Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Couturières des Vosges : gardiennes d'un savoir-faire fragile - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Métiers > Couturières des Vosges : gardiennes (...)

Patrimoine : Métiers

Richesses du patrimoine de France : métiers rares et artisanaux, métiers d’art, activités pittoresques et/ou insolites


Couturières des Vosges : gardiennes
d’un savoir-faire fragile
(Source : 20 Minutes)
Publié / Mis à jour le samedi 6 février 2016, par LA RÉDACTION



 
 
 
Ouvrières d’une terre de textile qui a vu le nombre d’emplois divisé par 10 en trente ans, les couturières des Vosges sont devenues gardiennes d’un savoir-faire précieux, qui séduit jusqu’au Moyen-Orient

« Si on fait de beaux produits, c’est parce que derrière il y a des gens qui savent les faire », lance sans ambages Jean-François Birac, le PDG de Blanc des Vosges, entreprise spécialisée dans le linge de maison et fondée en 1843.

À l’étage de l’usine, à Gérardmer depuis toujours, le patron se félicite que la marque ait quadruplé son chiffre d’affaire en 15 ans — et 20% du chiffre d’affaire est désormais réalisé à l’étranger, notamment en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient. « On est restés sur l’ADN de la marque, la garantie, le savoir-faire. Les Vosges, c’est une région connue pour ça », avance-t-il pour expliquer son succès.

Depuis des décennies, la région est pourtant connue pour ses plans sociaux : en trente ans, le nombre d’emplois dans le textile est passé de 30.000 à 3.000. Blanc des Vosges a encore embauché six couturières en 2015. Aujourd’hui l’entreprise en compte 90, sur 130 salariés.

Boutique Blanc des Vosges à Toulouse
Boutique Blanc des Vosges à Toulouse. © Crédit photo : Blanc des Vosges

Au rez-de-chaussée, le bruit des machines à coudre résonne. Les bouchons d’oreille sont de rigueur pour les ouvrières qui travaillent sur les derniers draps, taies ou housses de couettes — les hommes sont rares à cet étage. Des piles et des piles de tissus, du blanc classique aux motif colorés, attendent d’être coupés. Les plus fragiles le sont à la main, sans rien pour guider les doigts des ouvrières.

Irène, chez Blanc des Vosges depuis 1974, a vu « les clients vouloir des choses plus précises, plus pointues. Avant c’était beaucoup juste du blanc, c’était moins diversifié », explique-t-elle en enfilant le gant en cote de maille qui protège sa main avant de suivre, à l’œil nu, un trait de crayon à papier formant le patron d’un drap. Quelques mètres plus loin, Sophie Vincent, 18 ans d’entreprise, soulève les draps qui protègent les machines les plus précieuses de l’usine. Des italiennes, vieilles de plus d’un siècle.

« Le jour où elles se cassent, on ne peut pas les remplacer, c’est fini », explique M. Birac. Délicatement, les doigts de la couturière guident le tissu. A la voir penchée sur l’ouvrage, on imagine la tension accumulée dans les bras, qui ne doivent pas trembler. « Il ne faut pas loucher non plus », sourit-elle.

Savoir-faire ultra-précieux
Le savoir-faire des Vosges, le jeune fabricant de jeans « 1083 », basé à Romans (Drôme), y tient aussi : c’est dans le massif qu’il fait filer ses tissus, explique son directeur, Thomas Huriez. « Le savoir-faire qu’on a réussi à trouver dans les Vosges est ultra-précieux. On a le sentiment que si on le perdait on aurait beaucoup de mal à le retrouver ou le reconstruire », explique le jeune homme, dont les jeans ne coûtent pas plus cher que d’autres produits à l’étranger.

« Quand j’ai voulu créer ma marque, tout le monde m’a dit que ce n’était pas possible parce que le coût du travail était trop cher. Mais je me suis aperçu que le coût du travail n’était pas la seule cause : ce qui a changé c’est le modèle économique d’une filière qui connaît maintenant bien plus d’intermédiaires de distribution qu’il y a 50 ans », ajoute Thomas Huriez. Pour maintenir ce savoir-faire, il faudra séduire une nouvelle génération de couturières.

Or le métier est dur, et souffre d’une mauvaise image, sans compter la faiblesse du salaire (un smic) et des perspectives d’évolution au cours de la carrière, reconnaît le patron de Blanc des Vosges. « Quand on visite une usine, c’est pas hyper sexy comme conditions de travail », admet Thomas Huriez. « On pense qu’il y a besoin de valoriser ces métiers, pas nécessairement financièrement mais humainement », ajoute-t-il. Pour cela, 1083 a intégré à tous ses jeans un QR code : lorsqu’il le flashe, le client a la photo de toutes les personnes qui ont travaillé sur le jean, du fileur à la couturière.

Sites Internet et Pages Facebook :
Blanc des Vosges : http://www.blancdesvosges.frhttps://www.facebook.com/BlancdesVosges
1083 : http://www.1083.frhttps://www.facebook.com/1083BorneI...

20 Minutes

Accédez à l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire une algarade à quelqu'un
 
 Charbonnier est maître chez lui
 
MANIFESTATIONS
 Du moulin à café au lave-linge : quand Peugeot faisait dans les arts ménagers
 
 Exposition : Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Dizier)
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Makhila (Le), bâton basque de prestige
 
 Savonnerie artisanale Badiane à Clomot, en Côte d'Or (Bourgogne)
 
 Moulin (Le) à couleurs d’Ecordal fait des Sienne
 
 Or blanc (La récolte de l') bat son plein sur l'île de Ré (Charente-Maritime)
 
 
Et puis aussi...
 
 Ses chaussures bottent les amoureux d'Histoire
 
 Vendanges ancestrales en Jurançon
 
 Faïencerie Henriot (La) fait perdurer ses bols bretons
 
 À Gonnehem et Mazinghem (Pas-de-Calais), on peut presser son propre jus de pommes
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 64 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services