Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Phonographe : applications de la parole mise en bouteilles - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Phonographe ou les applications (...)

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Phonographe ou les applications
entrevues dès le XIXe siècle de
la parole « mise en bouteilles »
(D’après « Les Annales politiques et littéraires », paru en 1892)
Publié / Mis à jour le mardi 19 avril 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
En 1892, près de quinze ans après l’apparition du phonographe et cependant que cette invention révolutionnaire fait d’ores et déjà l’objet de nombreuses applications outre-Atlantique, le publiciste scientifique Émile Gautier en recense quelques-unes, passées et à venir : support incorruptible consignant preuves et témoignages en vue de les produire au sein d’un tribunal, instrument de fascination des foules utilisé à l’envi et faisant office de « moulin à paroles chargé de seriner ses boniments au peuple souverain », ou encore moyen de communication transgénérationnel.

Si le phonographe n’est encore populaire en Europe que platoniquement et en théorie, écrit en 1892 dans Les étapes de la science : chroniques documentaires Émile Gautier (1852-1937) — qui dirigera pendant 20 ans, de 1893 à 1913, L’Année scientifique et industrielle —, il n’en est pas de même en Amérique, où il a si bien conquis droit de cité que les maisons géantes dirigées par Edison en personne ont peine, dit-on, à faire face au flot montant des commandes.

Il est éclos là-bas toute une floraison de compagnies puissantes dans le but d’imprimer un formidable essor à l’industrie originale et inédite qui consiste à mettre la parole en bouteilles et à faire des conserves de bruit. On peut apprécier, l’importance de ce mouvement, si éminemment moderniste, par ce simple fait que les principales de ces compagnies, au nombre de trente et une, sont tout récemment réunies à Chicago, et y ont jeté les bases d’un vaste syndicat, en vue de la défense des intérêts communs et, d’une entente relative à l’uniformisation des appareils, des méthodes et des messages phonographiques, afin d’en généraliser l’usage...

(...)

Aux États-Unis, au surplus, il n’est pour ainsi dire plus un homme d’affaires, industriel, négociant, financier, avocat, politician, etc., qui ne se serve du phonographe pour dépouiller et expédier sa correspondance. Au lieu de griffonner ses observations sur chaque lettre et de résumer la réponse à faire — opération qui, pour si succincte qu’on la suppose, ne laisse pas d’être longue et fastidieuse — il parle dans le cornet récepteur. Les secrétaires n’ont plus ensuite qu’à emporter les phonogrammes et à écrire sous leur dictée. Time is money !

Croquis du phonographe d'Edison, en 1878
Croquis du phonographe d’Edison, en 1878

On se sert même parfois du phonographe pour donner à certains contrats, à certains documents, un cachet irrécusable d’authenticité. C’est le cas des testaments, qui ne se font plus « olographes », mais olophones, de telle façon que c’est le de cujus lui-même qui, du fond de son cercueil, à l’aide de sa propre voix, demeurée vivante, avec son timbre, son rythme, son expression fidèle, reflétant sans erreur possible les moindres nuances, les plus subtiles intentions de son humeur et de sa pensée, saura signifier à ses héritiers ses dernières volontés. Verba manent ! Quel est donc l’acte notarié qui prévaudrait jamais contre cette sommation d’outre-tombe ?

(...)

Voyez-vous l’effet produit à la barre d’un tribunal, au cours d’un procès à sensation, par une déposition testimoniale de ce genre contre laquelle personne n’oserait s’inscrire en faux — personne, pas même le témoin lui-même, trahi par les accents, surpris et figés au vol, de sa propre voix !

L’expérience n’a pas encore été faite — que je sache — nulle part, pas même en Amérique. Mais elle se fera... Cependant, le phonographe a déjà été utilisé, mais pour d’autres services, par la justice américaine. Il aurait été employé, par exemple, en qualité d’espion... de « mouchard »... automatique. On aurait pu dérober ainsi — et fixer — certaines confidences compromettantes faites à leurs avocats ou à leurs visiteurs par de candides prévenus, qui ne se doutaient guère que les indiscrètes murailles de la cellule ou du parloir avaient non seulement des oreilles, mais encore une langue...

(...)

Un autre emploi judiciaire du téléphone est un emploi préventif... On s’en sert, en effet, pour rendre à l’avance impossibles les surcharges, grattages et autres falsifications d’écritures en matière de comptabilité commerciale... Oh ! mon Dieu ! c’est bien simple !.... Chaque fois qu’il reçoit une certaine somme, le caissier doit l’annoncer à haute et intelligible voix. Dès lors, quand il veut vérifier ses comptes, le patron n’a qu’à faire répéter devant lui les chiffres enregistrés par le plus incorruptible des témoins — le cylindre ! — et à faire l’addition. Le total doit alors nécessairement concorder avec la somme encaissée. Si cela continue, le métier de faussaire, que serraient déjà de si près les chimistes et les photographes, est un métier fichu.

... La médecine, elle aussi, a trouvé le moyen de tirer parti du phonographe. Un professeur de pathologie— encore un Américain, naturellement ! — n’a-t-il pas eu l’ingénieuse idée d’ « illustrer » son cours à l’aide d’une série de phonogrammes enregistrant, sur le vif et d’après nature, les bruits du cœur, les souffles des poumons, les crépitations des os et des muscles, les râles des viscères, etc. ?

