Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



L'histoire gourmande de LU, un récit du petit beurre mythique - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Patrimoine : Gastronomie > L'histoire gourmande de LU, un récit (...)

Patrimoine : Gastronomie

Richesses du patrimoine de France : spécialités gastronomiques de terroir. Producteurs de spécialités de la gastronomie française


L’histoire gourmande de LU,
un récit du petit beurre mythique
(Source : France 3 Pays de la Loire)
Publié / Mis à jour le mercredi 19 novembre 2014, par LA RÉDACTION



 
 
 
La marque LU, fondée en 1846 par Jean-Romain Lefèvre et son épouse Pauline-Isabelle Utile a commencé dans une petite pâtisserie nantaise, 5 rue Boileau. Un documentaire qui sera diffusé samedi 22 novembre à 15h20 sur France 3 raconte l’histoire d’une des plus célèbres aventures industrielles françaises qui dure depuis 168 ans.

Eric Bitoun, le réalisateur du documentaire, nous livre ses motivations. S’atteler à l’histoire de LU, c’est d’abord raconter l’histoire d’une des plus belles réussites de l’industrie alimentaire française. Mais c’est aussi s’atteler à l’histoire d’une marque dont la longévité en fait ce que les historiens appellent une marque « miroir ».

Autrement dit, 167 ans de l’histoire de la marque racontent en même temps 167 ans d’Histoire de France. Commencée en 1846 sous Louis-Philippe, elle continue toujours aujourd’hui, et avec les mêmes produits phares. Elle a traversé ensuite le Second Empire, de 1852 à 1870, qui s’est terminé avec la guerre franco-prussienne, la chute de Napoléon III, mais aussi avec la perte de l’Alsace et de la Lorraine annexées par l’Empire Allemand, ce qui pour le couple Lefèvre-Utile aura une signification douloureuse, étant donné que leurs deux familles étaient profondément enracinées en Lorraine, bien que Jules-Romain et Pauline-Isabelle aient fait le choix d’installer leur commerce à Nantes en 1850. L’armistice de 1871 s’accompagne d’une récession économique d’autant plus importante que la France reconnaît devoir à l’Empire Allemand une dette de guerre de 5 milliards de francs-or. Un esprit de revanche animera la France pendant de longues années.

S’ensuivra une guerre mondiale, puis une autre, le démantèlement de l’empire colonial Français, les « trente glorieuses » qui s’achèveront avec le choc pétrolier au milieu des années 1970, période de récession générale, qui conduit Patrick Lefèvre-Utile à chercher des alliances en associant LU avec d’autres biscuiteries telles que BN et L’Alsacienne, mais ses tentatives ne s’avèreront pas pérennes. Mais finalement peu importe, LU est toujours la plus grande biscuiterie française, et son rachat par l’américain Kraft Foods (2ème groupe agro-alimentaire au Monde après Nestlé) en fait une des plus grandes marques mondiales de biscuits par sa production et sa diffusion.

Des lieux toujours présents...
Une chance pour la réalisation d’un tel film : les lieux sont toujours là. La pâtisserie Lefèvre-Utile des origines au 5 rue Boileau à Nantes, qui a abrité de nombreux autres commerces depuis, l’usine mythique du Quai Baco à Nantes, qui est devenue le Lieu Unique, scène de théâtre nationale et lieu culturel, les usines actuelles, dont celle de La Haie-Fouassière près de Nantes, qui reste le plus grand centre de fabrication de la marque.

Nous avons filmé le processus de fabrication dans cette usine, celui du Petit Beurre bien-sûr, mais aussi celui de la Paille d’Or, petite gaufrette inventée par Louis Lefèvre-Utile en 1905, fourrée au jus de framboise, dont il dessine lui-même la forme en botte de paille. Cette fabrication est tout aussi minutieuse et pointue qu’à l’origine, et on imagine la prouesse technologique qui consiste à traiter un biscuit aussi fin.

