Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Coutumes et traditions : origine, étymologie mot Noël. Les cantiques populaires ou noëls d'autrefois - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Noël : origine du mot et signification

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Noël : origine du mot et signification
des Noëls populaires d’autrefois
(D’après « Revue de l’art chrétien » paru en 1862)
Publié / Mis à jour le mercredi 21 décembre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
On ignore l’origine du mot Noël, qui semble particulier à notre langue ; on ne le trouve ni dans la liturgie grecque, ni dans la liturgie latine, et, malgré sa désinence hébraïque, il est également étranger à l’hébreu. L’étymologie la moins improbable serait celle qui ferait dériver Noël du mot natale, nom latin de cette glorieuse fête.

Chez nos pères, ce mot était une exclamation de joie : le cri magique Noël ! Noël ! était en effet la vieille acclamation de bonheur de nos aïeux, quand un prince chéri venait les visiter, quand une reine donnait un héritier à la couronne, quand une victoire était remportée.

On a donné le nom de Noël à des cantiques populaires, destinés à célébrer le Messie attendu ou déjà arrivé. Nos pères les aimaient et les chantaient durant les longues veillées de l’Avent. En Normandie, en Bourgogne et dans plusieurs autres provinces, aux quatre dimanches qui précèdent Noël, les hautbois de l’Avent, ménétriers rustiques payés par la ville, s’en allaient de maison en maison, confiant aux échos de la nuit leurs pieuses mélodies. Un événement qui montrait dans la crèche de Bethléem le divin Libérateur, depuis tant de siècles promis à la terre, apportant la paix aux hommes de bonne volonté, dans cette nuit de Noël que nos ancêtres, selon Bède, appelaient la mère et la reine des nuits, devait naturellement obtenir la préférence sur beaucoup d’autres fêtes de l’année chrétienne, et devenir le premier objet du culte de la poésie populaire.

Bergers se préparant à aller à la crèche en suivant l'Etoile. Gravure extraite du Calendrier des bergers (1500)
Bergers se préparant à aller à la crèche en suivant l’Etoile. Gravure
extraite du Calendrier des bergers (1500)

Aussi le Noël, se produisant dans les mille dialectes de la langue romane, dès que le peuple, au IXe siècle, cessa d’entendre le latin, retentit dans tous les sanctuaires de la France, d’où il se propagea dans les églises des autres nations de l’Europe. Toujours simple et naïve, cette poésie des cités et de la chaumière était colportée par les trouvères et les troubadours ; à la faveur du chant qui en était toujours l’accompagnement obligé, elle se gravait dans toutes les mémoires, s’acclimatait au foyer domestique et se transmettait comme un héritage de génération en génération. La grande Bible des Noëls remplaçait à l’intérieur les mystères de la Nativité, représentés sur la place publique. Quelques Noëls étaient même distribués par personnages et pouvaient être à la fois joués et chantés. Tel est celui où l’on voit Joseph et Marie cherchant un asile dans Bethléem et ne trouvant partout que des refus.

Notre littérature a conservé les noms de quelques-uns de ces rapsodes chrétiens. En 1520, on imprima à Paris les Noëls de feu maître Lucas le Moigne, en son vivant curé de Saint-George du Pui la Garde, au diocèse de Poitou, et, en 1558, les Cantiques du premier advènement de Jésus-Christ par le comte d’Alsinois. Tours vit publier, en 1673, La grande Bible des Noëls vieux et nouveaux. On trouve dans ce dernier recueil le célèbre Noël qui commence par ces mots : « A la venue de Noël / Chacun se doit bien réjouir ».

Besançon a produit deux auteurs de Noëls, Christin Prost, capucin, mort en 1696, et François Gauthier, imprimeur-libraire de cette ville, où il mourut en 1730. En Bourgogne, tout le monde lisait, tout le monde chantait, tout le monde apprenait les Noëls Bourguignons de Gui-Barôzai (Bas-Rosé), vigneron célèbre qui était le chantre le plus populaire de cette ancienne province. Plus tard, en 1701, Bernard de la Monnoye publiait, sous le pseudonyme et sous la protection de son devancier, Gui-Barôzai, ses spirituels et malins Noëls, résultat d’un défi, qui ont acquis une assez grande célébrité pour être réédités à Paris (1842), avec une traduction littérale en regard du texte patois et avec de nombreuses.

