Panier de
commande
Histoire de France, Patrimoine, Tourisme, Gastronomie, Librairie

AJOUTER

Favoris

Fil RSS

Facebook

Google +

Twitter

Blog

Videos
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

« Hâtons-nous de raconter les délicieuses histoires du
peuple avant qu'il ne les ait oubliées » (C. Nodier, 1840)


 
Histoire France, Patrimoine, Gastronomie, Tourisme

7 janvier 1715 : mort de Fénelon - Histoire de France et Patrimoine


Vous êtes ici : Accueil > Éphéméride, Calendrier > Janvier > 7 janvier > 7 janvier 1715 : mort de Fénelon

Éphéméride, Calendrier

Les événements du 7 janvier. Pour un jour donné, découvrez un événement ayant marqué notre Histoire. Calendrier historique


7 janvier 1715 : mort de Fénelon
Publié le samedi 5 janvier 2013, par LA RÉDACTION


 
 

François de Salignac de la Motte-Fénelon était né au château de Fénelon dans le Quercy, le 6 août 1651, d’une maison ancienne dans l’Etat et dans l’Eglise. Des inclinations heureuses, un naturel doux, joints à une grande vivacité d’esprit, furent les présages de ses vertus et de ses talents. Dès l’âge de dix-neuf ans, il prêcha et enleva tous les suffrages. En 1689, Louis XIV lui confia l’éducation de ses petits-fils, les ducs de Bourgogne, de Berry et d’Anjou. Ce choix fut si applaudi, que l’Académie d’Angers le proposa pour sujet du prix qu’elle adjugeait chaque année. Sous un instituteur tel que Fénelon, le duc de Bourgogne devint le plus accompli de tous les princes, et donna dès lors ces grandes espérances qui furent si cruellement trompées par sa mort prématurée.

François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon
François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon
En 1695, Fénelon obtint la digne récompense de ses soins, par la nomination à l’archevêché de Cambrai. Les premières années de son épiscopat furent troublées par sa grande querelle avec Bossuet, dont il avait d’abord été le disciple et l’ami, et dont il devint alors malgré lui le rival et l’ennemi. Fénelon fut relégué dans son archevêché de Cambrai en 1697 : c’est alors qu’il composa ce livre singulier et immortel, qui tient à la fois du roman et du poème, et qui substitue une prose cadencée à la versification. Il semble qu’il ait voulu traiter le roman comme Bossuet avait traité l’histoire, en lui donnant une dignité et des charmes inconnus, et surtout en tirant de ces fictions une morale utile au genre humain : morale entièrement négligée dans presque toutes les inventions fabuleuses.

On a cru qu’il avait composé ce livre pour servir de thèmes et d’instructions au duc de Bourgogne, et aux autres enfants de France, dont il était précepteur, ainsi que Bossuet avait fait son Histoire universelle pour l’éducation de Monseigneur. Mais son neveu le marquis de Fénelon, héritier de la vertu de cet homme célèbre, et qui fut tué à la bataille de Rocou, a toujours assuré le contraire. En effet, il n’eût peut-être pas été convenable que les amours de Calypso et d’Eucharis eussent été les premières leçons qu’un prêtre eût données aux enfants de France.

Fénelon, plein de la lecture des anciens, et né avec une imagination vive et tendre, s’était fait un style qui n’était qu’à lui, et qui coulait de source avec abondance. On a dit que sur son manuscrit original il n’y avait pas dix ratures. Il le composa en trois mois, au milieu de ses malheureuses disputes sur le Quiétisme. On prétend qu’un domestique lui en déroba une copie qu’il fit imprimer : si cela est, l’archevêque de Cambrai dut à cette infidélité toute la réputation qu’il eut en Europe ; mais il lui dut aussi d’être perdu pour jamais à la cour. On crut voir dans Télémaque une critique indirecte du gouvernement de Louis&bsp;XIV. Sésostris, qui triomphait avec trop de faste ; Idoménée, qui établissait le luxe dans Salente, et qui oubliait le nécessaire, parurent des portraits du roi. Le marquis de Louvois sembloit, aux yeux des mécontents, représenté sous le nom de Protésilas, vain, dur, hautain, ennemi des grands capitaines qui servaient l’Etat et non le ministre.

Les alliés qui, dans la guerre de 1688, s’unirent contre Louis XIV, qui depuis ébranlèrent son trône, dans la guerre de 1701, se firent une joie de le reconnaître dans ce même Idoménée, dont la hauteur révolte tous ses voisins. Ces allusions firent des impressions profondes, à la faveur de ce style harmonieux, qui insinue d’une manière si tendre la modération et la concorde. Les étrangers et les Français même, lassés de tant de guerres, virent avec une consolation maligne, une satire dans un livre fait pour enseigner la vertu. Les éditions en furent innombrables : il s’en fit quatorze en langue anglaise.

Fénelon a laissé un grand nombre d’autres ouvrages, dont plusieurs sont estimés de tous les gens de goût : 1° Dialogue sur l’Éloquence en général, et sur celle de la chaire en particulier, avec une lettre sur la rhétorique et la poésie ; la lettre est adressée à l’Académie française. Fénelon avait été reçu dans cette compagnie en 1693 à la place de Pelisson. 2° Dialogue des Morts : ces dialogues, comparables à ceux de Lucien, sont écrits avec moins de recherche d’esprit que ceux de Fontenelle. 3° Direction pour la conscience d’un roi. Cet ouvrage a été composé pour le duc de Bourgogne. C’est, dit La Harpe, l’abrégé de la sagesse et le catéchisme des princes. 4° Abrégé des Vies des anciens philosophes : autre fruit de l’éducation du duc de Bourgogne. 5° Démonstration de l’Existence de Dieu par les merveilles de la nature. 6° Des Œuvres spirituelles ; des Sermons ; plusieurs Ecrits théologiques et des Lettres.

