le 24 juillet dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Histoire du costume, costumes anciens : fin du douzième siècle (XIIe) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Mode, Costumes > XIIe siècle (Costumes à la fin du)

Mode, Costumes

Variations des costumes depuis les Gaulois jusqu’au XIXe siècle. Histoire du costume, vêtement, coiffures, chaussures. Mode vestimentaire


XIIe siècle (Costumes à la fin du)
(D’après un article paru en 1844)
Publié / Mis à jour le dimanche 17 janvier 2010, par LA RÉDACTION


 

Costumes ecclésiastiques
Au douzième siècle, les vêtements du clergé étaient restés à peu près ce qu’ils étaient pendant les siècles précédents. Dès le neuvième, l’usage de la tonsure, ou couronne formée par la suppression de tous les cheveux du sommet de la tête, était universel pour les clercs et les ecclésiastiques, quoique, de l’avis des canonistes, il ne fût pas d’institution primitive, et qu’il ne remontât guère plus haut que le septième siècle. Ce n’est, en effet, que dans le quatrième concile de Tolède, assemblé vers le milieu de ce siècle, qu’il fut ordonné à tous les clercs de porter une couronne. Les constitutions ecclésiastiques s’étaient bornées précédemment à recommander aux prêtres de porter les cheveux courts. Ces constitutions ne permettaient pas aux prêtres de célébrer les saints mystères avec la chaussure qu’ils portaient hors de l’exercice de leurs fonctions, et les Capitulaires de Charlemagne contiennent des injonctions adressées aux prêtres de ne célébrer la messe qu’avec une chaussure particulière.

L’aube n’offrait rien de particulier que sa longueur et sa simplicité. Cette tunique de dessous, tissu de laine blanche ou de lin, et dépourvue de tout ornement, était le vêtement habituel des prêtres hors des fonctions de leur ministère. Longue jusqu’à terre, l’aube devait être retenue par une ceinture de lin entrelacé et tordu. Cependant au douzième siècle, on avait fendu sur les côtés l’aube qu’on portait quelquefois de couleur, et la tunique de dessous se terminait par un petit collet. Les évêques avaient une aube très riche, une tunique violette et une chape de pourpre.

Evêque et seigneurs, d'après Herbé
Evêque et seigneurs, d’après Herbé
La dalmatique, portée par dessus l’aube et sous la chasuble, était alors un vêtement sacerdotal commun à tous les prêtres dans l’exercice de leur ministère sacré, et non réservé, comme aujourd’hui, à l’évêque seul, lorsqu’il officie pontificalement. La dalmatique, qui a la forme d’une croix et est ouverte sur le côté, était anciennement blanche et ornée de deux raies rouges devant et derrière. Celle des évêques ne différait de celle des diacres que par des manches plus larges. Les bandes ou parements placés aux deux côtés ont toujours été l’ornement particulier de cette espèce de vêtement : on les appelait plagulae, et les critiques ecclésiastiques pensent qu’elles rappellent les laticlaves et les augusticlaves des anciens. Indépendamment de ces deux bandes, d’une riche bordure au bord inférieur et au collet, et de franges à l’ouverture des manches, la dalmatique était souvent encore décorée de petites houppes disposées symétriquement par étages. Evêque et seigneurs, d’après Herbé

La chasuble, vêtement d’abord commun aux laïques et aux clercs, était, dans l’usage habituel, une espèce de manteau en forme d’entonnoir ou de cloche qui n’avait d’autre ouverture qu’un trou au sommet pour y passer la tête, et qu’on relevait sur les deux bras, lorsqu’on voulait agir. C’est cette forme singulière qu’exprime son nom, qu’on dérive de casula, petite maison qu’en effet elle couvrait l’homme comme un toit. Le clergé ayant adopté ce vêtement pour l’autel, on en fit bientôt en étoffes précieuses : on le surchargea d’ornements et de broderies ; mais ce luxe même ne tarda pas à en altérer la forme primitive. La difficulté qu’on éprouvait à replier sur les bras cette étoffe alourdie, fit prendre le parti de l’échancrer sur les côtés jusqu’aux poignets, ensuite jusqu’aux coudes, enfin jusqu’au haut des bras ; et c’est sous cette forme méconnaissable qu’elle est arrivée jusqu’à nous, au grand regret, non seulement des antiquaires, mais même des prêtres instruits, qui comprennent parfaitement combien ce vêtement aux plis larges et magnifiques devait ajouter de majesté aux divers mouvements de l’officiant. La bande qui partage en deux le devant de la chasuble s’appelait parement.

