Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Légendes, croyances, superstitions : excommunication au Moyen Age - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Excommunication au Moyen Age

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Excommunication au Moyen Age
(D’après un article paru en 1835)
Publié le dimanche 24 janvier 2010, par LA RÉDACTION


 
 

L’excommunication est dans l’Eglise catholique l’anathème, la peine ou censure ecclésiastique, par laquelle on retranche les hérétiques de la société des fidèles, ou les pécheurs les plus obstinés de la communion de l’Eglise et de l’usage des sacrements. Cette peine se retrouve en usage dans toutes les religions de l’Antiquité. Dans le paganisme, on défendait à ceux qu’on excommuniait d’assister aux sacrifices, d’entrer dans les temples ; on les livrait aux démons et aux Euménides avec des imprécations terribles : c’est ce qu’on appelait sacris interdicere, diris devovere, execrari.

On lit dans les Commentaires de César, que la plus rigoureuse punition qu’infligeassent les druides chez les Gaulois, c’était d’interdire la communion de leurs mystères à ceux qui ne voulaient pas reconnaître leur jugement. Chez les anciens Hébreux, l’excommunication était très usitée ; elle est encore reconnue par les juifs ; les protestants ne l’admettent pas.

Dans les premiers temps de l’Eglise catholique, on distinguait l’excommunication médicinale et l’excommunication mortelle ; on usait de la première envers les pénitents que l’on séparait de la communion, jusqu’à ce qu’ils eussent satisfait à la pénitence qui leur avait été imposée ; la seconde était portée contre les hérétiques, contre les pécheurs impénitents et rebelles à l’Eglise. Dans la suite, l’excommunication ne s’entendit plus que de cette dernière.

Le premier effet de l’excommunication était de séparer l’excommunié du corps de l’Eglise et de ne plus le laisser participer à la communion des fidèles. Les suites de cette séparation étaient que l’excommunié ne pouvait ni recevoir ni administrer les sacrements, ni être élu à aucune dignité ecclésiastique, ni même recevoir après sa mort la sépulture religieuse ; il était défendu aux fidèles de conserver aucun commerce avec les excommuniés.

Mais une autre conséquence plus grave que l’excommunication, fut celle portée dans le Moyen Age contre les rois, qui privait le souverain de ses états et déliait ses sujets de tout serment de fidélité et d’obéissance. Cela s’appelait mettre le royaume en interdit. Les plus célèbres exemples d’excommunication contre les rois, furent celles de Grégoire VII contre Henri IV, empereur d’Allemagne ; d’Innocent IV contre Frédéric II, également empereur d’Allemagne ; de Boniface VIII contre Philippe-le-Bel ; de Jules II contre Louis XII ; de Sixte V contre Henri III ; de Grégoire XIII contre Henri IV.

Les effets de l’excommunication contre le pouvoir temporel des rois ont été énergiquement repoussés en France par les parlements, et par la déclaration de l’Eglise gallicane, en 1682.


Dans le Moyen Age, les excommunications étaient multipliées ; l’Eglise les employait souvent pour combattre la violence des petits seigneurs, et défendre son temporel ; les monastères, dans leurs querelles, s’excommuniaient réciproquement. La forme de l’excommunication était très simple dans les premiers siècles de l’Eglise. Les évêques dénoncaient aux fidèles les noms des excommuniés, et leur interdisaient tout commerce avec eux. Les cérémonies effrayantes qui accompagnent la fulmination (gravure ci-contre) paraissent ne pas remonter au-delà du IXe siècle. Douze prêtres tenaient chacun une torche à la main, qu’ils jetainet à terre et foulaient aux pieds ; on enlevait tous les vases et ornements de l’autel ; on couchait la croix par terre ; après que l’évêque avait prononcé l’excommunication, on sonnait une cloche, et l’évêque et les prêtres proféraient des anathèmes et des malédictions.

S’il arrivait qu’un excommunié entrât dans une église, on devait faire cesser l’office ; et si l’excommunié refusait de sortir, le prêtre devait abandonner l’autel ; cependant s’il avait commencé le Canon de la messe, il fallait qu’il continuât de la sacrifice jusqu’à la communion inclusivement, après laquelle il se retirait dans la sacristie pour y réciter le reste des prières.

L’absolution de l’excommunication était accompagnée de cérémonies. Lorsqu’on s’était assuré des dispositions du pénitent, l’évêque, à la porte de l’église, accompagné de douze prêtres en surplis, six à sa droite et six à sa gauche, lui demandait s’il voulait subir la pénitence ordonnée par les Canons, pour les crimes qu’il avait commis ; il confessait sa faute, implorait pénitence, et promettait de ne plus retomber dans le désordre. Ensuite l’évêque assis, et couvert de la mitre, récitait les septs psaumes avec les prêtres, et donnait de temps en temps des coups de verge ou de baguette à l’excommunié ; puis prononçait la formule d’absolution.

Aujourd’hui l’excommunication n’est plus employée que très rarement par l’Eglise catholique ; la plus célèbre de ce siècle, est celle de Pie VII contre Napoléon, quand il fit enlever le pape de Rome pour le retenir à Savonne, puis à Fontainebleau.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 MAGAZINE N°44 > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il est du bois dont on les fait
 
 Tenir pied à boule
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
Scandale de la dette publique
Scandale de la dette publique, ou la spoliation des peuples avec l’assentiment des Etats
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Fantôme de Rosette, ouvrière de la manufacture de tapis d'Abbeville
 
 Mont-Saint-Michel (Le) : « mont de discorde » hérité du diable
 
 Lac d'Issarlès (Ardèche), cratère d'un ancien volcan
 
 Prédiction faite en Inde à l'amiral Thomas Villaret de Joyeuse
 
 
Et puis aussi...
 
 Saint-Lait (Le) de la Vierge objet de toute l'attention des moines de l'abbaye d'Evron
 
 Enervés de Jumièges ou le destin des fils rebelles de la reine Bathilde
 
 Till l'Espiègle ou Figure de Hibou : héros légendaire inspirant les conteurs et à l'origine du mot espiègle
 
 Fontaine miraculeuse de Baranton (Ille-et-Vilaine)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 163 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines