Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Légendes de l'origine des noms de Laval et Châteaubriant - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Légendes, Superstitions > Laval et Châteaubriant (Légendes de (...)

Légendes, Superstitions

Légendes, superstitions, croyances populaires, rites singuliers, faits insolites et mystérieux, récits légendaires émaillant l’Histoire de France


Laval et Châteaubriant
(Légendes de l’origine des noms de)
(D’après « Mémoires de Jean de Laval, comte de Châteaubriant ».
Écrits en 1538 et publiés en 1868)
Publié / Mis à jour le samedi 2 juillet 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Dans ses Mémoires achevés de rédiger en 1538, Jean de Laval, comte de Châteaubriant, rapporte « deux antiquités bien curieuses » qu’il a apprises d’un vieux moine de l’abbaye de Vitré, touchant l’origine des familles de Laval et Châteaubriant, fort éloignée de celle communément et de nos jours admise

Dans une première chronique, Jean de Laval s’exprime ainsi : « Croyez le, ne le croyez mie, je ne l’ai point vu. Peu après le déluge universel (ce n’était point hier), un fils du chasseur Nembrod s’en vint avec femme et enfants, j’ignore pourquoi ni comment, demeurer aux lieux où depuis a été érigée la bonne ville de Laval, que Dieu conserve. En ce temps là, tout le pays n’était que forêts et marais pleins d’hydres et de dragons. Pour ce, le veneur [chasseur] Nembrodien en avait de la viande fraîche pour soi nourrir, et des peaux de bêtes pour soi vêtir, autant qu’il lui plaisait de tendre son arc ou de lever sa masse.

« Il vivait là, heureux comme un prince, sans penser à mal, et ne songeant qu’au repeuplement de la terre déshabitée. Il fit si bien, et quant et quant [en même temps] ses fils et petits fils, qu’il fut chef d’une famille plus numéreuse que celle d’Abraham, ainsi qu’il est écrit. Plus croissaient les hommes chasseurs, plus gibier décroissait ; la cause se conçoit de reste. Déjà famine aux longues dents se montrait emmi [parmi] ces braves gens ; car la chasse ne valait pas une obole, cependant la vertu prolifique multipliait encore les bouches.

Laval. Le château et le vieux pont
Laval. Le château et le vieux pont

« Pour lors, eux, sevrés de venaison, cherchèrent nourriture dans le grand fleuve poissonneux qui coulait là auprès comme à présent. La pêche aussi ne donnant plus de quoi mastiquer [manger], ceux-ci avisèrent, pour ne mourir de male [cruelle] faim, de détrousser les passants et viateurs [voyageurs]. La hart n’était encore inventée. Donc ils suivaient le cours de la rivière jusqu’à l’endroit qu’elle se perd en la marine, et jamais ne remontaient devers la source, d’autant que le poisson de ce côté était moins fréquent, comme aussi le butin et la curée larronique.

« Ils n’usaient pourtant de ruses et embûches pour rançonner le pauvre monde ; mais allaient à l’encontre visière levée, invoquant le combat de ceux-là qui violaient leur territoire. Bientôt furent en haine et effroi par toute la contrée et passa en proverbe que de ce fleuve insidieux fallait surtout craindre l’aval [le bas]. De là furent nommés les Nembrodiens : les hommes de l’Aval. De là le beau nom que je porte et que nul ne me peut disputer. »

Puis Jean de Laval livre une seconde chronique, se rapportant à Châteaubriant. « Régnant le roi Arthus, seigneur de la Table ronde, au temps des héros, géants, enchanteurs, fées et miracles, le non trop fameux sorcier Mélin ou Merlin, duquel a tiré son nom l’amiable poète abbé Mellin de Saint-Gelais, fit édifier, une nuit, par des lutins, au lieu même de mon château de Bretagne, une habitation aérienne, non de pierres et de chaux, comme il est accoutumé [d’usage] présentement, mais de diamants, de perles insignes et rubis balais. Si je faux [mens], allez-y voir. De vrai, ce palais céleste était chose admirable, jetant des myriades de rayons plus clairs et brillants que ceux solaires.

Jean de Laval, comte de Châteaubriant (1486-1543). Portrait par Jean Clouet, vers 1530
Jean de Laval, comte de Châteaubriant (1486-1543)
Portrait par Jean Clouet, vers 1530
« Or le Castel brillant, comme disaient les vilains, était renommé jusqu’aux colonnes herculéennes et par delà. Mais aucun ni aucune, prêtre ou séculier, noble ou vilain, femme ou pucelle, n’entra onc [jamais] dans ce laboratoire magique, sinon sainte Guyonne. Voici comme. Cette honnête dame, de païenne idolâtre qu’elle était, faite chrétienne orthodoxe par les soins de Messire Grégoire, archevêque de Tours [il vécut au VIe siècle], n’avait cessé de convertir les adorateurs de faux dieux. Elle fut féconde en miracles, guérit des malades, ressuscita des morts, et pourtant ne voulait-elle, à l’image des onze mille vierges, emporter en la lame [tombe] son pucelage entier et aussi monde [pur] qu’au sortir du ventre maternel. Où est le mal ?

