’innombrables richesses.

Ce spectacle d’un trésor caché durait le temps que les douze coups de minuit mettaient à sonner, et le danger était grand d’essayer de le regarder plus longtemps car alors les parois se resserraient subitement. Un imprudent, attiré par l’éclat de l’or et des pierreries, s’y risqua pourtant ; Paul Duvallin conta en 1879 l’histoire qu’il disait tenir d’un sien aïeul qui lui aurait affirmé la tenir de son propre aïeul, André du Val de lin, qui aurait vu « la cache » !

Jacques de Molay, grand Maître de l'Ordre du Temple
Jacques de Molay, grand Maître
de l’Ordre du Temple
Cela se passait au temps de la régence, où la vie des gens était fort difficile dans nos campagnes. Les épidémies y étaient courantes, Marseille subissait la peste, et la disette menaçait. La dîme et la redevance étaient pressantes, aussi tous les moyens étaient-ils bons pour essayer de survivre dans le pauvre royaume de France. Jean, un jeune laboureur de la paroisse de Juillé, avait connaissance de la cache du donjon. Un sien parent lui avait transmis le secret de famille : les Templiers avaient caché là une part de leur trésor, avant que Philippe le Bel s’accapare des biens de l’Ordre du Temple de Jérusalem après avoir fait arrêter, torturer et brûler sur un bûcher, leur grand Maître Jacques de Molay, en 1314.

C’était un secret qui ne se transmettait que de père en fils, selon un usage de notre campagne où il ne faut jamais confier un secret aux filles qui racontent toujours tout à leur confesseur et à leurs amants. L’origine de cette histoire de famille remontait aux temps des croisades, quand l’un de ses ancêtres, Hubert de Faudoas, était page de Guillaume de Beaujeu, un grand Maître de l’Ordre du temple tué à Saint Jean d’Acre en 1291, lors de l’assaut de la cité par les Musulmans. Devenu chevalier du Temple chargé de la garde du trésor de l’Ordre, l’ancêtre Templier aurait dissimulé l’or du Temple afin de le mettre hors de la portée des prétentions royales visant à l’élimination du pouvoir templier. Le gardien du trésor espérait ainsi pouvoir faire renaître l’Ordre, mais l’élimination physique de ses membres, la séquestration de toutes ses commanderies, et un secret trop bien gardé, rendirent à jamais impossible la renaissance du Temple. Toutefois, avant d’être lui-même envoyé au bûcher, Hubert de Faudoas avait eu le temps de confier le secret du trésor caché dans les souterrains du château de Juillé à l’un des siens.

Il lui avait dit avoir ramené de Terre sainte, un serrurier arménien qui détenait le pouvoir de faire ouvrir et fermer les portes sans utiliser de clés, uniquement par la vibration émise par un gong ou par une cloche. En utilisant cette magie, il avait donc fait aménager une cavité secrète dans le caveau de son château de Juillé, dont les parois du fond s’entrouvraient une seule fois dans l’année, au bruit de la cloche de l’église voisine sonnant minuit le jour de Noël. Toutefois, pour empêcher qu’on emporte le trésor, l’ouverture de la cavité ne durait que le temps de la résonance des cloches. Afin que ce secret soit préservé, le serrurier arménien et ses compagnons qui avaient travaillé à cette cavité, avaient été précipités dans les oubliettes du château. Seul l’héritier mâle des Faudoas était dépositaire du secret, héréditaire, de l’or du Temple.

Le trésor déposé là provenait des richesses de l’Ordre, ramenées de l’îlot forteresse de Rouad, en Syrie, au moment où les Croisés étaient chassés de Terre sainte, mais aussi d’une partie de l’or que Guillaume de Beaujeu aurait rapporté de ses mystérieux voyages maritimes en terres inconnues, quand il n’était encore qu’un simple chevalier. Afin de faire oublier l’ombre de son Templier d’ancêtre aux autorités royales conscientes d’avoir été bernées par l’Ordre, la famille d’Hubert de Faudoas se fit discrète durant des générations, en se contentant de gérer ses terres autour de son château féodal. Mais, à la fin du XVIe siècle, un mauvais choix politique attira une nouvelle fois le courroux royal sur elle. Ayant donné asile à des membres influents de la Ligue qui fuyaient la colère d’Henri IV, leur château de Juillé fut démantelé, seul le donjon fut épargné de la démolition. La famille Faudoas dut alors se disperser dans ses fermes d’alentour pour y trouver asile et subsister.

