Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Système métrique : une idée ancienne mûrie par quelques précurseurs - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Inventions, Découvertes > Système métrique : une idée ancienne (...)

Inventions, Découvertes

Inventions et découvertes dans les domaines des sciences et des arts. Origine des travaux de recherche ou des trouvailles fortuites.


Système métrique : une idée ancienne
mûrie par quelques précurseurs
(D’après « Le Spectateur du Nord : journal politique,
littéraire et moral », paru en 1799)
Publié / Mis à jour le dimanche 29 mai 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Si c’est lors des États généraux de 1789 que fut demandée l’uniformité des poids et des mesures pour tout le royaume, et si le marquis de Bonnay convertit ce vœu des cahiers en une motion formelle le 8 mai 1790, l’idée n’en appartient ni aux rédacteurs des cahiers, ni à l’abbé Morellet qui réclamait avec chaleur cette réforme dans le prospectus de son Dictionnaire de commerce, mais fut évoquée dès le XIVe siècle par le roi Philippe le Long et son conseil, avant que d’être à plusieurs reprises sur le point d’aboutir, sans succès

L’historien et académicien Mézeray (1610-1683) nous apprend qu’en 1321 Philippe V le Long (1316-1322) et son conseil songèrent déjà sérieusement à cette mesure ; mais les princes et les prélats qui avaient droit de billon — droit permettant à tout possesseur d’or de battre monnaie — et qui tyrannisaient le commerce dans leurs petits états, avaient de bonnes raisons pour craindre la réforme. Ils s’y opposèrent, et menacèrent de ne plus payer de subsides. Le roi retira son ordonnance.

En parcourant celles de Louis XI (1461-1483), de François Ier (1515-1547), de Henri II (1547-1559), de Charles IX (1560-1574), de Henri III (1574-1589) et de Louis XIV (1643-1715), on se convaincra des tentatives qu’ont faites souvent les rois de France, pour établir chez eux cette uniformité de poids et de mesures, mais en vain ; la fraude et la cupidité y mirent sans cesse des obstacles. Colbert, contrôleur général des finances de 1665 à 1683, en avait fait un article de son code marchand : les mêmes causes en arrêtèrent l’effet.

En Angleterre, sous le règne de Henri VII (1485-1509), que les historiens appellent le Salomon de son pays, le Parlement tenu en 1494 décida par un bill que l’on userait à l’avenir du même poids et de la même mesure dans toutes les provinces du royaume. Le bill ne fut point exécuté à la rigueur ; cependant c’est à lui qu’on est redevable en Angleterre, de ce qu’il se trouvait sur ce point plus d’uniformité qu’ailleurs avant la Révolution de 1789. Les étalons ou standards alors fixés, furent déposés aux archives de l’Échiquier (chambre des comptes anglaise).

On peut voir rassemblé tout ce qu’on a dit pour ou contre sur cette matière, dans le Journal de commerce, année 1765. Les savants, à l’envi des hommes d’État, firent souvent des propositions pareilles. On en trouve plusieurs dans les Mémoires de l’Académie des sciences, et dans les Transactions philosophiques. Picard, Bouguer, du Fay, Amontons, Huygens, d’autres mathématiciens encore s’en sont occupés. La Condamine proposa, en 1747, pour unité naturelle d’étendue, la longueur du pendule simple qui sous l’équateur, oscille en une seconde. Toutes ces proposions n’eurent nulle suite.

Mais revenons à ce qui s’est exécuté en France. La motion du marquis de Bonnay, député de la noblesse aux Etats généraux de 1789 avant d’être élu président de l’Assemblée le 13 avril 1790, fut décrétée, et le roi Louis XVI fut supplié en même temps d’écrire au roi d’Angleterre afin de l’inviter à une coopération sur cet objet. D’après les ordres des deux princes, deux commissions, l’une de l’Académie des sciences, l’autre de la Société royale de Londres, devaient se réunir et conférer sur le mode d’exécution. La tournure que prirent alors les affaires de France, rendit vaines ces mesures. Il n’en reste pas moins évident que le fond du projet appartient à l’ancien gouvernement.

Dans la séance de l’Assemblée constituante du 26 mars 1791, le comte de Talleyrand-Périgord (d’abord jeune débauché, puis petit-collet, puis évêque catholique, puis évêque constitutionnel, puis émigré, puis ministre directorial, et du reste, rempli de connaissances et d’esprit) remit à l’ordre du jour la motion de Bonnay. L’Assemblée consulta l’Académie, laquelle nomma cinq de ses membres pour commissaires : Messieurs de Borda, Lagrange, Laplace, Monge et le marquis de Condorcet. Ceux-ci décidèrent, et l’on décréta sur leur avis que « l’arc de nonante degrés, ou le demi-méridien de la Terre, serait pris pour base du nouveau système des mesures ; que le dix-millionième de cet arc deviendrait l’unité pour toutes les mesures, poids et monnaies, et qu’enfin on y adapterait la division décimale. » On décréta en même temps que l’arc du méridien de Dunkerque à Barcelone serait mesuré de nouveau.

