Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



3 décembre 1638 : naissance de Jean Donneau de Visé, fondateur du Mercure galant - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Décembre > 3 décembre > 3 décembre 1638 : naissance de Jean (...)

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 3 décembre. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


3 décembre 1638 : naissance de
Jean Donneau de Visé,
fondateur du Mercure galant
Publié / Mis à jour le jeudi 3 décembre 2015, par LA RÉDACTION



 

Jean Donneau de Visé naquit le 3 décembre 1638 à Paris, d’une famille ancienne, dont il a donné la généalogie (dédicace des Mémoires pour servir à l’histoire de Louis XIV, signée Devizé). Ses parents le destinant à l’état ecclésiastique, il en porta l’habit, dans sa jeunesse, et fut pourvu de quelques bénéfices ; mais entraîné par un penchant invincible vers la culture des lettres, séduit par l’attrait des plaisirs, et résolu de garder son indépendance, il quitta le petit collet.

Bientôt après, il épousa, malgré l’opposition de ses parents, la fille d’un peintre, qui n’était rien moins que riche, et ayant dissipé son modique patrimoine il se vit obligé de chercher des ressources dans l’exercice de ses talents. Dès 1663 il avait fait connaître son goût pour la satire, en publiant, à la suite d’un recueil de Nouvelles, l’examen des ouvrages de Molière et de la Sophonisbe de Corneille. Prévoyant bien qu’il serait blâmé d’avoir osé chercher des défauts dans une pièce du grand Corneille, il crut prévenir les reproches qu’il avait mérités, en disant : « On me fera toujours beaucoup d’honneur de me donner le nom de téméraire. La témérité appartient aux jeunes gens, et ceux qui n’en ont pas, loin de s’acquérir de l’estime, devraient être blâmés de tout le monde. »

La devineresse ou les faux enchantements. Comédie de Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé
La devineresse ou les faux enchantements. Comédie de Thomas Corneille et Jean Donneau de Visé

L’abbé d’Aubignac ayant à son tour critiqué la Sophonisbe, Visé prit la défense de cette pièce avec autant de vivacité que s’il en eût été l’auteur, et sans s’embarrasser de se contredire, trouva des beautés dans les endroits mêmes qu’il avait signalés le premier comme des défauts. L’abbé d’Aubignac, persuadé que la défense de la Sophonisbe était de Corneille, lui répondit avec beaucoup d’aigreur dans l’examen de son Sertorius ; alors Visé, cessant de garder l’anonymat, accabla d’injures son adversaire dans la défense de cette pièce — l’abbé Grauet a rassemblé les pièces de Visé et de d’Aubignac dans le tome Ier de son Recueil de dissertations sur plusieurs pièces de Corneille et de Racine. On voit qu’il avait fait sa paix avec Corneille ; mais il continua de harceler Molière, dont il était hors d’état d’apprécier le génie ; et il se montra bassement envieux de ce grand homme, en publiant : Zelinde, ou la véritable critique de l’école des femmes et la critique de la critique (1663).

Cette comédie ne fut point représentée ; elle eut cependant assez de succès à la lecture pour persuader à l’auteur que sa vocation était le théâtre. En 1665 il débuta par la Mère coquette ou les Amants brouillés, comédie en trois actes. C’était le sujet que venait de traiter Quinault d’une manière bien supérieure. Visé l’accusa de le lui avoir dérobé. Ses plaintes parvinrent aux oreilles du roi Louis XIV, qui voulut éclaircir l’affaire ; malgré la dénégation formelle de Quinault, et quoique les deux pièces n’eussent rien de semblable que le titre, Visé persista à soutenir que l’idée première lui appartenait. En 1667, il donna la Veuve à la mode, comédie en un acte ; Délie, pastorale en cinq actes, et l’Embarras de Godard ou l’accouchée, comédie en un acte ; en 1670, les Amours de Vénus et d’Adonis, tragédie à machines ; le Gentilhomme Guespin ou le Campagnard, comédie en un acte, et les Intrigues de la loterie, en trois actes ; en 1671, les Amours du Soleil, tragédie à machines tirée du quatrième livre des Métamorphoses d’Ovide ; et en 1672, le Mariage d’Ariane et de Bacchus, pièce du même genre.