Plus d’un siècle après cette démolition, Jean Faudoas était le dépositaire du secret de famille, et ses activités de laboureur dans la paroisse de Juillé ne lui permettant pas de nourrir décemment ses enfants ; il décida d’aller, lors de la prochaine nuit de Noël, faire un prélèvement sur le trésor du Temple afin de disposer d’un peu plus d’aisance.

Connaissant les dangers de l’opération, avec le risque de rester enfermé dans la cave du trésor, mais ne pouvant, par serment familial, partager son secret avec personne, Jean Faudoas demanda toutefois à André, son frère de lait avec lequel il partageait son quotidien de laboureur, de se soucier de lui le lendemain de Noël. S’il n’était pas reparu à leur ferme du Val de lin à ce moment là, il lui demanda, en exigeant le secret de tout cela par serment, de venir voir dans le caveau du vieux donjon s’il avait laissé une trace de son passage. Et si cela était, de faire disparaître cette trace et de n’en jamais parler à personne.

Quand Noël arriva, André assista à la messe de la nativité en l’église de Juillé, mais il ne vit point Jean. Lorsque les douze coups de minuit sonnèrent pour célébrer l’eucharistie, chacun demanda à Dieu de lui accorder plus de faveurs que de soucis dans l’année qui viendrait. Quand la messe fut dite, les paroissiens regagnèrent leurs logis en chantant des prières pour se réchauffer l’âme dans la nuit d’hiver.

Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay sur le bûcher
Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay
sur le bûcher (XIVe siècle). Bibliothèque de l’Arsenal, Paris.

Le lendemain, André n’aperçut pas Jean au Val de lin. Fidèle à son serment, il conserva ses inquiétudes pour lui et, malgré le grand froid d’une forte gelée qui rendait la surface de la terre glissante, il s’équipa d’une torche et d’un bâton pour se rendre, le soir venu, dans les ruines du château. Il connaissait le sentier de ronces qui menait au caveau du vieux donjon, pour l’avoir parcouru étant enfant, lors de jeux partagés avec Jean. Ayant apporté quelques braises dans sa boîte à cendres, il alluma sa torche lorsqu’il parvint à l’escalier aux marches disjointes, qui menaient dans les entrailles de la tour. Le chemin conduisant au caveau était sombre, et André n’était pas certain que l’âme des défunts seigneurs de Juillé le laisserait en paix quand il pénétrerait dans leur sanctuaire. Enfin, tremblant un peu, il pénétra dans le caveau, mais l’éclat de sa torche était insuffisant pour dissiper toute l’ombre de ces lieux.

André remarqua que la dalle qui recouvrait l’un des tombeaux était restée ouverte, dégageant un passage qui s’ouvrait sur un escalier s’enfonçant dans un puits d’ombre. Luttant contre sa peur, mais comprenant qu’il s’agissait là de la trace dont lui avait parlé Jean, André s’engagea dans la descente. Après quelques marches, il pénétra dans une petite fosse vide de tout sarcophage. L’explorant alors à la lueur de sa torche, il remarqua que le mur du fond présentait comme une fissure, une fente si mince qu’elle n’était visible que par l’espèce de filet sanguinolent qui paraissait avoir jailli en son milieu. Au pied du mur, au centre d’une tâche rougeâtre, se trouvaient comme des bouts de doigts sectionnés à hauteur de la première phalange. Il y avait aussi un objet brillant, qui paraissait avoir roulé là ; on aurait dit un calice qui brillait de mille feux sous l’éclat de la torche, comme une énorme pierre précieuse qui se serait échappée du mur. Il n’y avait rien d’autre.