Gabriel Mouton, vicaire de l'église Saint-Paul à Lyon
Gabriel Mouton, vicaire de l’église Saint-Paul à Lyon : précurseur du système métrique

Bien des savants, aux yeux de qui une planète n’est guère plus admirable qu’un arbre ou qu’un animal, n’y voulurent voir qu’une puérilité et une source d’erreurs, n’étant pas possible, selon eux, de déterminer d’une manière assez précise la longueur du méridien terrestre qu’on voulait prendre pour base ; et il arguèrent qu’il devrait résulter la nécessité de changer de mesure à chaque fois qu’un nouveau géomètre ferait un calcul qui semblera plus exact. Selon ces mêmes savants, la taille moyenne de l’homme dans nos climats, la brasse, la coudée, la paume, le pied, une fois bien fixés, étaient des mesures aussi convenables et aussi adéquates pour l’homme que le dix-millionième du demi-méridien.

Quoi qu’il en soit de ces opinions opposées, nous observerons en passant que l’idée ci-dessus énoncée n’appartient point aux cinq académiciens, deux écrivains réclamant la priorité. C’est à Gabriel Mouton (1618-1694), mathématicien et astronome lyonnais, que semblent revenir les honneurs de l’invention. A la fin de son livre Observationes diametrorum, imprimé à Lyon en 1670, se trouve une petite dissertation sous le titre de : Nouvelle idée des mesures géométriques. L’auteur y propose formellement d’appliquer le système décimal aux dimensions terrestres, et d’adopter pour unité générale la longueur d’une minute du méridien, à quoi il donne le nom de milliare. Le millième d’arc était appelé virga — correspondant à environ 2 mètres actuels.

Mouton, il est vrai, calculait la longueur de son arc d’une minute, d’après la fautive estimation du degré terrestre par le jésuite italien et astronome Giovanni Riccioli (1598-1671), la meilleure qu’on connût alors. Il est clair cependant que voilà le mètre inventé, et qu’après l’astronome lyonnais, personne n’a plus rien à réclamer.

En 1790, un M. Bonne, ingénieur-géographe de la marine, publia un livre intitulé : Principes sur les mesures en longueur et en capacité, sur les poids et les monnaies, dépendants du mouvement des astres principaux et de la grandeur de la terre. L’ingénieur-géographe propose pour unité métrique une partie aliquote, non du méridien, mais ce qui vaut mieux peut-être, de l’équateur. Son mètre, qu’il nomme pied équatorial, estimé d’après le pied-de-roi (qui équivalait à 324,839 mm entre 1668 et 1799), devait être égal à 1 pied, 1 pouce, 1 ligne, 8 points, 55/71.

Le nouveau mètre, adopté par la République, fut fixé provisoirement d’après l’ancienne mesure du degré terrestre de 57027 toises ; dans laquelle hypothèse, l’arc de 90 degrés = 5132430 toises ; son dix-millionième, par conséquent, égale 0,513243. Cette nouvelle mesure avait cela de bon qu’elle mit le gouvernement français dans la nécessité de faire toiser le méridien avec plus d’exactitude, et avec des instruments plus parfaits qu’il ne I’avait été jusqu’alors. A la tête de cette opération travailla l’infatigable géomètre Delambre, dont la mesure fut adoptée par la France le 7 avril 1795 comme mesure de longueur officielle. En 1799, un nouveau mètre-étalon en platine fut créé à partir de cette définition et devint la référence, par la loi du 19 frimaire an VIII (10 décembre 1799).

Plusieurs redéfinitions du mètre eurent lieu depuis, la dernière ayant été fixée en 1983 par la Conférence générale des poids et mesures, comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1/299 792 458 de seconde.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est le fils de la poule blanche
 
 C'est un compte d'apothicaire
 
MANIFESTATIONS
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Précurseurs (Des) de Pasteur mènent des expériences sur la fermentation
 
 Villes phosphorescentes pour des économies d'énergie ?
 
 Brevets industriels délivrés par Louis XIV
 
 Timbres-poste (Origine des)
 
 
Et puis aussi...
 
 Naissance de la 7 CV Citroën à traction avant, automobile la plus moderne du monde en 1934
 
 Horloges, montres et pendules (Petite histoire des)
 
 Pompe à incendie : l'adaptation d'une machine allemande par un acteur et laquais de Molière nommé Du Périer
 
 Avion à vapeur (Un) mis au point par l'ingénieur Huettner en 1934 ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 25 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services