... et des archives et des objets de collection
Nous avons eu accès à de nombreuses images d’archives, des photos, des films, et également des images familiales et privées de la famille Lefèvre-Utile. Nous avons eu la chance également de bénéficier de la participation de grands collectionneurs qui possèdent des pièces très importantes en tableaux, chromolithographies, créations en cristal de Baccarat, et une quantité impressionnante de boîtes de biscuits qui ont fait jusqu’à nos jours l’histoire de la marque.

Mettre en parallèle l’histoire de la marque aux côtés des événements de la grande Histoire m’a semblé être une articulation intéressante. Après tout, n’est-ce pas ce qu’a cherché Louis Lefèvre-Utile, qui célébrait des événements en créant un biscuit pour ces occasions, comme le biscuit russe pour la visite du tsar Alexandre III, la gaufrette Iceberg pour la seconde expédition antarctique de Jean Charcot en 1908, liant ainsi étroitement la marque à la grande Histoire ?

En faisant appel aux grands artistes de son temps, peintres ou graphistes pour décorer les boîtes de biscuits, ou à des auteurs tels Georges Feydeau ou Anatole France pour faire la réclame de LU, Louis Lefèvre-Utile avait un but très clair : que l’histoire de son entreprise soit ainsi intimement liée à celle de l’art de son époque, dont elle devient un vecteur, et à notre culture populaire. Le film évoquera aussi un aspect spécifique à ces marques qui cessent d’être indépendantes et familiales pour appartenir à de grands groupes industriels.

Le paradoxe de la mondialisation
Lorsque Danone cède à Kraft Foods la marque LU en 2007, elle cède une marque certes emblématique, mais aussi très rentable. Et pourtant, pour se positionner davantage autour du diététique et de la santé, Danone préfère se séparer de LU. Cela ne s’est pas fait sans heurts. A l’époque de la mondialisation, un problème très paradoxal se pose. Un groupe français, Danone, (marque par ailleurs qui compte parmi les préférées des français) au nom d’une logique de rentabilité impitoyable et peu compréhensible (car la marque dégage une rentabilité avérée) décide, en 2001, de licencier 300 personnes chez LU, et de fermer 3 usines sur les 7 que compte la marque. A côté de cela, un groupe étranger, Kraft Foods, s’intéresse à la marque LU, sur laquelle il entrevoit un potentiel extraordinaire. En 2007, la vente est signée. LU, pour la première fois de son histoire, n’est plus une marque française. Pour autant, le groupe américain ouvre d’autres sites de fabrication, et crée de nouveaux emplois.

Le Petit Beurre et les biscuits historiques de la marque LU restent immuables dans leur composition et leur mode de fabrication. L’avenir nous dira si le destin de LU sera aussi souriant entre les mains des américains qu’il l’a été en tant que grande marque emblématique française.

Sandrine Quéméneur
France 3 Pays de la Loire

Accédez à l’article source


Pour consulter la vidéo
CLIQUEZ sur le lecteur




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Tout vient à point à qui sait attendre
 
 Les absents ont toujours tort
 
MANIFESTATIONS
 Austrasie, le royaume mérovingien oublié (Saint-Germain-en-Laye)
 
 Victor Planchon : l’inventeur de la pellicule des frères Lumière sort de l’ombre
 
   
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Ferme-brasserie (Une) de Normandie produit et exporte du whisky
 
 Brasserie artisanale Blondel à Montluçon dans l'Allier : recette du succès
 
 Nougat de Montélimar : la confiserie et son histoire
 
 Gâteau Pithiviers : l'incontournable pâtisserie du Loiret a enfin son label
 
 
Et puis aussi...
 
 Distillerie (La) Balthazar produit l’unique whisky auvergnat
 
 Maison Fossier : plus ancienne biscuiterie de France, fondée en 1756
 
 Un champagne vieux de 170 ans, le plus ancien jamais dégusté
 
 Artisans-brasseurs ou comment la bière se mue en vin du Nord
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 111 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services