Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



1799 : l'école est prioritairement affectée à l'enseignement des valeurs républicaines - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > 1799 : l'école est prioritairement (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


1799 : l’école est prioritairement
affectée à l’enseignement
des « valeurs républicaines »
(D’après « Revue populaire. Organe de vulgarisation scientifique
et d’éducation sociale », paru en 1901)
Publié / Mis à jour le dimanche 25 septembre 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Datant de l’époque révolutionnaire, et plus précisément du 17 fructidor an VII (3 septembre 1799), une circulaire adressée aux instituteurs du canton d’Essay, en Normandie, illustre la direction que le gouvernement entend alors donner à une instruction jugée pour l’heure « partout nulle ou vicieuse » car encore empreinte des préceptes de l’Ancien Régime : l’école ne devra pas tant s’occuper de préparer les jeunes esprits à la vie future que de leur inculquer les idéaux républicains.

Voici la circulaire du 3 septembre 1799 adressée aux instituteurs du canton d’Essay, dans l’Orne :

« Citoyens, en vous chargeant de l’éducation de la jeunesse, vous vous êtes imposé une tâche en même temps honorable et intéressante. Par vos soins la patrie doit voir s’élever une génération dans laquelle elle ne comptera que des enfants dignes d’elle ; par vos soins, la philosophie doit s’attendre à voir disparaître le prestige des préjugés honteux et avilissants qui avaient enfanté chez nous l’ignorance et l’esclavage.

« Mais si au lieu de former des républicains, en suivant le plan d’instruction que vous avez dû vous prescrire, vous alliez malheureusement suivre les routes ténébreuses de l’ancien système d’éducation dans lequel nous retrouvons la source ou la cause de tous nos maux, combien vous seriez alors indignes du nom d’instituteurs républicains dont vous ne feriez que déshonorer les respectables fonctions. Combien vous seriez coupables de n’avoir pas abandonné une entreprise pour laquelle vous ne vous seriez senti ni assez de courage pour attaquer en face la superstition et l’ignorance sa digne compagne, ni assez de zèle pour soutenir contre les deux ennemis de la saine raison les combats qu’elles ne cessent de lui livrer.

Le maître d'école
Le maître d’école

« Nous ne pouvons vous dissimuler, citoyens, que jusqu’ici nous n’avons remarqué dans presque aucun de vous ces qualités éminentes qui distinguent le vrai instituteur patriote. En effet, si nous vous demandons ce que vous avez fait pour inculquer dans les jeunes cœurs de vos élèves cet amour de la patrie qui dans un âge plus avancé forme les héros, ces principes sublimes du gouvernement démocratique dans lequel le citoyen trouve la Liberté et l’Egalité, et qui déterminent irrésistiblement son choix sur tous les autres genres de gouvernement, ah ! vous êtes obligés de répondre que vous n’avez rien fait.

« Si nous vous demandons ce que vous avez fait pour vaincre les obstacles qui se sont présentés à l’introduction des livres républicains élémentaires qui doivent succéder aux bouquins de la bêtise routinière, vous avouerez ingénument que nous n’avez encore rien fait.

« Mais si l’on vous disait que vos élèves savent prier Dieu soir et matin, qu’ils répètent le benedicte, l’agimus tibi gratias et toute la kyrielle, qu’ils savent que c’est aujourd’hui samedi, demain dimanche, et dans huit jours la Nativité de la Sainte Vierge, tandis qu’ils ne connaissent ni les droits ni les devoirs du citoyen, ni les principaux articles de la constitution, tandis qu’ils ignorent tous les jours où ils vivent selon le calendrier républicain, et qu’ils ne se doutent même pas qu’ils existent dans une République. Ah pour le coup, vous demeurez confus et ne répondez rien.

« Pénétrez-vous donc bien, citoyens, que vous êtes les instituteurs de la République et non ceux de la religion catholique, ni de toute autre secte religieuse.

« Pénétrez-vous aussi de cette vérité que la patrie exige de vous que vous lui formiez des hommes qui sachent d’abord aimer et chérir les lois de leur pays avant de s’occuper du dogme d’une vie future, qui, selon nous, n’est qu’une chose accessoire à l’éducation, dépendant absolument de la volonté des parents, et dont nous ne voyons point que vous soyez chargés par le mandat de ceux qui vous ont nommés à la place que vous occupez. Nous voudrions bien n’avoir que des éloges à vous distribuer et nous n’avons que trop de motifs de vous adresser des reproches.

