Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Ces reines qui ont changé l'Histoire - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire fait l’Actu > Ces reines qui ont changé l'Histoire

L’Histoire fait l’Actu

Quand Histoire et Patrimoine font la une, s’invitent dans notre quotidien et deviennent un sujet d’actualité. Le passé au cœur de l’actu.


Ces reines qui ont changé l’Histoire
(Source : Le Figaro)
Publié / Mis à jour le samedi 10 octobre 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
Entretien avec Jean Sévillia, à l’occasion de la sortie de son dernier livre, Les derniers jours des reines, codirigé par Jean-Christophe Buisson

Rédacteur en chef adjoint au Figaro Magazine et membre du comité scientifique du Figaro Histoire, Jean Sévillia est l’auteur de nombreux succès de librairie (Zita impératrice courage, Historiquement correct, Histoire passionnée de la France).

Il publie prochainement La France catholique (éditions Michel Lafon, sortie le 15 octobre). Il a codirigé Les Derniers jours des reines avec Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint de la rédaction du Figaro Magazine et auteur d’une biographie du général Mihailovic et d’Assassinés. Un ouvrage collectif dans lequel dix-neuf historiens brossent le portrait de vingt souveraines à travers la fin de leur vie ; publié aux éditions Perrin, le livre est coédité avec le Figaro Histoire.

Le FigaroVoxLa France est le pays qui a coupé la tête à son roi, et pourtant les Français, comme en témoignent notamment les succès de librairie des biographies royales ou l’audience des émissions de télévision sur la royauté, semblent éprouver un sentiment monarchiste. Comment expliquez-vous ce paradoxe ? Les Français sont-ils schizophrènes ?

Jean Sévillia — D’Ernest Renan à Albert Camus, d’innombrables esprits républicains ont médité sur l’événement traumatique qu’a été la condamnation à mort de Louis XVI. Il ne faut jamais oublier que la France a été constituée en tant que communauté politique sous les rois de France, et par eux. Contrairement à une mythologie qui n’a plus guère cours aujourd’hui, la France n’est pas née en 1789 : elle a été forgée au long des siècles par la monarchie, la République ayant recueilli ensuite cet héritage. Il est parfaitement exact qu’au moment de la Révolution, la souveraineté politique passe du roi au peuple, du moins à la représentation nationale, car le peuple réel n’a pas eu son mot à dire au long du processus révolutionnaire. Mais cette substitution de souveraineté ne change rien au fait que c’est l’Etat qui conserve son rôle central et surplombant dans la poursuite du destin français.

Les derniers jours des reines, sous la direction de Jean-Christophe Buisson et Jean Sévillia
Les derniers jours des reines, sous la direction de
Jean-Christophe Buisson et Jean Sévillia

Or cet Etat possède d’indélébiles racines monarchiques. Napoléon Ier, Napoléon III, Thiers, Clemenceau, Pétain, De Gaulle... Notre histoire postérieure à la Révolution est pleine de chefs d’Etat ou de gouvernement, ou de figures d’autorité, qui jouent les substituts du roi de France. De Gaulle le savait et le sentait si bien qu’il a doté le pays, en 1958, d’une Constitution où le primat reconnu à l’exécutif donnait à nos institutions un air de monarchie républicaine. François Mitterrand, à sa manière, a été une sorte de monarque socialiste. Et l’on voit bien actuellement, en creux, l’importance de la fonction présidentielle, précisément parce que celui qui l’incarne ne semble pas taillé pour la fonction. Alors oui, il y a toujours et il y aura toujours quelque chose de monarchique en France, même si les Français ont coupé la tête à leur roi en 1793.

Dans la préface des Derniers jours des reines, texte que vous avez cosigné avec Jean-Christophe Buisson, vous développez le concept de royauté au féminin. De quoi s’agit-il ?

Notre ouvrage traite de femmes qui ont régné, mais à toutes les époques et dans des aires de civilisation très différentes : entre Cléopâtre et la tsarine Alexandra Fedorovna, épouse de Nicolas II, il n’y a à peu près rien de commun sous l’angle de la société dans laquelle elles ont vécu et du système politique qui les avait placées sur le trône. Sur les vingt souveraines évoquées dans le livre, toutes n’ont pas gouverné.

En France, les lois coutumières de la monarchie, affinées sous les Capétiens, excluaient les femmes de la succession au trône, ce qui n’était pas le cas dans toutes les dynasties européennes, voir Isabelle la Catholique (Isabelle de Castrille), Marie-Thérèse d’Autriche, Catherine II de Russie, ou la reine Victoria. Mais cela ne signifie pas que les reines de France n’ont pas joué un rôle éminent, a fortiori pour celles qui ont exercé la régence. Mais comme épouses du roi et mères des enfants du roi, donc mères du roi un jour, toutes les reines sont profondément associées au pouvoir. La royauté au féminin, c’est la traduction de la spécificité du système monarchique, qui n’est pas un pouvoir personnel, mais le pouvoir d’une famille.

Quand les reines ont joué un rôle politique, quel était-il ?