L’idiome provençal s’est personnifié avec éclat, sous le règne de Louis XIV, dans un poète qui, par ses mérites divers et le nombre de ses productions, n’a pu avoir ni rivaux ni imitateurs. Nous voulons parler de l’abbé Nicolas Sabely, bénéficier et maître de musique de l’église collégiale de Saint-Pierre-d’Avignon, où il mourut en 1675, à l’âge de 61 ans, non loin de Monteux, son pays natal. Ses Noëls furent si goûtés de son temps qu’on les chanta dans toute la France ; on les chantait encore au XIXe siècle devant les crèches des églises, dans la Provence. Un des plus connus est le fameux Noël dei très Boumians (des trois Bohémiens), que plusieurs critiques attribuent à un autre provençal, Louis Puech. Ces Bohémiens s’offrent à dire la bonne aventure à l’Enfant-Jésus, à Marie et à Joseph, et, par la chiromancie, devinent tour à tour leurs grandeurs et dévoilent le mystère auguste de la naissance du Dieu fait homme, dans un récit semé de traits charmants et de beautés incomparables.

Le Languedoc est aussi justement fier des Noëls de Pierre Goudouli ou Goudelin, l’Homère des Gascons, né en 1579 et mort en 1649. Un autre poète patois, Arnaud Daubasse, maître peignier de Villeneuve-sur-Lot, composait, chaque année, un nouveau Noël qu’il faisait chanter à l’église par ses deux filles. Né à Moissac en 1664, il mourut à Villeneuve en 1727. En 1720, un maître d’écriture de Bordeaux, Pierre Gobain, recueillit les divers Noëls français et gascons qui étaient répandus dans le Bordelais, et en publia la collection en un volume in-48 de 90 pages. Il joignit à ce recueil quelques pièces de sa composition dans le même genre, notamment les Noëls Rébeillats-bous, meynades et puisque du premier père, que les habitants des campagnes chantaient encore avec délices au XIXe siècle. D’autres Noëls patois accusent une origine Landaise, Bazadaise ou Garonnaise, mais leurs auteurs sont inconnus.

La Nativité. Enluminure de Jean Fouquet extraite des Heures d'Étienne Chevalier
La Nativité. Enluminure de Jean Fouquet extraite des Heures d’Étienne Chevalier

Ce terme de Noël, qui signifie déjà tant de choses, naissance du Sauveur, joie, cantique, a été pieusement usurpé par les adorateurs de la crèche, qui en ont fait un nom propre. Un saint l’a porté ; de hauts personnages l’ont préféré à leurs titres de noblesse et l’ont placé à côté de leur nom patronymique. Dès le IXe siècle, on dressait dans les églises, en face du maître-autel, des espèces de tentes qui simulaient la crèche du Christ. A côté figuraient un Ange, saint Joseph, le bœuf et l’âne. Divers chants liturgiques analogues à cette représentation étaient exécutés par le chœur des prêtres et des fidèles.

Dans le Journal des Savants d’août 1861, Magnin écrit qu’ « au Xe siècle, on voit s’établir dans les cathédrales et les abbayes l’usage de joindre à ces naïfs et simples offices un autre spectacle dont le sujet et la forme étaient laissés au goût et à la discrétion du préchantre ou de l’écolâtre. Emprunté presque toujours aux livres historiques ou moraux de l’Ancien Testament, aux paraboles évangéliques, à l’Apocalypse et aux légendes les plus merveilleuses des Saints et des Martyrs, ce jeu supplémentaire ajoutait tout l’attrait de la variété et le piquant de l’imprévu aux autres récréations et gracieuses réjouissances qui rendaient la célébration de Noël si chère au peuple et à une grande partie du clergé, et leur en faisait, pendant le reste de l’année, désirer si ardemment le retour ».




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Badaud de Paris
 
 Qui compte sans son hôte compte deux fois
 
MANIFESTATIONS
 Exposition gourmande sur le chocolat d'Annecy
 
 Plongée dans Les temps mérovingiens au musée de Cluny
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 L'heure à travers le temps : vie rythmée par le soleil et division d'une journée en 24 heures
 
 Politesse française : un héritage gaulois ?
 
 Animaux (Les) traités au Moyen Age comme des êtres conscients et responsables de leurs actes
 
 Chandeleur (La) d'autrefois et l'indispensable rituel des crêpes
 
 
Et puis aussi...
 
 Fête de Saint-Lazare à Autun ou cavalcade suivie d'un simulacre de siège
 
 Ordre non chevaleresque de la Mouche à Miel né en 1703
 
 Mariage en Vimeu : cérémonie et coutumes observées jadis
 
 Comment se réveillait-on avant l'invention du réveil ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 285 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services