Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Le dieu Mithra découvert en Corse - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Dieu (Le) Mithra découvert en Corse

L’Histoire fait l’Actu

Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.


Dieu (Le) Mithra
découvert en Corse
(Source : Inrap)
Publié / Mis à jour le mardi 21 mars 2017, par LA RÉDACTION



 
 
 
Une équipe de l’Inrap vient de mettre au jour un sanctuaire dédié au dieu Mithra sur le site de Mariana, à Lucciana (Haute-Corse)

L’opération, autorisée par le préfet de Corse, est placée sous le contrôle scientifique de la Drac de Corse (service déconcentré du ministère de la Culture et de la Communication) en liaison avec la commission territoriale de la recherche archéologique sud-est.

D’après Sénèque et Pline, Mariana est une colonie de citoyens romains, fondée vers 100 avant notre ère par Caius Marius, général, consul et grand réformateur de l’armée romaine, après sa retentissante victoire sur les peuples Cimbres et Teutons. Elle s’inscrit dans une stratégie militaire à l’échelle de la mer tyrrhénienne. À son apogée, vers le IIIe ou le IVe siècle, Mariana, une petite agglomération ne dépassant guère dix hectares, est organisée en une vingtaine d’îlots. Son port participe activement aux échanges commerciaux en Méditerranée. La fouille archéologique met au jour un quartier périphérique de la Mariana antique.

Mithra immolant le taureau
Mithra immolant le taureau

Le Mithræum de Lucciana
C’est la première fois en Corse qu’un mithræum est identifié. Ce sanctuaire se compose de plusieurs espaces caractéristiques des mithræa dont une salle de culte et son antichambre. La salle d’assemblée, rectangulaire (11x5 m), est constituée d’un couloir central surcreusé, bordé de deux longues banquettes de 1,80 m de largeur, limitées par un muret soigneusement enduit à la chaux. En vis-à-vis, deux niches voûtées en briques sont aménagées dans l’épaisseur des banquettes. L’une d’elles contenait encore trois lampes à huile intactes.

À l’extrémité du couloir devait se dresser le bas-relief de marbre représentant Mithra, coiffé de son bonnet phrygien et sacrifiant un taureau. Trois fragments de ce bas-relief brisé ont été retrouvés à ce jour par les archéologues. Y figurent un chien et un serpent buvant le sang s’écoulant de la gorge entaillée de l’animal immolé, alors qu’un scorpion lui pince les testicules. Sur la droite, un personnage est représenté tenant une torche : le « dadophore » symbolisant le soleil couchant ou la mort. D’autres éléments en marbre ont été exhumés, dont une tête de femme. Deux clochettes en bronze, de nombreuses lampes brisées et des pots à pâte fine pourraient relever d’un mobilier liturgique. Une plaque de bronze et une autre de plomb portent des inscriptions qui restent à déchiffrer.

Le mithraïsme, un culte concurrent du christianisme
Peu de choses sont connues de ce culte monothéiste à mystères. En l’absence de documentation écrite explicite, la connaissance repose principalement sur l’étude de ses sanctuaires et des représentations peintes ou sculptées qu’ils renferment.

D’origine indo-iranienne, le mithraïsme est probablement introduit dans l’Empire par les militaires romains et les marchands orientaux. Il s’y diffuse à la fin du Ier siècle. Ce culte initiatique, réservé aux hommes, séduit d’abord les élites puis touche toutes les couches de la société. Une centaine de mithræa sont connus dans l’ensemble de l’Empire, dont à Rome et à Ostie. En France, Bordeaux, Strasbourg, Biesheim et Septeuil, en possèdent. En 2010, l’Inrap mettait au jour un tel sanctuaire à Angers. Il avait révélé un bas-relief, des dédicaces au dieu Mithra et un important mobilier.

Alors concurrent du christianisme, le mithraïsme est fortement combattu puis interdit par l’empereur Théodose en 392. Le sanctuaire porte des traces de destruction dès l’Antiquité : autel dédié au dieu brisé, édifice détruit et comblé de gravats. Les causes exactes de cette destruction restent inconnues, toutefois il faut noter qu’un vaste complexe paléochrétien avec basilique et baptistère est édifié vers 400 à Mariana, constituant les premières traces du christianisme en Corse.

Aujourd’hui, un vaste programme de valorisation de la cité romaine de Mariana, est engagé par la commune de Lucciana. Il comprend la construction d’un musée de site (financement État, collectivité territoriale de Corse, conseil général de la Haute-Corse, principauté de Monaco et commune de Lucciana) et l’aménagement d’un parc archéologique de plusieurs hectares.

Institut national de recherches archéologiques préventives
Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Grande fortune, grande servitude
 
 Etre sur un grand pied dans le monde
 
MANIFESTATIONS
 Boire : exposition au musée des Maisons comtoises de Nancray (Doubs)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Maison de Victor Hugo à Guernesey : mécénat participatif pour sa restauration
 
 Découverte de l'Uzès antique (Gard)
 
 Le trésor de la Jeanne-Elisabeth livre ses secrets
 
 La Rébellion cachée : un film sur les guerres de Vendée pour la première fois en France
 
 
Et puis aussi...
 
 Tonga : un bateau pirate du XIXe siècle retrouvé avec son trésor ?
 
 Agnès Sorel : son visage aussi vrai que nature
 
 Éducation : le grand massacre de l'histoire de France
 
 Semaine de la langue française : comment l'anglais a tué le sein qui l'a nourri
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 183 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services