L'astronome français Jules Janssen fait l'expérience du phonographe d'Edison en 1889
L’astronome français Jules Janssen fait l’expérience du phonographe d’Edison en 1889

Faut-il parler de l’imprimerie, révolutionnée par le phonographe, en ce sens que le typographe, au lieu d’être obligé de déchiffrer lettre à lettre une copie manuscrite, parfois à peu près illisible, compose directement sous la dictée du « parleur », dont il peut régler à son gré le débit, au moyen d’une pédale, comme cela s’est déjà fait au World (de New York) ? Faut-il escompter l’époque — prochaine sans doute — où les journaux auront cédé la place aux publications phonographiques, à tirage indéfini, dont tout un chacun pourra se payer le luxe moyennant le dépôt préalable d’un gros sou dans l’une de ces tirelires automatiques qui, pour le même prix, vous disent aujourd’hui votre poids ou vous glissent dans la main au théâtre une jumelle Flammarion ?

(...)

Qui sait si le phonographe ne jouera pas un rôle décisif dans les campagnes électorales de l’avenir ? Les phonogrammes, expédiés à la grosse de Paris, ou même de Saint-Brelade, remplaceront les affiches polychromes, les polémiques de presse, les tournois oratoires et ces circulaires à domicile, qui sont comme les prospectus et les prix-courants des trafiquants de la politique. Au lieu de fonder d’éphémères feuilles de choux pour les besoins de la bataille, les comités locaux feront l’acquisition de moulins à paroles chargés de seriner leurs boniments au peuple souverain.

Peut-être même, grâce à une étonnante invention d’Edison, — le mégaphone — qui est au son ce que le microscope est à la lumière, et permet à la voix phonographique d’emplir l’Hippodrome ou la place de la Bastille, pourra-t-on moudre, à tous les carrefours, sur des orgues de Barbarie nouveau modèle, les déclarations et promesses du bon candidat, en attendant le « téléphote », qui doit nous mettre bientôt à même de voir les gens, comme déjà nous les entendons, à distance. Joignez à cela un exact et fidèle mannequin, savamment articulé, sorti des mains habiles d’un émule quelconque de Vaucanson, qui fasse les gestes, et voilà le suffrage universel en possession de son homme tout entier.

Vous représentez-vous l’effet produit par de mystérieuses mécaniques déposées partout, sur les tables des restaurants et des cafés, au-dessus du zinc des mastroquets, sur les cheminées des salons, dans les églises, dans les gares et les bureaux d’omnibus, au coin de toutes les bornes, et jusque dans les fiacres et les chalets de nécessité, cornant jusqu’à l’obsession aux oreilles assourdies le dernier manifeste du brave général Boulanger — la voix de l’exil ! — avec son timbre vrai, son accent authentique et le trémolo de l’émotion ?

... Chaque âge, voyez-vous, a sa forme de propagande, d’apostolat et de publicité, comme il a son outillage, sa mise en scène, son costume, son style, ses modes et ses mœurs. Nous ne pensons plus de la même façon que nos pères : nous ne pouvons davantage agir, travailler, vivre, solliciter l’opinion, ensemencer l’idée comme eux. Nos descendants, plus profondément transfigurés encore, auront, à leur tour, des procédés et des méthodes ne ressemblants en rien aux nôtres.

Le phonographe d'Edison (en réalité inventé par Charles Cros) vers 1880
Le phonographe d’Edison (en réalité inventé par Charles Cros) vers 1880

Pourquoi ne serait-ce pas avec le phonographe qu’au siècle prochain les grands meneurs d’hommes — capitaines ou poètes, artistes ou rhéteurs — fascineront les foules ?

La fascination par phonographe ! Si paradoxale qu’elle ait l’air d’être, la formule n’est ni impropre, ni même excessive.

(...)

Il y a bel âge qu’on nous affirme qu’il n’est pas impossible de magnétiser les gens, non seulement de près, par la parole, l’attouchement, le regard, au doigt ou à l’œil, mais même de loin, par l’intermédiaire d’un objet inanimé — de l’eau, par exemple, une bague, un mouchoir, un talisman quelconque —, dans lequel s’est, en quelque sorte, incorporée la vertu magnétique. Que sera-ce s’il s’agit d’un cylindre vibrant où le magnétiseur aura projeté sa pensée olophone et sa volonté ? Entre l’hypnotisme et la suggestion, en fin de compte, il n’y a qu’un pas... ou qu’une nuance.

Nous verrons qu’au vingt-et-unième siècle on ne s’y prendra pas autrement pour galvaniser les traditions agonisantes, renouer la chaîne des temps, faire revivre les leçons des ancêtres, perpétuer le génie de la race, évoquer et consulter les esprits, sans faire tourner les tables.

Peut-être sommes-nous nés trop tôt pour voir ces merveilles. Mais ce qui nous doit consoler, c’est la pensée qu’il nous est d’ores et déjà permis, en parlant dans un cornet, de diriger par anticipation la conscience et les actes de nos coquins d’arrière-petits-fils. Quelle aubaine pour les utopistes incompris !

Ce n’est pas seulement la parole, c’est la suggestion, que désormais on va mettre en bouteille !




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Etre à pot et à rôt
 
 Rompre la paille avec quelqu'un
 
MANIFESTATIONS
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 1799 : l'école est prioritairement affectée à l'enseignement des « valeurs républicaines »
 
 Voyages et routes d'autrefois ou l'éloge de la lenteur
 
 Usage de l'automobile en ville, et vitesse à la campagne
 
 Réduction des dépenses publiques : sempiternel leurre démocratique ?
 
 
Et puis aussi...
 
 Déclin du monde industriel annoncé pour la fin du XXe siècle en 1927
 
 Petit manuel du savoir-vivre en société moderne pour homme pressé
 
 Henri IV tiré de son cercueil le 12 octobre 1793 : sa tête retrouvée ?
 
 L'éducation des enfants, entre fermeté des professeurs et autorité parentale
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 146 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services