le 25 septembre dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Légendes, croyances, superstitions : sacrifices humains - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Sacrifices humains

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Sacrifices humains
(D’après un article paru au XIXe siècle)
Publié / Mis à jour le vendredi 22 janvier 2010, par LA RÉDACTION


 

La religion que Jules-César trouva si fortement établie dans la croyance des Gaulois n’était pas nationale : ils l’avaient reçue des Bretons à une époque dont l’histoire ne fait pas mention ; et, plus tard, sous la domination des Romains, ils abandonnèrent le culte du dieu Teutatès pour celui de Jupiter et des autres divinités de l’Olympe. L’Evangile fut ensuite prêché par des ministres sans armes ni soldats, et les conquêtes de la religion chrétienne amenèrent encore de nouveaux changements.

Mais comme il n’est pas au pouvoir de l’homme de transformer entièrement ses idées et ses croyances, le Gaulois mêla quelques restes de la religion des druides à celle des Romains, ses vainqueurs et ses maîtres ; et lorsqu’il devint chrétien, les deux cultes anciens ne furent pas complètement oubliés. Quelques pratiques religieuses du moyen âge ont beaucoup d’analogie avec celles que César a décrites ; il n’est donc pas sans intérêt de se reporter à cette époque éloignée de près de vingt siècles.

Teutatès fut le Jupiter des Bretons et des Gaulois ; les druides étaient ses ministres, distribuaient ses faveurs, lançaient ses foudres contre les impies, interprétaient les réponses que le dieu daignait leur faire lorsqu’ils interrogeaient suivant les rites de son culte, etc. ; ils s’était même emparés de l’administration de la justice, et si quelqu’un osait décliner leur juridiction, ils le privaient de toute participation aux sacrifices : le recours à la divinité était alors interdit, à moins qu’on ne commençât par apaiser le courroux des ministres. Ainsi l’excommunication fut une arme redoutable entre les mains des prêtres de Teutatès, comme elle le fut par la suite lorsqu’elle fut lancée par des prêtres chrétiens.


Les druides offrirent leurs secours aux malades, mais sans exercer la médecine : c’était par leur intercession auprès de Dieu qu’ils promettaient de rendre la santé ; mais Teutatès était quelquefois très exigent, et si la maladie était mortelle, il ne fallait rien moins qu’une victime humaine pour racheter la vie que l’on voulait conserver. Dans les cas ordinaires, le dieu voulait bien se contenter de l’offrande de quelques bestiaux.

La cueillette du gui de chêne fut la cérémonie la plus imposante de la religion des druides, et celle dont la tradition a conservé le plus de vestiges. Nous sommes encore assez près du temps où le gui était un sujet de chants populaires, au lieu d’être traité comme un ennemi dont une bonne culture délivre les arbres. Chez les Gaulois, lorsque l’on avait découvert un gui de chêne, on s’apprêtait à le cueillir, en observant scrupuleusement les rites prescrits en cette occasion. Deux taureaux bancs étaient attachés par les cornes au tronc du chêne chargé de la précieuse excroissance ; le don qu’on allait recevoir valait au moins cette offrande. Un druide montait sur l’arbre armé d’une serpe d’or, et détachait le gui ; d’autres le recevaient sur un tissu de laine blanche destiné à cet usage. C’était une panacée universelle, dont une parcelle infusée dans l’eau préservait des atteintes du poison, procurait aux bestiaux un accroissement de force et de fécondité, etc. Pour célébrer dignement cette heureuse trouvaille, les dévots présentaient leurs offrandes, et c’était l’élite de leurs troupeaux. Les victimes étaient partagées en trois parts : l’une pour le dieu (elle était livrée aux flammes), l’autre pour les druides, et la troisième restait aux donataires.

Dans les grandes calamités publiques, ou avant d’entrer en campagne contre un ennemi formidable, les druides avaient introduit l’exécrable usage des holocaustes humains. On construisait un énorme mannequin représentant un homme, on le remplissait de malheureux condamnés dans les assemblées, et si leur nombre était insuffisant, on choisissait des victimes parmi les hommes hors d’état de se défendre ; on entassait des combustibles autour de cette horrible figure, et l’on y mettait le feu.

Quand on lit le détail de ces scènes d’horreur, on est tenté d’en révoquer l’authenticité ; mais malheureusement le souvenir encore tout récent des cruautés de l’inquisition est trop positif pour nous permettre de rejeter sur l’humeur poétique des historiens, et sur les infidélités des traditions, les crimes dont l’espèce humaine fut coupable.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Jeux de mains, jeux de vilains
 
 Mettre le marché à la main
 
MANIFESTATIONS
 Le Verre, un Moyen Âge inventif
 
 Richard Cœur de Lion est célébré à l'Abbaye de Fontevraud
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Remèdes curieux des guérisseurs d'autrefois
 
 Plantes et pierres magiques, créatures et sources surnaturelles du Bocage vendéen
 
 Chien de Montargis et Jugement de Dieu au XIVe siècle
 
 Charlemagne se fait voleur par ordre de Dieu
 
 
Et puis aussi...
 
 Dame Blanche de la Dieuge : histoire tragique mais présage de bonheur
 
 Contes de fées de Perrault et de Grimm : fées, ogres et magiciens d'origine indo-européenne ?
 
 Lait (Le) : aliment incontournable objet de superstitions et croyances
 
 Hydre, dragon ou serpent de Villedieu-lès-Bailleul (Orne)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 201 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services