Ramsay, disciple de l’archevêque de Cambrai , a publié la vie de son illustre maître. De Beausset, ancien évêque d’Alais, membre du chapitre impérial de Saint-Denis, en a donné une nouvelle en 1808, composée sur les manuscrits originaux. Louis XVI a fait faire en marbre la statue de l’auteur du Télémaque.

 

 


  Pas de commentaires

 Réagir à cet article

 

Soutenir l'association La France pittoresque, c'est prendre part à
la conservation et la transmission de la TRADITION, de notre IDENTITÉ,
de notre HISTOIRE, de notre PATRIMOINE,
des US ET COUTUMES de nos aïeux, du SAVOIR-FAIRE à la française
 
 
Ne bénéficiant d’aucune subvention ni d’aucune aide privée ou publique,
La France pittoresque compte exclusivement sur la générosité et la confiance de ses
lecteurs lui offrant de préserver son indépendance et sa liberté éditoriale
 
Le paiement peut également s’effectuer par chèque à l’ordre de :
La France pittoresque, 14 avenue de l'Opéra, 75001 PARIS
(association loi 1901 à but non lucratif fondée en 1997)

 

Prolongez votre voyage dans le temps avec
notre magazine d'Histoire de France...

Choisissez un numéro et découvrez les extraits en ligne !

 

 
 

 

 Ménagerie politique (La) : l'ancien président Jules Grévy comparé à un macaque en 1890
 
 Fleurette : premier amour du futur Henri IV âgé de 12 ans
 
 « L'État m'a tuée » ou la France en souffrance
 
 Hôtellerie et restauration jadis : de l'auberge du Moyen Age au grand restaurant du XIXe siècle
 
 Premier billet de banque (Le) moderne naît en Nouvelle-France
 
 L'ENCYCLOPÉDIE du temps jadis
    > Cliquez ici
 
BON À SAVOIR
 C'est un vrai Polichinelle
 
 Donner un soufflet à Ronsard
 
MANIFESTATIONS
 Animaux célèbres de la Ménagerie : exposition des 220 ans (du 20/09/2014 au 04/01/2015)
 
 
 
 


Permaculture : agriculture respectant la Nature
Débarrassée d’un modèle industriel intrinsèquement nuisible à l’Homme
Duc d’Anjou (roi Louis XX)
L’héritier du trône de France s’exprime au sujet de la découverte de la tête d’Henri IV
Louis XVII : roi martyr emprisonné au Temple
Itinéraire d’un enfant que la République a voulu corrompre puis a délibérément tué
Histoire de France (Bainville)
CHAPITRE 3 : Grandeur et décadence des Carolingiens
+ de vidéos "Histoire France"+ de vidéos "Patrimoine"

 


Les plus récents
 
 7 janvier 1689 : arrivée de Jacques II d’Angleterre à Saint-Germain
 
 7 janvier 1431 : mort d'Amédée VIII, dit le Pacifique , premier duc de Savoie
 
 7 janvier 1499 : signature du contrat de mariage de Louis XII avec Anne de Bretagne
 
 7 janvier 1806 : mort de Jean-Auguste Eberhard
 
 
Et puis aussi...
 
 7 janvier 1695 : mort de Marie II, reine d'Angleterre
 
 7 Janvier 1138 : mort de l'anti-pape Anaclet
 
 7 janvier 1700 : mort de Raphaël Fabretli
 
 7 janvier 1285 : mort de Charles Ier, roi de Sicile
 
 
Plus d'articles...
 
 Voir les 12 ARTICLES

 


Janvier
 
 

 

 


 
Pinterest FrPittoresque

 


 

 

 

     

 
 
Copyright © 1999-2014 E-PROD
Tous droits réservés. Reproduction interdite. N° ISSN 1768-3270. N° CNIL 824 842. N° Siret 481 246619 00011. Code APE 913E

La France pittoresque et Guide de la France d'hier et d'aujourd'hui sont des marques déposées.
Site déposé à l'INPI, la SGDL et l'APP (infos légales)
 
Audité par Xiti et Hit-Parade | Optimisé pour Internet Explorer et Firefox
 
Recommandé notamment parMAISON DU TOURISME FRANÇAIS dès 2003Maison de la FranceALLIANCE FRANÇAISEAlliance Française
 
Mentionné notamment parSIGNETS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCESignets de la Bibliothèque Nationale de FranceMINISTÈRE DE LA CULTUREMinistère de la Culture
 
 
 
Librairie : contes et légendes Librairie : coutumes et traditions Librairie : vie d'antan
 
LA FRANCE PITTORESQUE : 1 - Guide en ligne des richesses de la France d'hier et d'aujourd'hui depuis 1999 : Histoire de France, patrimoine historique et culturel,
gîtes et chambres d'hôtes, tourisme, gastronomie. 2 - Magazine d'histoire 36 pages couleur depuis 2001, une véritable encyclopédie de la vie d'autrefois


Magazine

Encyclopédie

Blog

Facebook

Google +

Twitter

Pinterest

Tumblr

YouTube

Paris pittoresque

Prénoms

Citations latines

Contacts, Publicité, Services