André s’efforça alors d’ébranler le mur, le frappant avec son bâton, mais il ne s’en échappait nulle résonance creuse, et aucune voix ne répondait à ses appels. L’interstice de la fissure, qu’il devinait plus qu’il ne la voyait, était trop mince pour permettre d’y introduire même la lame de son poignard. Aux débris sanglants qu’il avait ramassés au pied du mur, André devina qu’un drame s’était déroulé là, et que Jean en était sûrement la victime. Impuissant face au mur, et commençant à suffoquer dans la fosse, André ramassa le ciboire, remonta, et referma la dalle du sarcophage afin d’effacer la trace du passage secret. Il sortit du caveau et rejoignit sa ferme en méditant sur le sort advenu à son frère de lait. Il se doutait bien que le mur contenait la clé du mystère de la disparition de Jean mais, tenu par son serment, il ne pouvait se parjurer en demandant de l’aide.

Benoît XIII, pape de 1724 à 1730
Benoît XIII, pape de 1724 à 1730
Après quelques jours de réflexion, tourmenté mais soucieux de ne pas encourir la colère divine, André décida de confesser une partie de cette affaire au curé afin d’obtenir que soit dite une messe à la mémoire de Jean. Pour prix de cette dévotion, il remit le ciboire au curé en lui affirmant que tel était le voeu de Jean avant qu’il disparaisse, mais il ne dit pas un mot sur le passage secret du caveau sous le donjon. Lui-même tenu au secret confessionnel, et ne sachant comment justifier la présence d’un ciboire décoré de pierres précieuses dans sa paroisse, le curé de Juillé remit l’objet à l’évêque du Mans par le biais d’une offrande à la Vierge Marie. Surpris de la beauté de cette oeuvre, l’évêque la fit analyser et expertiser par des orfèvres, sans toutefois révéler comment elle lui était parvenue. Mais bientôt des rumeurs circulèrent sans que l’on sache qui les propageait, disant que le Saint Graal venait mystérieusement de réapparaître en terre celtique du Maine. Le ciboire dAndré était en effet en moldavite, cette pierre classée précieuse, d’une gemme brun vert, qui provient de Moravie où l’on dit qu’elle est d’origine météorite. Or les légendes celtiques du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table ronde, prétendent que le Saint Graal, qui aurait recueilli le sang du Christ, aurait été taillé dans cette gemme. Ainsi, le ciboire de Juillé entrait secrètement dans la légende. Trouvant sans doute trop pesant le poids du mystère de cet objet brusquement ressuscité, l’évêque du Mans fit don du précieux calice au Saint Père Benoît XIII, qui venait d’inaugurer son pontificat.

Le trésor du Temple et son refuge secret sont toujours enfouis sous les ruines d’un vieux château. André conserva son secret : il avait vu le Saint Graal ! Selon la tradition, il le transmit à son fils en exigeant le serment de la préservation du secret familial. Lui-même le transmit à son fils pour suivre le cours du temps. Cette... étincelle d’un morceau de légende poursuivit son chemin mais, aujourd’hui, n’ayant qu’une fille pour héritière, je confie le secret familial à ma plume pour réveiller les Templiers !

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Louis XVI insuffle vie aux premières statues d’hommes de lettres
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 N'y pas aller par quatre chemins
 
 Quart d'heure de Rabelais
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 3 : Grandeur et décadence des Carolingiens
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Canne miraculeuse de Thiébaut, saint patron de Thann (Alsace)
 
 Victor, enfant sauvage de l'Aveyron trouvé en 1797
 
 Dames (Les) de Meuse et le chevalier de Montcornet
 
 Pluies (Les) d'insectes, de poussière ou de sang sèment la terreur à travers les âges
 
 
Et puis aussi...
 
 Dames de pierre d'Oliferne (Jura)
 
 Voyage d'étudiants au temps des diligences
 
 Roc du Saint (Le) et ses légendes (Montluçon)
 
 Moines rouges, Templiers de Haute Bretagne
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 156 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Groac'h de Lok Election Baudouin empereur d'Orient Histoire des métiers 4 novembre 5 novembre 6 novembre 7 novembre 8 novembre 9 novembre
10 novembre 11 novembre 12 novembre 13 novembre 14 novembre 15 novembre 16 novembre 17 novembre 18 novembre 19 novembre 20 novembre
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines