Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



9 mai 1630 : mort de l'homme de guerre et poète Théodore Agrippa d'Aubigné - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Mai > 9 mai > 9 mai 1630 : mort de l'homme de (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 9 mai. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


9 mai 1630 : mort de l’homme de guerre
et poète Théodore Agrippa d’Aubigné
(D’après « Biographie universelle, ancienne
et moderne » (tome 3), paru en 1811)
Publié / Mis à jour le dimanche 8 mai 2016, par LA RÉDACTION



 

Théodore Agrippa d’Aubigné est né à Saint-Maury, près de Pons, en Saintonge, le 8 février 1552, d’une famille très ancienne. Sa mère mourut en le mettant au jour, et il nous apprend lui-même que c’est la raison qui le fit nommer Agrippa : Quasi æaegre partus.

Son père lui donna des maîtres fort habiles, et ne négligea rien pour son éducation. Le jeune d’Aubigné répondit si bien à leurs soins, qu’à l’âge de six ans, il lisait déjà le latin, le grec et l’hébreu, et qu’à sept ans et demi, il traduisit en français le Criton de Platon, sur la promesse de son père de faire imprimer cet ouvrage, et d’y joindre son portrait.

Il n’avait que huit ans et demi, lorsque, passant à Amboise avec son père, celui-ci ayant reconnu sur un échafaud les restes de ses malheureux compagnons — conjuration d’Amboise en mars 1560, qui désigne une tentative d’enlèvement manquée organisée par des protestants pour s’emparer de la personne du roi François II en vue de le soustraire de la tutelle des Guise, événement annonçant les guerres de religion —, dit à son fils : « Mon enfant, il ne faut point épargner ta tête après la mienne pour venger ces chefs pleins d’honneur ; si tu t’y épargnes, tu auras ma malédiction. »

Théodore Agrippa d'Aubigné
Théodore Agrippa d’Aubigné

Ce peu de mots, et la manière dont ils furent prononcés, firent une grande impression sur d’Aubigné, naturellement plein de courage, et, dès lors, il attendit avec impatience le moment de se signaler. A 11 ans, il se trouva au siège d’Orléans — qui eut lieu en février 1563 et constitue un des épisodes de la première guerre de religion —, où il se fit remarquer par un sang-froid peu commun dans les enfants de cet âge.

Ayant perdu son père, dont les affaires étaient fort dérangées, on lui conseilla de renoncer à sa succession, et on l’envoya à Genève, où il étudia quelque temps sous le célèbre théologien protestant Théodore de Bèze (1519-1605), qui le prit en affection ; mais dégoûté des études, il s’enfuit secrètement à Lyon ; et à quelque temps de là, s’enrôla dans les troupes qui, sous le commandement du prince de Condé, désolaient, par zèle de religion, les provinces méridionales de France.

Il s’acquit quelque réputation dans cette guerre, et, peu de temps après (août 1573), il entra au service du roi de Navarre — qui deviendra le roi de France Henri IV en 1589. D’Aubigné se fit remarquer à la cour par la vivacité de son esprit et par son adresse à tous les exercices du corps. Il se fit aimer du roi de Navarre, et sut en même temps se concilier les bonnes grâces des Guise et des autres grands seigneurs, qui le recherchaient à cause de sa gaieté et de sa facilité à inventer de nouveaux divertissements. Ce fut à cette époque qu’il composa une tragédie de Circé. La reine-mère n’en voulut pas permettre la représentation, à raison de la dépense qu’elle devait occasionner ; mais cette pièce fut jouée dans la suite pendant les fêtes qui eurent lieu à l’occasion du mariage du duc de Joyeuse (octobre 1581).

Il s’était établi entre d’Aubigné et le jeune roi de Navarre — né en décembre 1553, le futur Henri IV était plus jeune d’une année que Théodore —, une amitié qui ne se démentit jamais par la suite. Dans les guerres que Henri IV fut obligé d’entreprendre pour reconquérir son royaume, d’Aubigné lui rendit les plus grands services, bravant tous les dangers, cherchant les postes les plus périlleux, et exposant sa vie pour sauver celle de son maître. Il ne lui fut pas moins utile par son talent pour les négociations.

Cependant, ce prince ne récompensa pas d’Aubigné comme il le méritait. Celui-ci, qui croyait avoir conservé le droit de dire la vérité au roi, se plaignit hautement de son ingratitude ; Henri entendit ses plaintes, et ne fit rien pour sa fortune. Sa franchise trop rude, la vanité qu’il tirait de ses services, et son refus d’aider le roi dans ses amours, déplurent à ce prince ; d’Aubigné le sentit, et se retira de la cour ; il y revint quelque temps après, mais il ne tarda pas à être exilé une seconde fois, sur la demande de la reine-mère, à qui d’Aubigné n’épargnait pas les épigrammes.

Lassé des intrigues de la cour, et peut-être aussi déterminé par le mauvais état de ses affaires, il se retira dans son gouvernement de Maillezais ; mais, tant que vécut Henri IV, il se montra, dans toutes les occasions, sujet fidèle et zélé ; aussi, chaque fois qu’il se présenta devant ce prince, il en fut toujours bien accueilli, quoiqu’on n’épargnât aucune manœuvre pour le perdre dans son esprit.

Lors même qu’on croyait Henri IV le plus irrité contre d’Aubigné, les ministres ayant pensé qu’il convenait de choisir un lieu plus sûr que Chinon pour y tenir en prison le cardinal de Bourbon, reconnu roi de France par la ligue, Henri IV décida qu’on le transférerait à Maillezais, sous la garde de d’Aubigné ; et, sur ce que Philippe Duplessis-Mornay (1549-1623), théologien protestant et ami lui aussi de Henri IV, alléguait contre cet avis les sujets de plainte qu’avait ce nouveau gardien, le roi répliqua « que la parole qu’on tirerait de lui était un remède suffisant à l’encontre. »

Après la mort de son maître — Henri IV fut assassiné en 1610 —, d’Aubigné passa plusieurs années dans la retraite la plus entière ; il employa ses loisirs à composer l’histoire de son temps, ouvrage écrit avec beaucoup de franchise et de hardiesse. Les deux premiers volumes furent imprimés avec privilège ; mais le troisième n’ayant pas été approuvé, à raison des choses trop libres qu’il contenait, d’Aubigné ne laissa pas de le faire imprimer. Celte hardiesse lui réussit mal ; car aussitôt que ce volume parut, il fut condamné à être brûlé avec les deux premiers, par arrêt du parlement de Paris, en date du 4 janvier 1620.

D’Aubigné, pour éviter les persécutions dont il était menacé, se réfugia à Genève. Son éloignement et la privation de ses biens n’avaient point encore apaisé ses ennemis ; ils le poursuivirent, sous prétexte, qu’au mépris des lois, il avait employé, à la réparation des bastions de la ville de Genève, les matériaux d’une église ruinée dès 1572, et obtinrent un arrêt qui le condamnait à avoir la tête tranchée. C’était le quatrième arrêt de mort rendu contre lui, pour de semblables crimes, « lesquels, dit-il, m’ont fait honneur et plaisir. »

Dans ce même temps, on parlait de lui faire épouser — sa première épouse était morte en 1596 —, à Genève, une veuve de l’ancienne maison des Burlamacchi, aimée et considérée pour sa vertu, son illustre extraction et ses biens, qui étaient considérables. D’Aubigné, pour l’éprouver, lui annonça, le premier, l’arrêt rendu contre lui ; mais cette nouvelle ne changea rien à la résolution de cette femme courageuse, et leur mariage se conclut en 1623. Il mourut à Genève, le 9 mai 1630, âgé de près de quatre-vingts ans, et fut enterré dans le cloître de l’église Saint-Pierre.

Rapportons un trait fort connu de d’Aubigné, par la raison qu’il a été défiguré par ceux qui l’ont cité. Une nuit qu’il était couché dans la garde-robe de son maître, avec le sieur de la Force, il lui dit, à plusieurs reprises : « Notre maître est un ladre vert, et le plus ingrat mortel qu’il y ait sur la face de la terre. » La Force, qui sommeillait, lui demanda ce qu’il disait ; le roi, qui avait entendu d’Aubigné, répéta le propos, de quoi d’Aubigné resta un peu confus ; mais son maître ne lui en fit pas pour cela plus mauvais visage le lendemain ; aussi ne lui en donna-t-il pas un quart d’écu davantage. Voilà le trait tel que d’Aubigné le rapporte lui-même. Il avoue qu’il fut confus en entendant le roi, et on conviendra qu’il avait lieu de l’être ; mais il ne dit pas qu’il répondit : « Sire, dormez ; nous en avons bien d’autres à dire. » Ce mot eût été le comble de l’audace.

D’Aubigné avait épousé , en premières noces, le 6 juin 1585, Suzanne de Lusignan de Lezay, et eut plusieurs enfants de ce mariage, entre autres Constant, père de Françoise d’Aubigné, la célèbre marquise dame de Maintenon, qui fonda la Maison royale de Saint-Louis, école destinée aux jeunes filles de la noblesse pauvre.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Acheter chat en poche
 
 C'est une autre paire de manches
 
MANIFESTATIONS
 Grotte de la Salamandre (Gard) : découvrez-la en dirigeable jusqu'au 31 octobre 2016
 
 Curieuses chambres au palais Jacques Coeur de Bourges
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 9 mai 1927 : disparition de l'Oiseau blanc lors de sa traversée de l'Atlantique
 
 9 mai 1673 : mort du poète libertin Jacques Vallée des Barreaux
 
 9 mai 1766 : supplice du comte Thomas-Arthur de de Lally
 
 9 mai 1590 : mort du cardinal de Bourbon
 
 
Et puis aussi...
 
 9 mai 1204 : Baudouin, comte de Flandre, est élu empereur d'Orient
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 6 ARTICLES

 


Mai
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services