Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Dons

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)



Vieux métiers, métier ancien : histoire changeurs, changeur - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Métiers anciens / oubliés > Changeurs

Métiers anciens / oubliés

Histoire des métiers, origine des corporations, statuts, règlements, us et coutumes. Métiers oubliés, raréfiés ou disparus de nos ancêtres.


Changeurs
(D’après « Le Magasin pittoresque », paru en 1867)
Publié / Mis à jour le mercredi 13 janvier 2010, par LA RÉDACTION



 

A l’origine, établis avec l’autorisation du roi ou du seigneur suzerain sur la terre duquel ils résidaient, les changeurs devaient :

1. recevoir les monnaies anciennes ou dont le cours n’était plus permis ;
2. donner à ceux qui les leur apportaient une valeur prescrite en espèces courantes ;
3. enfin envoyer aux hôtels des monnaies les pièces défectueuses reçues.

Tel fut le premier objet de leur commerce. Mais on conçoit qu’ils ne durent se borner à ce change de monnaies, peu lucratif en somme, qu’à une époque où le commerce n’était pas très florissant. Dès que les relations commerciales de pays à pays, de nation à nation, devinrent plus fréquentes et plus étendues, le rôle des changeurs se modifia sensiblement.

Un Changeur au XIIIe siècle. Vitrail de la cathédrale du Mans (Séré, le Moyen Age et la Renaissance, tome III). Dessin de Sellier.
Un Changeur au XIIIe siècle.
Vitrail de la cathédrale du Mans
(Séré, le Moyen Age
et la Renaissance,
tome III). Dessin de Sellier.
Au lieu d’apporter des espèces avec eux, les marchands se munirent de simples lettres de change, plus commodes à transporter et qui couraient moins de risques. Les changeurs devinrent alors de véritables banquiers. Il va sans dire que bien longtemps avant que l’usage des lettres de change fût très répandu, le prêt à l’intérêt, bien que l’Eglise le défendît toujours, était ouvertement pratiqué ; d’où deux sources de revenu très fructueuses : les opérations de banque et le prêt à intérêt.

Il convient de considérer d’abord ce que furent les changeurs qui payaient une redevance au roi pour avoir le droit d’ouvrir boutique. On ne peut, à cet égard, remonter à une date très reculée, faute de documents ; mais il est évident que dans la France du Moyen Age, grâce au nombre considérable de monnaies différentes mises en circulation, on dut avoir recours d’assez bonne heure aux changeurs.

Au treizième siècle, le roi concède aux changeurs de Paris le droit d’ouvrir boutique à titre viager et moyennant dix livres de rente. Ce taux varia peu par la suite. Du reste, les monnayeurs royaux n’en conservaient pas moins le droit de changer les espèces défectueuses qu’on leur présentait, et sur ce point faisaient une concurrence très sérieuse aux véritables changeurs.

Dans presque toutes les villes, les boutiques des changeurs occupaient un emplacement déterminé. A Rouen, ils demeuraient dans la rue de la Cornoiserie ; à Paris, en 1304, d’après une ordonnance de Philippe le Bel, ils occupèrent les boutiques du Grand-Pont, du côté de la Grève, entre Saint-Leufroi et la grande arche du pont. Ce pont n’était plus alors que de bois ; construit d’abord en pierre, la majeure partie en avait été emportée en 1296 par une inondation : on lui donna le nom de pont au Change. L’autre partie du pont était occupée par des forgerons et des orfèvres. Ces derniers eurent des querelles avec les changeurs, dont ils usurpaient les privilèges.

Charles le Bel, en 1325, confirma l’ordonnance de Philippe le Bel et défendit d’exercer le change à Paris ailleurs que sur le Grand-Pont, sous peine de confiscation des choses échangées ; et, pour assurer l’exécution de ce règlement, il décida que les changeurs qui, par leurs délations, donneraient lieu aux confiscations, en auraient la cinquième partie. Charles VII, renouvelant les prescriptions de ses prédécesseurs, établit à perpétuité les changeurs sur le pont au Change.

« Mais, dit Sauval, on ne vit plus sur le pont que des chapeliers et des faiseurs de poupées. Le Parlement s’en prit à la suppression de la Pragmatique, et, dans les remontrances faites au roi en 1461, prétendit que la Pragmatique sanction avoit ruiné les changeurs, qui gagnoient beaucoup auparavant à donner de l’or pour de la monnoie, à raison que les banquiers de Rome tiroient alors tant d’or et d’argent du royaume et qu’il n’y avoit plus besoin de changeurs. »

Sauval fait erreur : les changeurs donnaient plus souvent de la monnaie pour de l’or que de l’or pour de la monnaie ; en tout cas, la remontrance du Parlement semblait assez peu fondée, car le commerce des changeurs ne se bornait pas à ce seul change d’espèces.

Sous François Ier et Henri II, les changeurs avaient repris possession de leurs boutiques. A partir de cette époque, le commerce des changeurs ne semble pas avoir été très prospère. En 1609, il n’y en avait plus qu’un ; la confrérie, qui avait son siège à la chapelle Saint-Leufroi, fut dissoute, et le Parlement, à la requête des administrateurs temporels de l’Hôtel-Dieu, décida que les ornements de l’autel (une croix, un calice, des burettes, une paix, un encensoir, le tout en argent doré) seraient donnés à l’église de l’hôpital de la Santé, que l’on construisait à ce moment en dehors de la porte du Temple. Depuis lors, les changeurs paraissent avoir cessé d’exister en tant que confrérie et corporation.

C’est surtout par les foires de Champagne et du midi de la France, ces immenses marchés auxquels on venait de tous les points de l’Europe, grâce aussi à l’impulsion donnée au commerce par le mouvement des croisades, que le trafic des changeurs avait pris de l’extension au Moyen Age.

Les changeurs des foires de Champagne, choisis par les gardes des foires, avaient un caractère officiel. C’étaient, du reste, assez souvent de grands personnages, qui par là jouissaient de privilèges importants : l’exemption du service militaire personnel, par exemple. Ils demeuraient dans les villes où se tenaient les foires : Troyes, Provins, Lagny et Bar-sur-Aube.

Le mobilier des boutiques de changeurs se composait d’une table couverte d’un tapis, d’un banc, de balances, de livres de comptes. Ce matériel suffisait à toutes leurs opérations. « Toutes les compagnies et changeurs desdites foires, dit une ordonnance de 1349, seront en leurs changes et lieux apparens et auront tapis à leurs fenestres ou estaux, en la manière qui souloit estre faite anciennement. »

Le commerce des changeurs aux foires fut une source de revenus pour les comtes de Champagne d’abord, plus tard pour les rois de France, qui autorisaient la création des offices. Quelques changeurs devaient même payer des rentes à certains établissements religieux. Dès la fin du XIIe siècle, on voit un comte de Champagne donner à l’Hôtel-Dieu de Provins un revenu de cinq sous à percevoir sur chaque table de changeur. Du reste, on paraît s’être assez peu inquiété de la moralité des gens auxquels on confiait ces offices, car on les voit assez fréquemment accusés de fabriquer de la fausse monnaie, ou bien en fuite, poursuivis par des créanciers trop confiants.

Le souverain percevait un droit sur chaque livre de change en or. Ce droit, fixé à un denier par Philippe le Bel, varia beaucoup et fut souvent bien plus considérable. Nous avons dit que les changeurs des foires devaient résider dans les villes où elles avaient lieu ; il y avait cependant des exceptions.

En 1154, le comte de Champagne Henri le Large défendit à tous les changeurs venant de Lagny à l’époque des foires d’y demeurer plus de dix jours. Plus d’un siècle après, dans la même ville, les changeurs reçurent des statuts qui fixaient le nombre de leur étaux à six ; mais ce nombre pouvait être augmenté suivant les besoins, et il est probable qu’il le fut. On décida que les changeurs pourraient avoir des commis et se faire remplacer comme bon leur semblerait, et auraient en outre la faculté de louer leur étal pour tout ou pour partie. La table d’un changeur constituait donc une propriété que l’on pouvait aliéner librement, pourvu que l’on payât une rente au seigneur qui l’avait concédée.




Histoire de France :
l'indispensable pour devenir incollable

2000 ans d'Histoire de France en 150 pages
Présentation / Commande : CLIQUEZ ICI
 
 
 

 

 

 

 

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec notre
encyclopédie consacrée à l'Histoire de France

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 

 

 Des anciennes boutiques aux grands magasins : naissance d'un commerce nouveau
 
 Choix d'un prénom jadis et avènement des registres le consignant
 
 Mutilation de l'Histoire de France : détruire le passé pour glorifier le monde nouveau
 
 Vertes-Velles (Les) : étranges créatures recueillant l'âme noire du sorcier de Noirmoutier
 
 Hydromel et hypocras : les heures de gloire de boissons ancestrales
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 Faire ses bamboches
 
 On ne croit pas un menteur, même quand il dit la vérité
 
MANIFESTATIONS
 Instruments (Des) de musique du Moyen Age se font réentendre
 
 De Méliès à la 3D : la machine Cinéma Exposition à La Cinémathèque française du 5 octobre 2016 au 29 janvier 2017
 
 
 
 

 

 


Les plus récents
 
 Epiciers d'autrefois
 
 Facteur de la poste aux lettres du XIXe siècle : l'Espérance en uniforme
 
 Chirurgiens d'autrefois
 
 Maître boulanger au Moyen Age : déroulement de la cérémonie de réception
 
 
Et puis aussi...
 
 Porteuse de journaux au début du XXe siècle
 
 Cartiers
 
 Charcutiers
 
 Cuisiniers, vinaigriers, sauciers
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 72 ARTICLES

 

 
 
Pinterest FrPittoresque
 

 

Vous pouvez opter pour un montant libre
Votre don nous est précieux : EN SAVOIR +

 

 

     

 

Retrouvez toute L'HISTOIRE DE FRANCE avec l'Encyclopédie du temps jadis

 
Copyright © 1999-2016 LA FRANCE PITTORESQUE
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services