Les reines qui ont à la fois régné et gouverné ont joué exactement le même rôle politique qu’un homme aurait exercé à leur place. Au XVIIIe siècle, Marie-Thérèse d’Autriche ou Catherine II de Russie ont fait la guerre, ont choisi ou défait des ministres, ont adopté des réformes qui ont changé la société sur laquelle elles régnaient, ont affronté des oppositions : l’ordinaire d’un rôle politique à cette époque. Quant aux reines de France, nous avons évidemment retenu dans notre livre des personnages de premier plan. Catherine de Médicis, femme d’Henri II, puis régente pour son deuxième fils Charles IX, joue un rôle essentiel au moment des guerres de Religion en essayant de maintenir le trône au-dessus des divisions religieuses. La recherche historique l’a lavée de l’accusation d’être la responsable de la Saint-Barthélemy. Sous le règne d’Henri III, son dernier fils, Catherine de Médicis s’efface peu à peu.

Anne d’Autriche, l’épouse de Louis XIII, est une princesse espagnole : d’abord hostile envers Richelieu en raison de sa politique à l’encontre de l’Espagne, elle change après la mort de Richelieu et celle de Louis XIII car, par amour pour son fils Louis XIV, elle soutient le nouveau Premier ministre, Mazarin, qui poursuit pourtant la politique de Richelieu. Après la mort de Mazarin, Louis XIV, voulant gouverner personnellement, sera conduit à éloigner sa mère, qu’il aimait néanmoins profondément. Pour un temps limité, qui a cependant son poids dans notre histoire, les reines Catherine de Médicis et Anne d’Autriche ont donc été de vrais rois de France...

Marie-Antoinette en 1767, par Martin van Meytens
Marie-Antoinette en 1767, par Martin van Meytens

Vous évoquez des figures aussi exceptionnelles que Cléopâtre, Isabelle la Catholique ou Marie-Antoinette. Avez-vous une préférence pour l’une d’entre elles ?

Si je prends votre question dans son sens tout à fait personnel, je dois vous dire que ma « reine de cœur » ne figure pas dans le livre. J’ai publié il y a dix-huit ans une biographie de l’impératrice Zita, la dernière impératrice d’Autriche, livre que les éditions Perrin réimpriment constamment et dont sortira une réédition actualisée en 2016. Ayant régné pendant deux ans, de 1916 à 1918, détrônée en 1918, exilée en 1919, veuve à 30 ans à la mort de son mari, l’empereur Charles Ier d’Autriche, en 1922, spoliée de son patrimoine familial par les Etats successeurs de l’Autriche-Hongrie, l’impératrice Zita a élevé seule ses huit enfants, vivant dans la pauvreté et la foi. Ses obsèques solennelles à Vienne, selon le vieux rituel impérial, ont marqué, en 1989, année de la fin du communisme, le grand retour de l’histoire en Europe centrale. Parce qu’il faut faire des choix dans un livre collectif, nous n’avons pas retenu l’impératrice Zita, l’histoire autrichienne étant représentée par deux souveraines, la grande Marie-Thérèse et Elisabeth, dite Sissi, la femme de François-Joseph. Ma préférence allait alors à Marie-Antoinette, dont je me suis chargé du portrait.

Qu’est-ce qui vous intéresse, chez Marie-Antoinette, et comment expliquez-vous le mélange d’amour et de haine que les Français semblent ressentir pour elle ?

Aujourd’hui, il me semble plutôt que la haine pour Marie-Antoinette a pratiquement disparu ! En témoigne l’immense succès des expositions, des livres ou des films qui lui sont consacrés depuis une dizaine d’années. Si notre éditeur a choisi Marie-Antoinette pour illustrer la couverture de l’ouvrage, ce n’est pas un hasard. En ce qui me concerne, je n’ai pas attendu cette « Marie-Antoinette-mania » pour être attaché à cette figure venue d’Autriche, pays dont je suis familier, et qui a traversé ensuite la gloire et la tragédie chez nous, en France.

Ce qui est fascinant, chez Marie-Antoinette, c’est la suite de ses retournements. Jeune reine superficielle et frivole, elle devient une mère responsable, soucieuse de ses enfants. Commettant des erreurs politiques au début de la Révolution, en essayant de sauver le trône mais en le desservant en réalité, elle épouse ensuite totalement les vues du roi dès lors que la partie est perdue. Après la décapitation de Louis XVI, Marie-Antoinette touche au sublime par sa dignité lors de son procès et face à sa marche à la mort.

Alexandre Devecchio
Le Figaro

Détails sur l’ouvrage :
Les derniers jours des reines
Format 21,1 x 14,2 cm. 398 pages. 21 €. Editions Perrin
Commander (avec possibilité de livraison en 1 jour ouvré) sur Amazon ? CLIQUEZ ICI !

Accédez à la suite de l’article source




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Allumer la chandelle à quatre cornes
 
 Il est du bois dont on les fait
 
MANIFESTATIONS
 Grand Condé (Le) à Chantilly jusqu'au 2 janvier 2017
 
 Tour-Forteresse de Monthoiron : l'empreinte de Léonard de Vinci dans la Vienne
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Tenture (La) de l'Apocalypse d'Angers « autopsiée »
 
 Souscription pour restaurer le cabinet de Madame de Sévigné au château de Grignan (Drôme)
 
 Abbaye médiévale édifiée sur un quartier antique à Meaux
 
 Campement (Un) préhistorique vieux de 30 000 ans dans l'Hérault
 
 
Et puis aussi...
 
 Jean Sévillia : « Au lieu de créer une rue Robespierre à Paris, débaptisons les autres »
 
 La lettre datant de 1955 d'une Iséroise rescapée du naufrage du Titanic enflamme l'Angleterre
 
 Chauny : le projet du parc historique Genèsia est bien lancé
 
 Le Grand bêtisier de l'Histoire de France
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 151 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services