Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

Coutumes et traditions : fête de la Toussaint, origine et histoire. Panthéon de Rome érigé par Agrippa - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Coutumes, Traditions > Toussaint (Fête de la) : origine, (...)

Coutumes, Traditions

Origine, histoire des coutumes, traditions populaires et régionales, fêtes locales, jeux d’antan, moeurs, art de vivre de nos ancêtres


Toussaint (Fête de la) : origine, histoire
(D’après « Encyclopédie théologique ou Série de dictionnaires sur toutes
les parties de la science religieuse. Tome 8 » paru en 1859)
Publié le vendredi 1er novembre 2013, par LA RÉDACTION


 
 
 
 
La langue française désigne par cet unique mot fort heureux la solennité collective tous les saints. Cette fête ne remonte pas aux siècles primitifs du christianisme. Voici quelle en a été l’origine.

Marc Agrippa, gendre d’Auguste, vingt-cinq ans environ avant la naissance du Christ, fit élever à Rome un temple superbe pour le dédier à son beau-père. Auguste n’ayant point accepté cet honneur, Agrippa dédia cet édifice à Mars et à Jupiter Vengeur, en mémoire de la victoire remportée par Auguste contre Marc-Antoine et Cléopâtre.

Plus tard, la déesse Cybèle et tous les dieux et déesses dont elle est la mère y eurent leurs statues en bronze, en argent, en or et même en pierres précieuses, selon l’importance de chacune de ces fausses divinités ; alors ce temple reçut, à juste titre, le nom de Panthéon, ou réunion de tous les dieux. Les décrets de Théodose le Jeune contre les monuments de l’idolâtrie avaient respecté ce magnifique édifice. On s’était contenté d’en extraire les impures idoles et d’en fermer les portes. Le pape Boniface IV demanda à l’empereur Phocas le Panthéon pour en faire une église. Sa demande fut accueillie, et en 610, le 13 mai, Boniface dédia le Panthéon au vrai Dieu, sous l’invocation de la sainte Vierge et des martyrs.

Il y fit transporter vingt-huit chariots d’ossements des généreux confesseurs de la foi pris dans les divers cimetières de Rome, et dès ce moment le Panthéon prit le nom de Sanctæ-Mariæ ad Martyres. Depuis longtemps cette église est nommée Notre-Dame de la Rotonde, à cause de sa forme ; en effet elle ressemble à un demi-globe dont la hauteur est presque égale à la largeur. Celle-ci est de cent cinquante-huit pieds de diamètre (près de cinquante-trois mètres. Le sommet de cette coupole ou dôme est percé d’une large ouverture qui éclaire seule l’intérieur du temple. Tout le pourtour de l’église est orné d’autels.

Vue du Panthéon de Rome. Peinture d'Ippolito Caffi
Vue du Panthéon de Rome. Peinture d’Ippolito Caffi

Le pape ordonna que tous les ans, à pareil jour, on célébrerait l’anniversaire de cette Dédicace. Néanmoins, comme on a vu, ce temple n’était pas destiné à y célébrer la mémoire de tous les saints. En 731, Grégoire III fit terminer dans l’église de Saint-Pierre, au Vatican, une chapelle en l’honneur du Christ Sauveur, de sa sainte Mère, des saints apôtres, martyrs, confesseurs et de tous les justes qui reposaient, pausantium, par toute la terre.

Cette chapelle serait donc le véritable berceau de la fête de la Toussaint. Un Office fut composé pour célébrer la nouvelle solennité. Insensiblement, à cause des rapports intimes de celle-ci avec la Dédicace la Rotonde, ces deux fêtes n’en firent plus qu’une seule. Afin de donner aux fidèles plus de facilité pour la célébrer, on en fixa le jour à une époque où toutes les récoltes étaient terminées.

Ainsi du 13 mai assigné pour l’anniversaire de la Dédicace de la Rotonde, comme on le lit encore au Martyrologue romain, cette fête fut transportée au premier novembre, par le pape Grégoire IV. Ce pontife se trouvant, en France, vers 835, engagea Louis le Débonnaire à établir dans ses vastes états la fête qui jusqu’à ce moment était restée circonscrite dans Rome et ses environs. Elle s’étendit rapidement dans les autres royaumes, et, à dater du neuvième siècle, l’église latine solennisa, le même jour, la rite de la Toussaint. Il y avait néanmoins, avant ce temps-là, une fête de tous les apôtres, qui était célébrée le premier mai.

Le jeûne de la veille est prescrit dans un Concile depuis l’an 1022. Mais l’Octave (semaine de liturgie spéciale) ne fut établie qu’en l’année 1480 par le pape Sixte IV, qui plaça le Toussaint à un degré plus haut. La fête a toujours été chômée et le Concordat de 1802, en France, l’a retenue. Au dernier jour de l’Octave, à Paris et dans beaucoup d’églises, on célèbre la fête des Reliques. Le Rite de Rome n’en fait aucune mention. Le Missel de Noailles n’en parle pas davantage.

La vénération des reliques ne se trouve donc que dans le Rite de Vintimille. Le Canon de Prime, pour ce jour, y est extrait d’un Concile de Mayence, en 1549, qui parle du respect dû aux reliques des saints, mais ne fait aucune mention de la fête dont nous parlons. Elle se confond, il est vrai, avec le jour de l’Octave de la Toussaint, mais l’Office roule principalement sur les reliques. Nous trouvons dans le Missel de Noailles, pour le 4 décembre, une fête de la susception des saintes reliques, en 1194. La Messe en est à peu près la même que celle du 8 novembre, dans le nouveau Rit. C’est donc une simple translation, mais sous un titre plus général qui en fait une festivité nouvelle.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Le roi de la fève
 
 On a souvent besoin d'un plus petit que soi
 
MANIFESTATIONS
 
 
 


Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 2 : L’essai mérovingien
Temps de travail au Moyen Age
Nos ancêtres n’étaient pas les brutes de travail qu’on imagine : ils avaient 190 jours de congés par an
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Altermanuel d’Histoire de France
L’historien Dimitri Casali répertorie ce que nos enfants n’apprennent plus au collège
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 Pain d'épice (Du) des cloîtres à celui fantaisiste des foires
 
 Jour de rentrée scolaire au XIXe siècle
 
 Confitures (Les) : une denrée de luxe devenue populaire en quelques siècles
 
 Jeu du tour du monde : apprendre l'histoire, la géographie, l'économie en s'amusant, au XIXe siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 Etrennes et nouvel an : origine et histoire
 
 Couards (Les) mettent Rouen sens dessus dessous
 
 Lettres de cachet : du mythe à la réalité
 
 Fête de la Gargouille à Rouen (Seine-Maritime)
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 205 ARTICLES

 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Second Life

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines