le 20 septembre dans l'histoire [voir]    notre librairie [voir]    nous soutenir [voir]
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme


« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


Premier essai de léthargie artificielle sur un mammifère et rêve d’application à l’être humain. Expérience sur une marmotte - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Événements marquants > Premier essai de léthargie artificielle

Événements marquants

Evénements ayant marqué le passé et la petite ou la grande Histoire de France. Faits marquants d’autrefois.


Premier essai de léthargie
artificielle sur un mammifère et
rêve d’application à l’être humain
(D’après « Revue d’histoire des sciences et de leurs applications », paru en 1962)
Publié / Mis à jour le lundi 6 juin 2016, par LA RÉDACTION


 
 
 
Faisant voir, dès 1736 et par des expériences précises, qu’il est possible de prolonger la durée de vie totale d’un insecte en prolongeant, par l’action du froid, la durée de la période nymphale, le physicien et naturaliste Réaumur envisage aussitôt l’application de la méthode aux animaux supérieurs, aux mammifères, et même à l’espèce humaine, dont les représentants, argue-t-il, pourraient, au gré de leurs retours à la vie, apprécier davantage les changements de société s’opérant au fil des siècles...

Le savant avance en effet que les êtres humains souhaiteraient peut-être « pouvoir passer une longue suite d’années dans un état de léthargie ou d’engourdissement tel que celui dans lequel les loirs, les marmottes et tant d’espèces d’insectes sont pendant tout l’hiver, et cela sans rien retrancher des jours d’une vie active. L’engourdissement de l’esprit dût-il être encore plus grand que celui du corps, mille gens croient peut-être qu’ils seraient heureux s’ils étaient maîtres de prolonger à ce prix leur vie pendant une longue suite de siècles...

« Quelqu’un qui a pu se promettre de vivre pendant quatre-vingts ans, saisirait comme une idée agréable de durer pendant dix à douze siècles, pendant chacun desquels il n’aurait que huit à neuf ans de véritable vie, de vie active. Quand on a passé un certain nombre d’années dans ce monde-ci, il n’a plus assez de spectacles à nous offrir, on a tout vu.

René-Antoine Ferchault de Réaumur
René-Antoine Ferchault de Réaumur

« Quelqu’un qui ne le reverrait que de siècle en siècle trouverait des spectacles plus variés, soit dans le physique soit dans le moral ; la face de la terre pourrait lui faire voir des changements ; les progrès des sciences et des arts, les révolutions dans les sociétés, les changements dans les mœurs, dans les goûts, dans les modes, offriraient bien des nouveautés amusantes. »

Mais le prudent et subtil Réaumur ne laisse pas d’apercevoir le risque inhérent à ces léthargies volontaires : « Est-il bien sûr qu’on en fît usage ? On ferait alors des réflexions qu’on ne fait pas actuellement. Qui oserait se plonger dans un sommeil d’une longue suite d’années, pendant lequel on craindrait de périr par des accidents contre lesquels on ne pourrait se défendre, par des incendies, par des inondations, par les suites des guerres, par l’avidité des héritiers, par la négligence de ceux qui devraient veiller à notre sûreté.

« Enfin, tant de sujets d’inquiétudes viendraient effrayer l’imagination que je ne sais si on accepterait même d’être endormi pendant un hiver entier et s’il serait sage de l’accepter. Il n’y a que ceux à qui la vie est actuellement à charge, qui fussent capables de se livrer à des sommeils de plusieurs années. »

Aujourd’hui où la médecine pratique des cures de sommeil et où la biologie songe sérieusement à la « mise en conserve » de l’être humain, ces réflexions nous paraissent prophétiques ; mais il est encore plus intéressant de savoir que Réaumur a fait une tentative expérimentale pour prolonger le temps de léthargie chez un mammifère hibernant. C’est là une page peu connue de son œuvre et qui mérite bien d’être rappelée :

« Quoique la vie d’une mouche, d’un papillon, d’une fourmi, dépende d’une économie aussi considérable que celle dont dépend la vie des plus grands animaux, on serait plus touché de pareilles expériences faites sur de grands animaux, ou au moins sur des quadrupèdes, écrit Réaumur. Les marmottes m’avaient paru un de ceux sur lesquels on la pourrait tenter plus commodément.

« J’avais imaginé d’en tenir une pendant un long temps, pendant plusieurs années, dans une glacière, mais mes premières tentatives m’ont appris que c’était une expérience difficile à faire réussir. Dans une chambre où la chaleur de l’air n’était, pendant le mois de janvier, qu’à quatre ou cinq degrés au-dessus de la congélation, je renfermai une marmotte dans un grand baquet de bois rempli de terre en partie, avec quelques poignées de foin.

« Bientôt elle songea à s’y loger commodément ; elle creusa la terre, elle transporta le foin dans le trou qu’elle avait creusé, et y disposa un lit fait comme le nid d’un gros oiseau. Pendant quatre jours consécutifs, je la visitai à bien des reprises, elle me paraissait endormie, mais souvent elle feignait plutôt de l’être qu’elle ne l’était. Elle s’ennuya un jour de la feinte, et trouva le moyen de soulever le couvercle du baquet pour aller chercher de la nourriture ; j’ai lieu de le croire ainsi, puisque, après que je l’eus remise dans son baquet, et que j’eus chargé le couvercle, de façon qu’elle ne pouvait le soulever, après avoir encore fait l’endormie, elle se mit à manger de la viande que je lui avais laissée.

Réaumur dans son laboratoire
Réaumur dans son laboratoire

« Le degré de froid de la chambre n’était donc pas assez considérable pour l’endormir, ou plutôt pour l’engourdir. Dans le mois de février, je fis porter le baquet où elle était, dans le jardin, et cela un soir qui promettait une nuit très froide ; elle le fut aussi ; la liqueur du thermomètre descendit à près de cinq degrés au-dessous de la congélation : malgré ce froid, la marmotte non seulement ne fut pas engourdie, elle mangea même partie d’un bon morceau de bœuf cuit qui était dans son baquet.

« Le froid qui engourdit les marmottes est donc de plus de cinq degrés au-dessous de la congélation, bien plus grand que celui qui règne dans une glacière. Il n’est pourtant pas sûr que le degré de froid nécessaire pour les engourdir, le soit pour entretenir l’engourdissement... Peut-être aussi que ceux entre les mains de qui cette marmotte avait été, à force de l’inquiéter et de l’agiter, l’avaient accoutumée à manger pendant le froid. On ferait peut-être plus aisément l’expérience de tenir dans un long sommeil ces rats appelés loirs... » (Mémoires pour servir à l’histoire des insectes, tome II, Ier Mémoire).

Réaumur est bien, comme on voit, le premier biologiste qui ait tenté de prolonger la vie d’un mammifère en lui imposant une torpeur artificiellement entretenue.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Suffrage universel : triomphe de la sottise et règne des indignes ?
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Absinthe (L') : entre boisson « Ordinaire » et poison vert
 
 Le martinet inventé par un colonel de l'armée de Louis XIV
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Aide-toi, le ciel t'aidera
 
 A Pâques ou à la Trinité
 
MANIFESTATIONS
 Richard Cœur de Lion est célébré à l'Abbaye de Fontevraud
 
 Giverny : Henri Manguin ou la volupté de la couleur d'un peintre méconnu
 
   
 
 

 


Les plus récents
 
 Projet français d'invasion des États-Unis à la fin du XVIIIe siècle
 
 Grand Ouragan (Le) de 1780 dévaste les Antilles
 
 Premier chat dans l'espace : envoyé par la France en 1963
 
 Réforme postale en 1849 et billet de port payé, ancêtre du timbre-poste en 1653
 
 
Et puis aussi...
 
 Emile Zola meurt asphyxié le 29 septembre 1902 : hommage lui est rendu
 
 Journal officiel : la fin d’une histoire
 
 4 février 1912 : l'inventeur Reichelt se lance de la tour Eiffel et s'écrase
 
 Attentat manqué contre le président du Conseil, Aristide Briand, le 17 janvier 1911
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 128 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2017 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Services La France pittoresque
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

Instagram

YouTube

Librairie

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Services