le 20 septembre dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Les médecins : inspirateurs de Molière - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Anecdotes insolites > Médecins (Les) : inspirateurs de (...)

Anecdotes insolites

Petite Histoire de France et anecdotes, brèves et faits divers insolites, événements remarquables et curieux, événements anecdotiques


Médecins (Les) : inspirateurs de Molière
(D’après « La Chronique médicale », paru en 1909)
Publié / Mis à jour le lundi 19 septembre 2016, par LA RÉDACTION


 
 
 
Ils furent nombreux et, pour la plupart, sont restés ignorés, les amis du grand comique qui eurent sur lui et sur son théâtre une influence qu’il est toujours intéressant de rechercher ; mais les médecins, nous devrions peut-être dire les savants par l’étendue de leurs connaissances, par l’autorité qu’ils pouvaient exercer sur son esprit, reçurent particulièrement accueil auprès de l’illustre dramaturge, qui prêta souvent une oreille déférente à leurs avis.

Parmi ces inspirateurs de sa pensée, il convient de citer trois hommes dont le nom brille d’un vif éclat dans les annales scientifiques du XVIIe siècle : ces trois hommes sont Gassendi, Bernier et Rohault. Le nom de Gassendi est mêlé à l’historique de la circulation du sang, et il a beauoup contribué à provoquer les recherches de Pecquet sur la découverte du chyle humain. Molière avait, on en a la preuve, suivi les cours de Gassendi, et il se rencontrait, à ses leçons, avec Chapelle, Cyrano de Bergerac, le prince de Conti, et le plus fidèle peut-être des élèves de Gassendi, Bernier.

Bernier (1620-1688), un des disciples de Gassendi qui lui font le plus d’honneur, fut surtout ce qu’on appelait, au grand siècle, un « curieux » et un intrépide voyageur : il visita la Syrie, l’Egypte, la Perse, l’Etat du grand Moghol, fut à la fois la médecin et l’historien de l’empereur Aurangzeb (1618-1707), dont il avait su conquérir la faveur et gagner les bonnes grâces. Du fond de l’Orient, il adressait à ses amis de France des lettres philosophiques pleines de charme et d’érudition.

Une édition en date de 1689 des Voyages de François Bernier
Une édition en date de 1689 des Voyages de François Bernier

Bernier n’était de retour d’Orient que depuis peu de temps, et déjà tout était plein de ses récits sur les pompes et les cérémonies de ce pays. On sait avec quelle passion l’écoutait La Fontaine : jamais le fabuliste ne manquait aux lieux où devait se trouver le célèbre voyageur. Bernier, donc, venait de rentrer en France, lorsque Molière introduisit, dans le Bourgeois gentilhomme, la fameuse cérémonie du Mamamouchi. Il n’est pas douteux pour nous qu’il faille voir là un résultat de l’influence de Bernier. Lisez, en effet, dans Bernier, le récit des cérémonies orientales ; passez ensuite au Mamamouchi de Molière ; et vous constaterez l’analogie : toutes les parties comiques, les seules dont Molière eût besoin, on en trouve le germe dans la relation de notre voyageur.

Molière était, en outre, en commerce d’amitié avec un savant, célèbre en son temps, mais qui, de nos jours, est quelque peu oublié : nous voulons parler de Rohault, Jacques Rohault (1618-1672), physicien plus que médecin, celui-là même qui tint Molière si bien au courant des découvertes de Harvey sur la circulation.

Vous vous rappelez que, dans le Malade imaginaire, Molière prend, contrairement à l’opinion la plus répandue, même dans le monde scientifique d’alors, le parti des « circulateurs ». Or le Malade est de 1673, et non seulement Molière avait pu se renseigner auprès de Rohault, mais, à cette date, il devait avoir lu le gros in-4° publié par son ami, deux ans auparavant, et dans lequel est admirablement exposée la théorie de la circulation.

Cet ouvrage, qui eut un grand retentissement, était intitulé : Traité de physique, et par physique on entendait, au XVIIe siècle, ce que nous nommerions aujourd’hui toute science positive. Dans la préface, très hardie pour l’époque, de son livre, l’auteur plaide en faveur des raisonnements « basés sur des vérités de mathématiques et sur des expériences certaines ». Molière n’a fait que vulgariser ces idées dans le Malade imaginaire, où se retrouve, en maints endroits, l’influence du livre de Rohault qu’il venait de lire.

