Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Pape Alexandre Ier (en 109) - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Papes > Alexandre Ier (né en ? – mort le 3 (...)

Papes

Notices biographiques des papes. Les événements marquants de l’histoire des souverains pontifes. Portraits des occupants du saint-siège.


Alexandre Ier
(né en ? – mort le 3 mai 115)
Élu pape en 109
(« Histoire des souverains pontifes romains » (Tome 1)
par A. de Montor paru en 1846,
« Résumé de l’histoire des papes » par A. Bouvet de Cressé, paru en 1826
et « Le Vatican ou Portraits historiques des papes » paru en 1825)
Publié / Mis à jour le mercredi 10 août 2016, par LA RÉDACTION



 

On dit que ce pontife, successeur d’Évariste, fit ses études sous la direction et avec les conseils de Pline le Jeune et de Plutarque. On a attribué à ce pontife deux décrets et trois lettres décrétales, la première adressée à tous les orthodoxes, la seconde à tous les évêques, la troisième à tous les prêtres. Il a été reconnu, par les critiques modernes, que ces pièces sont apocryphes. On n’y trouve aucune trace du système de composition des deux écrivains que nous venons de nommer. Novaes croit à la supposition qui veut que Pline le Jeune ait été lié avec saint Alexandre. Quant à Plutarque, il avoue lui-même que, pendant ses voyages en Italie, il ne put trouver le temps d’apprendre assez à fond la langue latine, à cause des affaires publiques dont il était chargé, et des conférences qu’il avait avec les hommes instruits qui venaient le consulter et l’entendre.

Ainsi, ce ne fut pas probablement des leçons de littérature latine que Plutarque put donner à Alexandre ; mais le peintre de la vertu des Grecs, et l’immortel conservateur de leur gloire, qui était né en 66, dans la petite ville de Chéronée, en Béotie, a pu instruire ce chrétien dans l’art de méditer sur la littérature grecque, qu’un pontife ne pouvait négliger, puisqu’il entretenait nécessairement des correspondances avec tant de villes illustres, où l’on parlait la langue d’Homère et d’Hérodote.

Pape Alexandre Ier (109 - 115)
Pape Alexandre Ier (en 109)

Il est malheureux qu’il ne reste pas de saint Alexandre Ier quelque lettre, quelque passage de document qui aurait pu renfermer l’expression d’un sentiment de gratitude pour de tels maîtres. Cette opinion, quelle qu’elle fût, pourrait nous amener à connaître divers sentiments de Plutarque et de Pline sur la grande question de religion qui divisait alors les païens.

La lettre que Pline écrivit en faveur des chrétiens est justement fameuse, et dépose parfois de sa tolérance éclairée. Les vertus de cet ami de Trajan, de cet ami fidèle et courageux, qui était alors proconsul et gouverneur de Bithynie, engagèrent, dit-on, quelques-uns des hardis propagateurs du christianisme à le compter parmi les leurs, et à lui donner une place dans leurs diptyques. Malheureusement ces partisans de Plinius secundus le confondaient avec un autre secundus, vrai chrétien, dont le nom y était inscrit à juste titre.

Nous croyons devoir rapporter ici le plaidoyer de Pline le Jeune en faveur des chrétiens, adressé à l’empereur Trajan (28 janvier 98 - 9 août 117), montrant qu’il avait le désir d’exciter la clémence du prince tout en se montrant plus que sévère, puisqu’il envoya au supplice quelques-uns de ceux qu’on lui dénonçait comme confessant le Christ : « Je me fais un devoir, seigneur, de vous exposer tous mes doutes : car qui peut mieux me déterminer ou m’instruire ? Je n’ai jamais assisté à l’instruction et au jugement du procès d’aucun chrétien : ainsi, je ne sais sur quoi tombe l’information que l’on fait contre eux, ni jusqu’où l’on doit porter leur punition. J’hésite beaucoup sur la différence des âges : faut-il assujettir les chrétiens à la peine, sans distinguer les plus jeunes des plus âgés ? Doit-on pardonner à celui qui se repent, ou est-il inutile de renoncer au christianisme , quand une fois on l’a embrassé ? Est-ce le nom seul que l’on punit en eux, ou sont-ce les crimes attachés à ce nom ?