« Les articles 3 et 4 de la loi du 17 thermidor an VI [4 août 1798] concernant des mesures pour coordonner les jours de repos avec le calendrier républicain, portent que les écoles publiques vaquent les décadis et les jours de fêtes nationales, et qu’elles ne peuvent vaquer aucun autre jour de la décade, que le quintidi ; et, au mépris de ces dispositions formelles, quelques-uns d’entre vous se sont permis de tenir leurs écoles ouvertes les jours de repos, et de vaquer les jours-de ci-devant dimanche, ou autres jours fériés du calendrier grégorien.

« L’article 6 de la loi du 13 fructidor de la même année [30 août 1798], relative à la célébration des décadis prescrit, aux instituteurs de conduire leurs élèves chaque jour de décade ou de fête nationale au lieu de la réunion des citoyens ; cette loi n’a pas encore reçu son exécution.

« La plupart d’entre vous ne se sont point acquittés de leurs devoirs, et ceux qui ont cru les avoir remplis ne l’ont pourtant fait que très imparfaitement. En effet, il ne s’agit pas que l’instituteur se rende seul ou accompagné de deux ou trois élèves pensionnaires au temple décadaire dans lequel ces élèves parlent haut, courent, vont et viennent, sortent et rentrent, et se comportent comme dans la place publique.

Carte humoristique : chiens humanisés dans une salle de classe
Carte humoristique : chiens humanisés dans une salle de classe

« Tous les élèves doivent être réunis le décadi matin chez l’instituteur qui leur donne à cet égard une recommandation à laquelle ils se soumettent d’autant plus docilement qu’ils ont été accoutumés de bonne heure à obéir aux ordres de leur maître. L’instituteur qui viendrait à cette occasion dire que ses élèves se seraient refusés à obéir, dirait en d’autres termes qu’il serait un mauvais instituteur, et la conduite qu’il aurait à tenir serait assurément de quitter le gouvernail du vaisseau qu’il n’aurait ni le courage, ni l’habileté de conduire.

« L’instituteur doit conduire ses élèves au lieu des séances de l’administration, sur les 9 heures du matin, et se réunir au cortège qui se rend ensuite au temple décadaire ; il doit leur prescrire le silence et un maintien décent. C’est dans le temple décadaire surtout que cette règle doit être plus ponctuellement observée ; il est bon d’apprendre de bonne heure aux jeunes gens à se pénétrer d’un profond respect pour tout ce qui concerne les lois qui deviennent sacrées et inviolables, lesquelles sont l’expression de la volonté générale. Et, pourquoi les hommes n’éprouveraient-ils pas les sentiments d’un respect religieux devant le livre de la loi, quand on est parvenu à les faire agenouiller devant l’image du premier saint venu ?

« Nous vous invitons à prendre en considération l’objet de la présente ; nous vous engageons aussi à bien vous pénétrer de l’étendue et de l’importance de vos devoirs, et à vous consulter présentement pour savoir, la main sur la conscience, si vous vous sentez capables de les remplir. Vous seriez coupables en vous obstinant à conserver des fonctions pour lesquelles vous ne seriez pas propres. Vous donneriez des preuves de délicatesse et de désintéressement en abandonnant un poste dont la défense vous exposerait à mettre continuellement en contradiction votre conduite et vos principes.

« Salut et fraternité.

« Signé : LEMAITRE, MOUTIER, René MARCHAND, ESNAULT, LOISON, MOIRIÈRE, LEVESQUE.

« Vu : GRÉGOIRE, commissaire. »




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Toast
 
 Noces de mai, noces mortelles
 
MANIFESTATIONS
 Exposition Espèces d'Ours ! À la découverte des ours au Jardin des Plantes du 12 octobre 2016 au 19 juin 2017
 
 Exposition Quoi de neuf au Moyen Age ? à la Cité des sciences et de l'industrie du 11 octobre 2016 au 6 août 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Résidus industriels incorporés dans l'alimentation animale : sans danger pour l'homme ?
 
 Question du nécessaire et du superflu posée en 1920 en vue d'établir un impôt sur les articles de luxe
 
 Heure d'été, heure d'hiver : réforme sur fond de querelles et de polémiques
 
 Police scientifique (La) déjà chargée des crimes non élucidés voici plus d'un siècle
 
 
Et puis aussi...
 
 Caricature iconographique ou la naissance de la satire visuelle à l'aurore de la Renaissance
 
 Combat féministe (Le) : bataille contre-productive et vouée à l'échec ?
 
 Recrudescence inquiétante des violences faites aux personnes observée en 1912
 
 Véhicule électrique (Le) : promis à gagner la capitale et à remplacer la voiture à pétrole en... 1900
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 148 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services