Jacques Rohault
Jacques Rohault

Souvenez-vous du fameux passage, si souvent cité, mettant en scène le savant de Molière questionnant l’aspirant docteur à propos de la cause et des raisons qui font que l’opium fait dormir. Le bachelier répond :

Mihi a docto doctore
Demandatur causam et rationem quare
Opium facit dormire.

A quoi respondeo
Quia est in eo
Virtus dormitiva,
Cujus est natura
Sensus assoupire.

(L’opium fait dormir, parce qu’il y a en lui une vertu dormitive dont la nature est d’assoupir les sens)

Est-il sature plus vraie, sous une forme bouffonne, de la méthode scolastique, qui servit si souvent de cible aux épigrammes de l’auteur comique ? Tout le monde connaît les vers de Thomas Corneille, attribués parfois à Molière :

Quoi qu’en dise Aristote et sa docte cabale,
Le tabac est divin ; il n’est rien qui l’égale.

Le frère du grand Corneille n’a fait que paraphraser là le passage du Festin de Pierre, qui commence par ces mots : « Quoi qu’en puisse dire Aristote et toute la philosophie... »

Mais Molière lui-même, où avait-il pris son bien ? En 1625, alors que la tabac donnait lieu à toutes sortes de controverses entre les savants, il parut, à Lyon, un Traité du tabac ou nicotiane, panacée, petun, autrement herbe à la reine, traduit d’un livre latin de Jean Néander. Molière eut-il connaissance de ce livre, il serait hasardeux de l’affirmer, et pourtant, tout nous porte à le présumer.

Cette longue apologie du tabac commençait par ces mots : « L’axiome qu’Aristote... » Comparez avec la phrase précitée et concluez ! Il y avait d’ailleurs, dans le livre de Jean Néander, bien d’autres singularités, qui durent, si elles lui tombèrent sous les yeux, selon toute probabilité, divertir beaucoup Molière, ne fût-ce que les deux pourtraitures du tabac, mâle et femelle, accompagnées de ces deux légendes respectives :

Je suis le tabac masle, enflé de noms superbes,
Comme Herbe de la Reine ou la Reine des herbes.

Je suis tabac femelle, et en vertus j’égale
Quelle plante qui soit ; mais j’excepte mon masle.

Molière, en parcourant ce singulier livre, ne put manquer d’être mis en belle humeur, et, qui sait ? cela nous valut peut-être la célèbre tirade sur le tabac.

En résumé, Molière, comme il l’a déclaré sans ambages, puisait à toutes les sources, se documentait, comme nous dirions, dans tous les livres, auprès de tous ses amis. Tout ce qu’il entendait, tout ce qu’il lisait, il se l’appropriait ; mais, comme on l’a fort justement dit, « il prête aux choses revivifiées dans ses pièces in relief que peut-être nul autre que lui n’eût aperçu dans leur réalité première. » L’art sera toujours, quoi qu’on prétende, supérieur à la photographie, et il importe peu de faire quelques emprunts à autrui quand on communique une vie nouvelle à des objets inanimés, lorsqu’on crée alors qu’on paraît se ressouvenir ; mais c’est le propre d’un génie comme Molière de réaliser ce prodige.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Si le ciel tombait, il y aurait bien des alouettes de prises
 
 Faire ses bamboches
 
MANIFESTATIONS
 Giverny : Henri Manguin ou la volupté de la couleur d'un peintre méconnu
 
 Richard Cœur de Lion est célébré à l'Abbaye de Fontevraud
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Poste (Le) radiophonique : arme de lutte contre la vie chère ?
 
 Le Sonneur et l'Araignée : fable de La Fontaine ou supercherie littéraire ?
 
 Consommation dans une vie : ce qu'un homme mange et boit
 
 Bienfaits du rire sur la santé et la longévité
 
 
Et puis aussi...
 
 Châtiments du vieux temps
 
 Bourguignons salés
 
 Aventuriers de Paris menant grand train à la fin du XIXe siècle
 
 Bicyclette (La) : loisir asservissant la société du futur XXe siècle ?
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 317 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services