« Cependant voici la règle que j’ai suivie dans les accusations intentées devant moi contre les chrétiens. Ceux qui l’ont avoué, je les ai interrogés une seconde et une troisième fois, et je les ai menacés du supplice. Quand ils ont persisté, j’ai ordonné qu’on les y conduisît ; car, de quelque nature que fût ce qu’ils confessaient, j’ai cru que l’on ne pouvait manquer à punir en eux leur désobéissance et leur inflexible obstination. Il y en a eu d’autres, quoique dans la même folie, que j’ai réservés pour être envoyés à Rome, parce qu’ils sont citoyens romains.

« Dans la suite, ce crime venant à se répandre, comme il arrive ordinairement, il s’en est présenté de plusieurs espèces. On m’a remis entre les mains un mémoire, sans nom d’auteur, où l’on accuse d’être chrétiens plusieurs qui nient de l’être ou de l’avoir jamais été. Ils ont, en ma présence et dans les termes que je leur prescrivais, invoqué les dieux et offert de l’encens et du vin à votre image, que j’avais fait apporter exprès avec les statues de nos divinités. Ils se sont même emportés en imprécations contre Christ. C’est à quoi, dit-on, on ne peut jamais forcer ceux qui sont véritablement chrétiens. J’ai donc cru qu’il fallait les absoudre.

« D’autres, déférés par un dénonciateur, ont d’abord reconnu qu’ils étaient chrétiens, et aussitôt après ils l’ont nié, déclarant que véritablement ils l’avaient été, mais qu’ils avaient cessé de l’être, les uns il y avait plus de trois ans, les autres depuis un plus grand nombre d’années, et quelques-uns depuis plus de vingt : tous ont vénéré votre image et le simulacre des dieux. Ceux-là aussi ont maudit Christ. Ils assuraient que toute leur erreur ou leur faute avait été renfermée dans ces points : qu’à un jour marqué ils s’assemblaient avant le lever du soleil, et chantaient tour à tour des vers à la louange de Christ, comme étant dieu ; qu’ils s’engageaient par serment, non à quelque crime mais à ne point commettre de larcin, de vol ni d’adultère ; à ne pas manquer à leur promesse, à ne point nier on dépôt : qu’après cela, ils avaient coutume de se séparer, et ensuite de se rassembler pour manger en commun des mets innocents ; qu’ils avaient cessé de le faire depuis mon édit, par lequel, suivant vos ordres, j’avais défendu toutes sortes d’assemblées. Cela m’a fait juger d’autant plus nécessaire d’arracher la vérité, par la force des tourments, à deux filles esclaves qu’ils disaient être dans le ministère de leur culte ; mais je n’y ai trouvé qu’une mauvaise superstition portée à l’excès ; et, par cette raison, j’ai tout suspendu pour vous demander vos ordres.

« L’affaire m’a paru digne de vos réflexions, par la multitude de ceux qui sont enveloppés dans ce péril ; car un très grand nombre de personnes de tout âge, de tout ordre, de tout sexe, sont et seront toujours impliquées dans celte accusation. Ce mal contagieux ne s’est pas seulement répandu dans les villes ; il a gagné les villages et les campagnes. Je crois cependant que l’on y peut remédier, et qu’il peut être arrêté. Ce qu’il y a de certain, c’est que les temples, qui étaient presque déserts, sont fréquentés, et que les sacrifices, longtemps négligés, recommencent. On vend partout des victimes qui trouvaient auparavant peu d’acheteurs ; de là on peut juger quelle quantité de personnes peuvent être ramenées de leur égarement, si l’on fait grâce au repentir. »

