Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Fontaine de Rouen (La plus ancienne) ou comment une croix de pierre triomphe d'une pyramide, d'un révolutionnaire et des soubresauts politiques - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Lieux d’Histoire > Fontaine de Rouen (La plus ancienne) ou

Lieux d’Histoire

Origine, histoire de nos villes, villages, bourgs, régions, châteaux, chapelles, moulins, abbayes, églises. Richesses historiques de France


Fontaine de Rouen (La plus ancienne)
ou comment une croix de pierre triomphe
d’une pyramide, d’un révolutionnaire
et des soubresauts politiques
(D’après « La Mosaïque : revue pittoresque illustrée
de tous les temps et de tous les pays », paru en 1875)
Publié / Mis à jour le dimanche 11 octobre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
La Fontaine de la Croix-de-Pierre, à Rouen, est un monument dont l’histoire, on ne peut plus singulière et mouvementée, aboutit à son démantèlement au début du XIXe siècle, avant qu’une réplique exacte soit de nouveau érigée sur le même emplacement et que, eu égard aux charmes de la construction originelle, la plus ancienne fontaine de la ville, on ne décide de reconstituer celle-ci, pierre à pierre, en un autre endroit de la cité, offrant à Rouen l’occasion de se prévaloir de posséder un double exemplaire d’un même monument...

Construite en 1515, cette pyramide-fontaine ne fut jamais ni dans l’intention de l’architecte, ni dans l’intention du cardinal Georges d’Amboise auquel elle est due. Destinée à supporter une croix, c’était un monument purement civil, une riche borne-fontaine, un petit château d’eau gothique comme on en construisait tant alors et de formes si diverses, ainsi qu’on le peut voir à Rouen même, où l’on retrouve encore, dans le genre gothique, la fontaine Saint-Maclou, la fontaine de la Crosse, la fontaine Lisieux.

Comment la pyramide est-elle devenue croix de pierre ? L’histoire mérite d’être racontée. Vers la fin du XIIe siècle, au temps de Philippe Auguste, il y avait à Rouen un archevêque du nom de Gauthier de Coutances. Cet archevêque possédait à Andely un coin de côte aride dont Richard Coeur de Lion s’empara sans cérémonie pour y planter sa forteresse appelée Château-Gaillard. L’archevêque de Rouen réclama, prêcha, excommunia. Richard n’en tint compte, mais le prélat fit un tel ameutement des populations pour son lopin de côte englobé dans la citadelle qu’à la fin le Coeur de Lion céda ; il ne démolit pas bien entendu sa citadelle, mais il rendit à l’archevêque normand, en échange de ce qu’il lui avait pris, un autre terrain beaucoup plus grand et de meilleur rapport.

Gauthier en fit chanter dans sa cathédrale des Te Deum qui ne finissaient pas, et, pour perpétuer à jamais ce triomphe, il fit ériger des croix en plusieurs points de la ville ; mais la plus belle de ces croix fut construite en pierre, au principal carrefour de la région est de la ville, non loin de la porte Saint-Hilaire ; au pied de cette croix de pierre, il fit graver cette superbe inscription, bien digne d’un plaideur normand qui vient, après longues plaidoiries, de regagner son coin de terre :

TV AS VAINCV, GAVTHIER

Le carrefour devint donc la place de la Croix de pierre ; et lorsqu’en 1515 on érigea la gracieuse pyramide-fontaine, elle prit le nom tout naturellement de Fontaine de la place de la Croix de pierre, et puis, pour abréger, celui de Fontaine de la Croix de pierre. La vraie croix de pierre de l’archevêque Gauthier, construite en 1197, était toujours là ; mais, en 1562, les huguenots la renversèrent. Il n’en fut plus question jusqu’en 1628 ; mais, à cette époque, le catholicisme venait de remporter avec Richelieu son succès de La Rochelle, et plus on détruisait partout les vieilles citadelles féodales, plus on élevait et restaurait les croix.


Fontaine de la Croix-de-Pierre à Rouen

La croix de pierre fut donc réédifiée, mais elle le fut moins solidement qu’autrefois ; il n’en faut pas douter, car, en 1774, moins d’un siècle et demi après sa restauration, la voilà qui menace ruine ; on projette de la réparer ; mais comme alors l’usage des chariots, voitures et carrosses commençait à se propager, comme la vieille croix gênait un peu la circulation, les habitants en demandèrent la disparition. La chose fut accordée, à cette condition pourtant qu’une croix en pierre remplacerait la pointe élégante de la pyramide-fontaine.

Le monument civil de 1515 devint ainsi lui-même la croix de pierre. Mais la pauvre fontaine n’était pas au bout de ses aventures. En 1792, la croix fut abattue et remplacée par le buste du citoyen Marat. Il va sans dire que Marat n’eut pas longtemps ce triomphe ; il disparut à son tour, et l’édifice n’eut plus ni croix, ni buste, ni pointe. Il avait eu d’ailleurs beaucoup à souffrir. On dut une fois encore le réparer. Cette nouvelle réparation eut lieu en 1816, et la croix fut replacée.

Mais vint 1830 ; un drapeau tricolore fut attaché à la croix, retiré, puis remis à chaque anniversaire pendant quelques années ; ce drapeau fut cause que de nouveau la croix eut à souffrir ; et puis le temps, et puis les hivers et le vent et la pluie agissant, voilà, vers la fin du Second Empire, la fontaine de nouveau dégradée. On parle de la réparer. « La réparer, dit l’architecte, il vous sera plus économique de la rebâtir tout à neuf ». Ainsi fut dit, ainsi fut fait ; la pyramide de 1515 fut définitivement rasée et remplacée par une pyramide à croix du gothique le plus pur.

C’est alors qu’on s’aperçut qu’au monument primitif il y avait toutes sortes de charmes. Proposition est faite d’en reprendre et d’en réunir toutes les pierres dispersées. L’ancienne pyramide fut donc transportée pierre à pierre du quartier Saint-Hilaire au quartier Beauvoisine, et reconstruite dans le jardin de l’École de médecine, près de l’ancien couvent de Sainte-Marie, où les curieux peuvent la voir et la comparer à la sœur cadette qui a pris sa place vers 1870.

On pourrait s’étonner de cette réédification de l’ancienne fontaine de la Croix de pierre dans le jardin de l’École de médecine, si nous n’ajoutions que ce jardin sert d’entrée au musée départemental d’antiquités. Ainsi, la pyramide de Georges d’Amboise est aujourd’hui transplantée dans l’ancien jardin des Visitandines, en même temps qu’on en retrouve le calque parfait en son lieu primitif. Existe-t-il une autre ville que Rouen où l’on ait ainsi à double exemplaire un même monument ?




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Attendez-moi sous l'orme
 
 Il a vu la mariée
 
MANIFESTATIONS
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 Henri IV en son et lumière au château de Pau
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Louisiane : enquête sur l'origine d'un nom mentionné pour la première fois en 1681
 
 Désert de Retz à la lisière de la forêt de Marly
 
 Pas de Roland dans le pays basque : ancien repaire du dragon de la Nive ?
 
 Académies (Quand les) tenaient leurs séances au Louvre
 
 
Et puis aussi...
 
 Jardin des Plantes (Le) à Paris : lieu de tout temps à la mode
 
 Boutique du pâtissier Piton à Paris : lieu de rendez-vous des noctambules fermé vers 1860
 
 Tahiti (L'île de) en Polynésie, reine de l'océan Pacifique
 
 Mulhouse excommuniée en 1265, théâtre de lutte entre pouvoirs spirituel et temporel
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 73 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services