« Elle pérégrinait lors en Bretagne, fondant chapelles et abbayes et conquêtant des âmes, tant et plus, à notre mère la sainte Église catholique. J’ai omis de dire qu’elle était belle et plaisante, et pleine de grâces corporelles non moins que de spirituelles. Il advint qu’elle passa devant le château brillant du seigneur Merlin, lequel travaillait, à cette heure, à un charme pour se faire aimer, jeune ou vieil, joli ou laid. Le dit charme, bu en guise de médecine, était plus fort que toute la boutique d’un apothicaire, et nul n’avait puissance d’y résister.

« Monsieur Merlin avait parachevé d’emplir une fiole de ce tant souverain remède, tandis que sainte Guyonne voyant une maison de pierres précieuses, éblouissante, et soutenue en l’air sans fondements, comprit que le diavole [diable] seul était l’architecte de cette merveille damnable. Que fit-elle ? Un beau signe de croix bien ordonné, avec ferme invocation muette aux anges et saintes du ciel.

« Soudainement, vous eussiez vu dévaler [descendre] en mille pièces le fort de l’enchanteur, lequel, parmi la chute inopinée de son tect cristallin [toit de cristal], tomba, sa bouteille en main, de telle manière que du coup la liqueur sursauta dans sa bouche. O prodige inouï ! l’eau de Jouvence n’eût point telle vertu ! Le vieil courbé, tousseteux [asthmatique] Merlin, se trouva mué en un joli garçonnet de si bon air, que c’était force de l’aimer. Notre sainte eut beau prier Jésus et la Vierge, gringotter [marmotter] ses heures et baiser ses patenôtres, elle n’empêcha le charme d’opérer ; son cœur était pris aux lacs d’Amour qu’il tend si adextrement [adroitement] ce petit dieu, que c’est miracle de les échapper.

« Finablement [enfin] Merlin, rajeuni et ragaillardi, avisant si charmant visage, ne se peut tenir d’aimer de prime abord. Tous les deux avaient bonne envie de s’accoler [s’embrasser] ; mais tout vient à point à qui sait attendre. Merlin, altéré par l’ahan [fatigue] du labeur et le feu des cornues, demanda à boire à celle qui portait une manière de jarre remplie d’eau bénite, id est [c’est-à-dire] salée. Elle aurait donné tout ce que le jeune gars [jeune homme] eût impétré [demandé] d’elle. Lui d’avaler d’un trait la benoîte eau comme vin muscat ou mieux encore.

Ruines du château fort de Châteaubriant, bâti au XIe siècle
Ruines du château fort de Châteaubriant, bâti au XIe siècle

« Qu’arriva-t-il ? Cette sacrée fontaine chassa de son corps la souillure de sorcellerie et délivra son âme du pacte diabolique. Lui, sur-le-champ, s’agenouilla et chanta à pleine voix un Te Deum pour remerciement au Très-Haut-Salvateur (Sauveur] ; puis, abjura le culte de Mahom [Mahomet] et supplia la souriante pucelle de devenir sa légitime épousée ; ce qu’elle fit devant un prêtre qui les maria hâtivement.

« J’oubliais de dire qu’ils amassèrent les fragments précieux du palais enchanté, c’est-à-dire toutes pierreries, et ayant parti [partagé] avec les pauvres et les souffreteux [malades] de l’endroit, du surplus vécurent satisfaits, jusqu’à leur mort s’entend. La femme demeura sainte et l’époux, dit Châteaubriant, du miraculeux castel qu’il avait en l’air, ne s’adonna jamais plus aux pratiques perverses de magie et nécromancie. Ils laissèrent de beaux et nombreux enfants, desquels, après maintes générations, je serais le dernier, n’était mon petit fils que le roi François chérit comme le sien propre. Voyez-vous ça ? Là finit le dire du moine. »

Le moine ne savait pas que le nom de Châteaubriant vient du château que bâtit au XIe siècle le seigneur Briant (ou Brient) au bord de la Chère afin de poursuivre la fortification de la Marche de Bretagne, frontière chargée de défendre la Bretagne face au royaume de France.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est la mouche du coche
 
 Faire le pied de veau
 
MANIFESTATIONS
 Plongée musicale dans la Renaissance jusqu'au 8 janvier 2017 à l'exposition Martin de Tours, le rayonnement de la cité
 
 Cartographie (Grande aventure de la) au château-musée de Dieppe
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Dame Blanche de la Dieuge : histoire tragique mais présage de bonheur
 
 Dames de pierre d'Oliferne (Jura)
 
 Église (Une) de Vendée entièrement bâtie par une horde de farfadets ?
 
 Fantômes et revenants du château d'Hardivillers (Oise) : histoire d'une mystification
 
 
Et puis aussi...
 
 Prédiction faite en Inde à l'amiral Thomas Villaret de Joyeuse
 
 Oeuf (L') rouge maléfique de Pâques ou la légende bourbonnaise de Jeanne et Robert
 
 Sainte Anne et la chapelle de Jard-sur-Mer (Vendée)
 
 Pouvoirs jadis attribués aux sorciers sur les objets immatériels et les animaux
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 201 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services