Trajan répondit en ces termes : « Vous avez, mon cher Secundus, suivi la voie que vous deviez suivre dans l’instruction du procès des chrétiens qui vous ont été déférés ; car il n’est pas possible d’établir une forme certaine et générale dans cette sorte d’affaire. Il ne faut pas ordonner de perquisition : s’ils sont accusés et convaincus, il faut les punir. Si pourtant l’accusé nie qu’il soit chrétien, et qu’il le prouve par sa conduite, je veux dire en invoquant les dieux, il faut pardonner à son repentir, de quelque soupçon qu’il ait été auparavant chargé. Au reste, dans nul genre d’accusation, il ne faut recevoir de dénonciations qui ne soient signées de personne ; car cela est d’un très mauvais exemple, et n’est pas de notre siècle. »

Fleury, après avoir rapporté cette lettre, ajoute judicieusement : « Cette réponse de l’empereur éteignit en quelque façon la persécution qui menaçait les chrétiens ; mais elle ne laissa pas de moindres prétextes à leurs ennemis pour leur faire du mal. Le peuple, en certains lieux, en d’autres, les magistrats, leur tendaient des pièges ; en sorte que, sans persécution déclarée en général, il y avait des persécutions particulières en chaque province. »

Saint Alexandre se distinguait par des talents exercés, et il était encore très jeune quand il parvint au pontificat. Les uns disent qu’il avait vingt ans, d’autres assurent qu’il en avait trente. A ce sujet, Novaes ajoute : « Alexandre était jeune d’années ; cependant, par ses mœurs, sa vertu, son savoir, il était vétéran. » Ce fut lui qui ordonna que les prêtres ne pussent célébrer qu’une messe par jour ; ce qui fut observé jusqu’à saint Déodat, pape en 615. Alexandre convertit à la foi Ermès, préfet de Rome, son épouse, et une foule de citoyens illustres. Ayant été incarcéré par suite de ces efforts glorieux, dans la prison il convertit le tribun Quirinus, et Balbine sa fille.

Alexandre, en trois ordinations, créa six évêques, six prêtres et deux ou trois diacres. Quelques anciens auteurs lui font honneur de l’institution de l’eau bénite avec du sel, celle du pain sans levain pour la consécration de l’eucharistie et le mélange d’eau avec le vin dans le calice, précise l’historien Sicard.

La persécution dans laquelle périt le pape saint Alexandre n’avait pas été expressément ordonnée par l’empereur ; mais les gouverneurs courtisans croyaient plaire, et souvent sans ordres, ou sur des ordres mal interprétés, ils faisaient conduire à la mort les adorateurs du Christ.

Alexandre a le nom de martyr dans le Sacramentaire de Grégoire le Grand, dans l’ancien Calendrier publié par le père Fronteau (Vérone, 1733), et dans tous les Martyrologes. Après plusieurs siècles, son corps fut transporté à Sainte-Sabine, sous le grand autel élevé par Sixte-Quint. Plusieurs villes de France, d’Italie et d’Allemagne se glorifient de conserver des reliques de ce saint. Novaes croit qu’elles ont obtenu des reliques de quelque autre saint de ce nom.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Voilà le hic
 
 A tout seigneur tout honneur
 
MANIFESTATIONS
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 Exposition : Les Hugo, une lignée d’artistes
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Symmaque (né en ? - mort le 21 juillet 514) Élu pape le 22 novembre 498
 
 Anastase II (né en ? - mort le 19 novembre 498) Élu pape le 24 novembre 496
 
 Gélase Ier (né en ? - mort le 21 novembre 496) Élu pape le 2 mars 492
 
 Félix III (né en ? - mort le 1er mars 492) Élu pape le 13 mars 483
 
 
Et puis aussi...
 
 Urbain Ier (né en ? – mort le 25 mai 230) Élu pape le 21 octobre 223
 
 Damase Ier (vers 305 - 11 décembre 384) Élu pape le 1er octobre 366
 
 Anicet (né en ? - mort en 167) Élu pape vers 155
 
 Marcellin (né en ? – mort le 25 octobre 304) Élu pape le 30 juin 296
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 52 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services