L’étole, qui caractérise l’office des diacres, a toujours fait également partie du costume du prêtre et de celui de l’évêque. Les diacres portaient originairement l’étole pendante par devant, comme les évêques et les prêtres, et non de gauche à droite, en manière d’écharpe, comme ils la portent maintenant, afin d’avoir le côté droit libre pour le service. Le manipule, qui, d’après les usages ecclésiastiques, repose toujours sur le bras gauche, était, dans l’origine, une espèce de mouchoir que le prêtre portait pour s’essuyer.

Noble, dames nobles et bourgeois, d'après Mifliez
Noble, dames nobles et bourgeois,
d’après Mifliez
La coiffure à côtes de melon a été remarquée assez fréquemment sur des statues du douzième siècle. Montfaucon est porté à la considérer comme une couronne ; mais il est bien certain que ce n’est qu’une mitre de forme ancienne, et que cet ornement servait à désigner des évêques. Le luxe distingua les couvents de la noblesse, et certaines religieuses avaient la tunique de pourpre bordée de petit gris, la chape violette et des bottines à pierreries.

Costumes de dames nobles et de princesses
Agnès de Baudement épouse de Robert de France, comte de Dreux, est représentée, sur le sceau d’un acte de l’an 1158, avec coiffure volumineuse et haute flottant sur ses épaules, et vêtue d’une robe dont les manches étroites et fermées jusqu’aux poignets s’ouvrent et descendent de là jusqu’à terre. Sur la statue sépulcrale de cette princesse, les manches, au contraire, se terminent aux poignets : elle porte une escarcelle pendue à sa ceinture et un bijou à son cou ; son manteau, dont la coiffure semble faire partie, descend jusqu’à terre ; sa couronne, comme celle des duchesses, comtesses, etc., de ces temps, est d’une forme singulière, et ressemble à une couronne murale des Romains.

Sur une statue élevée à Pontigny en l’honneur d’Alix, fille de Thibaud IV, comte de Champagne, troisième femme de Louis VII, qu’elle épousa en 1160, et mère du roi Philippe dit Auguste, cette reine porte sous son manteau une robe fermée par devant, quoique garnie d’une rangée de boutons ; une guimpe, qui couvre le bas de son visage et le cou, laisse cependant le haut de sa poitrine découvert ; son petit chaperon, d’une étoffe, bordé de perles, ne laisse voir qu’une partie du toupet : les rayons tronqués de sa couronne se terminent par des perles.

Guerriers, d'après Montfaucon
Guerriers, d’après Montfaucon
Les femmes se paraient aussi à cette époque de la gauzape, sorte de robe sans manche, que les hommes nommèrent cotte d’armes et que l’on commença à orner d’armoiries sous Philippe II. Les robes des dames reprirent, sous le règne de ce prince, de la grâce et de l’élégance. Pour contraster avec la roture, on les fit traînantes, et on les orna d’hermine ; mais au lieu de bigarrures, les mouches devinrent l’ornement distinctif de la haute noblesse.

Costumes militaires
Une statue placée à une des portes du portique méridional de Chartres, représente un chevalier du douzième siècle avec son équipement complet (sauf le casque), c’est-à-dire l’armure maillée avec chaperon, chausses, gantelets. Il est revêtu par dessus d’une longue cotte d’armes ; vêtement dont l’emploi paraît avoir été nécessité par le besoin de mettre à l’abri de la pluie l’armure de maille, si perméable de sa nature (cette cotte était ordinairement très longue, en drap d’or ou d’argent et doublée de fourrures précieuses).

Ce chevalier est chaussé d’éperons aigus, porte sa large épée soutenue par un ceinturon, et tient d’une main sa lance garnie de son gonfanon ; son autre main s’appuie sur son bouclier, beaucoup plus court que ceux du siècle précédent, et participant déjà de cette forme à laquelle les antiquaires appliquent le nom d’écu.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Il ne faut pas mettre le doigt entre l'arbre et l'écorce
 
 Etre réduit au bâton blanc
 
MANIFESTATIONS
 Tenues de ville et costumes de scène : 300 ans d'histoire commune à Moulins (Allier)
 
 « Imagine Van Gogh » : l'exposition le nez dans les tournesols à la Villette
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Habit noir (L') : indémodable, irremplaçable et indispensable accessoire
 
 Modes vestimentaires cycliques : crinoline, cachemire, vertugadins et autres séants postiches
 
 Toilette des élégantes du XVIIIe siècle : renouveau des coiffures, souliers et mouches
 
 Coeur vendéen : bijou ancien et signe distinctif durant les Guerres de Vendée
 
 
Et puis aussi...
 
 Partisans et détracteurs du corset fourbissent leurs arguments en 1903
 
 XVe siècle (Costumes des femmes au), sous le règne de Charles VI
 
 Ve au VIIIe siècle (Costumes du). Francs sous la dynastie mérovingienne
 
 Culotte (La) tiendra-t-elle ou faudra-t-il qu'elle disparaisse ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 47 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services