Toutes ces pièces sont écrites en vers, et elles eurent toutes un grand nombre de représentations. Le peu de profit qu’en retirait Visé lui fit naître l’idée de publier un journal sous le titre de Mercure galant, dans lequel, aux nouvelles de la cour, il joignait les anecdotes qu’il pouvait recueillir, des pièces de vers, l’indication des modes et l’annonce des ouvrages nouveaux. Il en publiait, chaque mois, un cahier, dont la réunion forme pour les années 1672 et 1673, 6 petits volumes in-12.

Le Mercure galant en 1672
Le Mercure galant en 1672
D’autres occupations le forcèrent de suspendre ce journal ; mais il le reprit au mois de janvier 1677, et le continua depuis sans interruption. Persuadé sans doute que le scandale était un moyen de donner de la vogue au Mercure, il se constitua juge suprême de toutes les matières de goût, et rabaissant de la manière la plus indécente le mérite des chefs-d’œuvre de Racine et de Molière, réserva les éloges et les encouragements pour les écrivains les plus obscurs. Après avoir pris la défense de Cotin, immolé par Molière et Boileau à la risée publique, il se déclara pour Perrault dans la querelle sur la prééminence des anciens et des modernes.

La Bruyère, dans son indignation contre Visé, déclara que le « Mercure galant était immédiatement au-dessous de rien ». Boursault en traduisit l’auteur sur la scène, dans la Comédie sans titre ; mais il n’attaqua point ses mœurs, et rendit même justice à ses bonnes qualités, en le représentant comme un homme désintéressé. Visé l’était en effet ; et Gacon l’a calomnié dans le Poète sans fard, le dépeint faisant payer au poids de l’or chaque article de son journal.

Les critiques auxquelles le Mercure était en butte, loin de nuire à son succès, servirent à l’augmenter. Visé dut les bienfaits de la cour aux éloges qu’il y prodiguait sans cesse à Louis XIV. Avec le titre d’historiographe de ce prince, il obtint une pension de cinq cents écus et un logement au Louvre. En 1689, il s’associa pour la rédaction de son journal Thomas Corneille avec lequel il avait déjà donné quelques comédies. Les soins qu’exigeait le Mercure l’avaient entièrement détourné du théâtre.

Mais, en 1695, il fit jouer une comédie en cinq actes et en prose, les Dames vengées ou la Dupe de soi-même, dont le succès faillit à lui tourner la tête. On y trouve quelques situations vraiment comiques, et le style en est meilleur que celui des autres ouvrages de Visé ; mais quoiqu’on ait prétendu par cette raison que cette pièce était de Fontenelle, il faut en laisser l’honneur à l’auteur du Mercure. Visé nous apprend dans la préface qu’il refit en entier le cinquième acte dont le comique avait paru trop bas : « Je l’ai fait, dit-il, avec d’autant plus de plaisir que j’ai été détrompé par là de la mauvaise opinion qu’on m’avait donnée du goût du parterre, et que j’ai connu que les ouvrages fins, délicats et travaillés, plaisent toujours plus que ceux dont les traits sont trop marqués. »

L’année suivante (1696), Visé hasarda deux autres comédies en cinq actes : l’Aventurier, et le Vieillard couru ou les différents caractères des femmes. La première de ces pièces n’eut qu’une seule représentation ; la seconde en eut trois ; elles n’ont point été imprimées. Dès lors Visé crut devoir se borner à son journal, auquel il joignait de temps à autre des suppléments sur les matières politiques, sans doute pour justifier son titre d’historiographe. Il perdit la vue en 1706, et mourut le 8 juillet 1710.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Bienheureux sont les pauvres d'esprit
 
 Tuer le mandarin
 
MANIFESTATIONS
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 3 décembre 1792 : ouverture du procès de Louis XVI
 
 3 décembre 1789 : mort du peintre Claude-Joseph Vernet
 
 3 décembre 1810 : l'Ile de France est prise par les Anglais
 
 3 décembre 1768 : le roi du Danemark, Frédéric V, honore de sa présence l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
 
 
Et puis aussi...
 
 3 décembre 1691 : débarquement à Brest de quinze mille Irlandais restés fidèles au roi Jacques II
 
 3 décembre 1470 : confiscation des terres du duc de Bourgogne
 
 3 décembre 1373 : crime de Charles le Mauvais, roi de Navarre
 
 3 décembre 1592 : mort du duc de Parme
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 9 ARTICLES

 


Décembre
 
 

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services