Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



L'esprit de conversation : spécialité française déclinante ? - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > L’Histoire éclaire l’Actu > Esprit (L') de conversation : spécialité

L’Histoire éclaire l’Actu

L’actualité au prisme de l’Histoire, ou quand l’Histoire éclaire l’actualité. Regard historique sur les événements faisant l’actu


Esprit (L’) de conversation :
spécialité française déclinante ?
(D’après « Le Petit Journal : supplément du dimanche », paru en 1902)
Publié / Mis à jour le vendredi 10 juillet 2015, par LA RÉDACTION



 
 
 
Dans un hebdomadaire de 1902, une chroniqueur signant sous le nom d’Ann Seph, entretient ses lecteurs de l’esprit de conversation français, avançant que ce dernier dépend beaucoup des époques : le début du XXe siècle ne lui est, selon elle, guère favorable.

D’abord, les gens sont toujours pressés et ne trouvent plus le temps de s’asseoir pour causer longuement. On entre dans un salon, on en sort au bout d’un quart d’heure, que voulez-vous qu’on se dise en quelques minutes ? On se borne à quelques questions banales réciproques sur la santé des gens, questions de pure forme, dont on n’écoute la réponse ni de part, ni d’autre, assez souvent.

Et puis, les journaux sont pour beaucoup dans la perte de cette forme de l’esprit français. Autrefois, quand chacun n’avait pas à sa disposition une demi-douzaine de publications quotidiennes et périodiques, on parlait, à ceux qui n’étaient pas informés, de ce qu’on avait vu, su, entendu, appris par hasard ou par des moyens à soi. Aujourd’hui, personne n’ignore le crime épouvantable, l’opération chirurgicale, le grand mariage, ni ce qui se passe dans les cours étrangères, ni les catastrophes qui arrivent dans les quatre coins de l’univers.

On ne peut guère, non plus, donner son appréciation sur un livre, un opéra, une comédie, un acteur, un tableau, après le critique autorisé ; du reste, en notre temps, personne n’oserait en parler avant lui.

Les belles au parc Monceau
Les belles au parc Monceau. Peinture d’Henri Brispot (1908)

Ceci a donc à peu près tué cela. Il est vrai que, dans quelques salons, on divague à perte de vue sur les œuvres décadentes et incompréhensibles ; sur l’art nouveau encore. Ailleurs, on ne vit que pour les sports, les exercices violents du dehors. Cela vaut mieux certainement que les racontars méchants, les bêtes railleries, les médisances et les calomnies locales ; les sots petits potins qui circulent dans le cercle où l’on vit.

Mais, pourtant, bien des gens n’entendent pas un mot du charabia sublime de quelques jeunes auteurs modernes, et ne comprennent rien aux hardiesses et aux folies de quelques artistes vingtième siècle. Tout le monde, d’autre part, ne se livre pas au polo, au golf, à la chasse, etc. ; on commence à se lasser un peu du cyclisme et de l’automobilisme ; l’enthousiasme délirant dos premiers temps se calme un peu.

Il y a encore « les œuvres ». Ceux qui en font partie discutent à perte de vue sur la matière. Mais alors quelle figure font les gens qui n’y ont pas donné leur adhésion ? Il faut bien qu’ils restent muets, eussent-ils tout l’esprit, toute l’imagination du monde.

Cela me rappelle une visite chez une dame qui revenait de Saint-Estimé-les-Bains, poursuit Ann Seph. Il y avait dans son salon des personnes qui étaient allées aux mêmes eaux, qui y avaient rencontré les mêmes gens. La conversation ne roula absolument que sur ces eaux et sur ces gens, et les autres dames présentes, qui ne connaissaient ni les unes ni les autres, furent réduites au silence tout le temps qu’elles eurent la patience de rester là.

Une maîtresse de maison, qui voudrait réveiller l’esprit de conversation, ne devrait pas laisser la causerie s’éterniser sur un sujet exclusif. Elle pourrait s’arranger pour que chacun eût un tour de parole. Ainsi on entendrait peut-être un mot spirituel ; une pensée originale, une idée amusante pourraient se faire connaître. Ce serait d’ailleurs, affaire de simple politesse, ce serait offrir l’hospitalité non seulement à la personne physique, mais aussi à son esprit.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Avoir martel en tête
 
 A tout seigneur tout honneur
 
MANIFESTATIONS
 Le monde d'Hergé à découvrir à la Saline Royale d'Arc-et-Senans
 
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
   
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Après les élections législatives, les députés français changent de place
 
 Renaissance d'un réseau routier menacé par le chemin de fer grâce à l'automobile
 
 Mythe républicain de la liberté : ferment de l'esclavage moderne
 
 Faute (La) d'orthographe ou le nivellement par le bas du français
 
 
Et puis aussi...
 
 Scénarios de films : opinions de célébrités littéraires et du cinéma au début du XXe siècle
 
 Orthographe « laïque » : arme de nivellement intellectuel du peuple par le bas ?
 
 Exaspération (L') du monde paysan face à une politique agricole inique faite de subventions
 
 Henri IV tiré de son cercueil le 12 octobre 1793 : sa tête retrouvée ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 154 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services